février 2021

Une solution ingénieuse contre la buée sur les lunettes

Les élèves en sciences de l’ingénieur du lycée Pierre-Gilles-de-Gennes de Cosne- Cours-sur-Loire (58) ont mis au point des pinces antibuée qui font le bonheur des porteurs de lunettes et de masques.
Photo DR

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Vous aussi, cela vous énerve ? Depuis près d’un an, les porteurs de lunettes  pestent contre la buée provoquée par l’usage du masque. Des trucs et astuces, plus ou moins pertinents, fleurissent un peu partout pour éviter d’être aveuglé à tout bout de champ par la condensation. Mais à Cosne-sur-Loire, dans la Nièvre, une solution ingénieuse et efficace a été mise au point au lycée Pierre-Gilles-de-Gennes et partagée dans toute la ville.
Le mérite en revient à Raphaël Plantier, professeur en sciences de l’ingénieur, dont l’épouse était gênée par la buée dans son activité professionnelle. Après quelques recherches sur le web, il trouve des modèles de pinces antibuée pouvant être fabriqués avec une imprimante 3D, un équipement dont dispose le fablab du lycée. Ces pinces, à la longueur et l’écartement variables, se fixent sur le masque, en dessous des lunettes.
« En marge des cours, on a alors constitué un groupe avec 5-6 élèves de première volontaires afin de développer le projet. Ils ont travaillé sur plusieurs prototypes avant qu’on puisse lancer la fabrication. Les élèves se sont engagés dans une vraie démarche scientifique » explique Vincent Boisset, directeur délégué aux formations. En décembre 2020, une centaine de pièces ont ainsi été réalisées avec un matériau écologique, de l’amidon de maïs. Elles ont été distribuées gratuitement par une commerçante cosnoise, mère d’une lycéenne impliquée dans le projet.

« Ce que l’on demande à un ingénieur »

«Ça marche très bien, tout le monde nous en demande. On a même dû acheter une seconde imprimante 3D qu’on fait tourner à plein régime, sourit Vincent Boisset. On doit en être à 200 pinces produites. À raison de 8 heures pour fabriquer 10 pièces, cela prend beaucoup de temps. » Au printemps 2020, lors du premier confinement, l’établissement s’était déjà mobilisé pour fabriquer des visières.
Des initiatives qui permettent de mettre en lumière les sciences de l’ingénieur. « On a montré qu’on était capable d’apporter très vite une solution à un problème donné, de s’adapter à un cahier des charges, c’est ce que l’on demande à un ingénieur. »  Avec la réforme du lycée, cette matière est devenue un enseignement de spécialité en première et terminale ; elle peut aussi être une option en seconde. Malheureusement, cette évolution a fait fondre les effectifs en sciences de l’ingénieur, à Cosne-sur-Loire comme partout en France.
En photo
Deux cents pinces à fixer sur le masque ont déjà été fabriquées et distribuées gratuitement. 


Lycée Pierre-Gilles de Gennes

Rue du Colonel Rabier
58200 Cosne-Cours-sur-Loire
0386282345
lyc-pgdegennes-cosne-cours-sur-loire.eclat-bfc.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Science factor


juillet 2020
Le concours Science Factor récompense les meilleurs projets d’innovation citoyennes présentés par des équipes de 2 à 4 élèves de la 6e à la terminale. Ce concours high-tech est ouvert aux solutions numériques présentées par des équipes d’adolescents avec des dotations et en les accompagnant pendant un an renouvelable. Les équipes doivent réaliser une vidéo illustrant leur projet et remplir le formulaire de participation en ligne. Elles présentent ensuite leur projet sur Internet  et les soumettent aux votes des internautes, à l’issue duquel les 5 meilleurs projets de chaque catégorie sont soumis au jury qui sélectionnera 3  finalistes pour chaque prix (prix collège, prix lycée, prix Engie Energie, prix Orange Numérique, prix Handinumérique de la mission handicap Sopra Steria, prix commerce du futur d’Unibail-Rodamco-Westfield). Inscriptions entre le 9 septembre et le 31 décembre. sciencefactor.fr

Mooc culturel


mars 2020
"L'art moderne et contemporain en 8 gestes" a attiré 26400 personnes, "une brève histoire de l'art" 23000, "Louis XIV à Versailles" 16200 : les Mooc culturels de la fondation Orange sont des cours en ligne gratuits dans divers domaines. Créés avec des spécialistes d'institutions reconnues (Centre Pompidou, Muséum national d'histoire naturelle, RMN-Grand palais), ils mettent la culture à portée de tous et permettent d'apprendre chez soi. Le catalogue comprend 12 titres dont 3 nouveautés sur le téléphone, les couleurs primaires et la préhistoire qui vont ouvrir prochainement. En savoir +

La génétique en riant


mars 2016
Aborder la science de manière humoristique en BD ? Une idée pédagogique et didactique qui permet de faire connaître des sujets complexes de manière agréable. C’est ce que propose Larousse en traduisant et rééditant une idée du scientifique et auteur de bande dessinées américain Larry Gonick. Après les maths et la chimie, au tour de la génétique de faire l’objet d’un volume de 220 pages. Il aborde l’histoire de la recherche et fait le point sur les avancées en la matière de l’hérédité aux mutations en passant par les chromosomes, le code génétique, les lois… L’ouvrage s’adresse à la fois à ceux qui doivent plancher sur le sujet et aux curieux de science. En vente en librairie, 17,99 euros.

Du big bang au printemps arabe


mars 2014
Selon une enquête TNS Sofres, le savoir est important pour avoir une vie épanouie pour 56 % des Français.  Il s’agit d’une «valeur» qu’ils plébiscitent juste après la vie de famille ou la sécurité financière mais avant le travail.  Même si l’idéal humaniste de tout savoir, tout connaître n’est plus possible au XXIe siècle, le «Kilo de culture générale» publié par les Presses universitaires de France donne à chacun l’occasion de trouver en un seul volume les principales données de l’histoire humaine. Une gageure réussie en 1700 pages (et plutôt 2 kg qu’un seul) par Florence Braunstein  et Jean-François Pépin (docteurs ès lettres). Ecrit de manière très claire, organisé de façon historique, l’ouvrage peut satisfaire aussi bien le lycéen et l’étudiant, que celui qui prépare un concours pour affiner sa culture générale ou le curieux qui aime enrichir son savoir.
En vente en kiosque depuis le 26 février, 29 euros.
Voir tout