novembre 2005

Aldebert : «un sentiment particulier»

Entre la sortie de son DVD “Aldebert en scène” et un concert à Besançon le 16 décembre prochain, le chanteur bisontin truste le haut de l'affiche en cette fin d’année 2005.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En ce lundi 31 octobre, jour de sortie de son DVD, Aldebert se prête de bonne grâce au jeu des interviews. Son actualité est riche mais son emploi du temps ne lui accorde que peu de répit. "Je rentre de Belgique où j’ai donné deux concerts, l’un à Bruxelles, l’autre à Mouscron." Avant de reprendre la route en fin de semaine, le chanteur bisontin profite de quelques jours de repos bien mérités. L'occasion de faire le point sur une année 2005 qui marquera à jamais la carrière de ce jeune homme (32 ans) facétieux à la bonne humeur communicative.

Quel bilan tirez-vous de cette année 2005 ?
Ce fut une très belle année. On a donné plus d'une centaine de concerts. On a joué dans de nombreux festivals ou il y avait une super ambiance, à l'image notamment de Solidays.

Votre actualité est riche en cette fin d'année avec notamment la sortie du DVD “Aldebert en scène”.
C‘est un projet dans lequel je me suis beaucoup investi. J'ai notamment réalisé un des films du bonus. Ce DVD retrace en quelque sorte les cinq derniéres années de notre vie...

Vous dites “notre vie” ?
Oui parce que cette aventure est collective. Sur cette tournée, par exemple, nous sommes neuf, six sur scène et trois en dehors.

Justement comment se prépare un tel spectacle ?
On part en résidence pendant une ou deux semaines. Sur place, on réfléchit à l'ordre des chansons, au jeu de lumières. Enfin à tout ce qui est nécessaire pour construire un spectacle. Mais bon, il faut savoir que rien n'est figé et qu'au gré des concerts, on opère certaines modifications.

Le 16 décembre, vous donnerez un concert à Besançon. Est-ce difiérent de jouer dans sa propre ville ?
C‘est un sentiment particulier. Je ne partage pas le point de vue de ceux qui estiment que le public est différent d'une région à une autre. Moi je n'ai jamais trop ressenti de différences entre un concert à Toulouse et un autre à Paris. Mais jouer dans sa propre ville, c'est forcément différent. C'est à Besançon que tout a commencé. Dans la salle, il y aura ma famille, des amis...

Pour cette occasion, avez-vous prévu des innovations ?
Je pense qu'il y aura une ou deux premières parties où le public pourra découvrir des artistes aux styles complètement différents du mien. Mais rien n‘est encore officiel. Sinon j'ai sollicité quelques personnes du cirque Plume pour qu'ilsinterviennent tout au long du spectacle.

Le spectacle est maintenant rodé. Y a-t-il toujours du stress avant de monter sur scène ?
Bien sûr. On se met en danger à chaque concert. Une toumée, c'est une remise en cause permanente. Et puis, avant chaque concert, on a toujours peur de jouer dans une salle presque vide (il sourit). Même si pour l'instant, ce n'est pas encore arrivé.

Justement parmi votre public, y a-t-il des “inconditionnels” présents à chaque concert ?
Présents à chaque concert peut-étre pas. Mais parmi la quarantaine de personnes qui nous suit très régulièrement, ils sont toujours au moins une dizaine à être fidèles au rendez-vous. A chaque concert, je les vois. Ils sont toujours au premier rang. Ils sont également tres présents sur le forum de mon site Intemet. Et puis pour l'anecdote, quatorze couples se sont formés grâce à ces concerts.

Votre dernier album “l'Année du singe" a très bien marché. A quand le prochain ?
Mon prochain album devrait sortir en octobre 2006. Quand j 'ai signé avec la Wamer, le contrat portait sur deux albums à condition que le premier se vende a plus de 30000 exemplaires. C‘est chose faite puisqu'on a dépassé la barre des 40000.

A quoi ressemblera-t-il ?
Sans changer fondamentalement de style, j'ai envie d'intégrer quelques nouveautés au prochain album, notamment au niveau musical. J'aimerais, par exemple, y glisser un peu d'electro.

Y aura-t-il des duos comme dans “l'Année du singe” ?
Normalement oui. Mais ce ne sera ni avec Jeanne (Chehral) ni avec Amélie (les Crayons).

Pouvez-vous nous donner des noms ?
Pour l'instant rien n'est encore décidé. Mais des voix comme celle de Pauline Croze (vue à Besancon en première partie du concert de M) m'intéressent.

Préparer un nouvel album quand on multiplie les concerts aux quatre coins de la France doit demander pas mal d'organisation.
Moi je fais partie de ceux qui ne peuvent pas écrire quand ils sont en tournée. Alors je profite de chaque joumée de repos pour griffonner quelques lignes.

En dehors de cet album, quels sont vos projets à court ou moyen terme ?
J'ai très envie d'écrire un album pour enfants. C‘est un projet qui me tient a coeur depuis l'époque où j'étais animateur à l'école primaire de Naisey-Ies-Granges. Sinon on envisage, en partenariat avec Ia Ville de Besançon, de donner quelques
concerts en Israël et en Palestine. Et puis je rêve de programmer plusieurs concerts en Afrique.

Recueilli par Julien Moricci
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Musiciennes à Besançon


janvier 2023
Appel à candidature jusqu'au jeudi 9 février pour la semaine du 24 au 28 avril à Besançon. Musiciennes à Besançon est un temps fort autour de la création féminine, à Besançon et en région Bourgogne-Franche-Comté. À travers ce projet, le Bastion, la Rodia et Mazette! entendent participer à l’accès en égalité à la pratique musicale, mettre en valeur la création féminine et dynamiser le territoire autour de ces préoccupations. MAB est une opération d’accompagnement qui propose à 3 équipes artistiques de bénéficier d’une semaine d’immersion au Bastion et à la Rodia pour travailler leur projet musical et s’interroger sur leur statut de femmes artistes. S'y ajoute une journée de rencontres du réseau régional, la Féma, avec des ateliers pour débattre des questions d’égalité suivie d’un concert de clôture à la Rodia. En savoir +

Pianos et tangos


mai 2022
Le Duo Mélinès vient de publier un hommage à Astor Piazzola. Des tangos pour 2 pianos, disponible pour 10 euros. Contact : duomelines@gmail.com. En savoir +

Nouvel Horizon


mars 2022
Sous l’égide de l’Adapei du Doubs, ce groupe musical se compose de personnes en situation de handicap. Créé il y a plusieurs années, il donne de multiples concerts. On peut l’encourager et le suivre sur facebook. Le groupe prépare un album qui devrait être présenté le 12 avril au Moloco à Audincourt.

Panopli pour musiciens


novembre 2021
A Besançon, le Bastion et La Rodia proposent un système d’accompagnement destiné à apporter aides et conseils aux musiciens. Panopli est accessible en ligne ici.

Radio Campus et musique


janvier 2018
Si vous cherchez le Top campus, classement mensuel des artistes les plus diffusés sur les radios Campus en France, c'est ici.
Voir tout