mai 2020

Frappe énergique

A Belfort, les studios Rockhatry ont accompagné quelques combos heavy rock. Depuis 6 ans le trio the Fre3 Bastards perpétue une puissante tradition. Il vient de publier un album de haute tenue.
Photo Cyril Damotte
Frappe énergique

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
On ne définira pas mieux la musique des Fre3 Bastards qu’en utilisant le titre de leur album paru le mois dernier : Loud heavy rock for all. Sur leur bandcamp, on entend 9 titres à l’énergie réjouissante. Directs, puissants, efficaces. Le rock dont la recette a fait ses preuves depuis 5 décennies ; toujours viable, toujours jeune. Le groupe a commencé sur ces bases en 2014. « On s’est rencontrés par un ami commun et ça a collé dès la première répétition. On avait en tête la même démarche : une musique qui va droit au but, sans se prendre la tête » raconte Greg, le batteur. Le trio affiche la petite quarantaine. Greg vient de Dasle, Jo, guitariste chanteur, est d’Epinal, Mick, bassiste, de Lure. Camp de base, Belfort et les studios de la Poudrière/Rockhatry, « structures qui soutiennent vraiment bien la scène locale ».
Reprenons l’écoute : 3 premiers envois le feu aux trousses puis le tempo ralentit mais garde l’épaisseur de son marqué seventies rugissantes jusqu’au plus sombre « Forget about your dreams », mené par une basse lancinante. « On écoute tous styles de musique, de manière assez hétéroclite mais on a nos influences comme Motörhead, Clutch, Foo Fighters cite Greg. Pour cet album, on a enregistré le plus possible en live, en analogique pour avoir un son brut, pas retraité, le plus naturel possible. On est vraiment satisfait du résultat, il correspond à ce qu’on voulait ».
Un résultat obtenu en enregistrant au studio White bat à Alkirch avec le producteur de Last Train. Sur « Forget about your dreams », Victor Sbrovazzo, fondateur du heavy bluesy Dirty Deep est venu placer une partie d’harmonica. « On essaie de travailler avec des gens qui ont la même démarche que nous ». Il en ressort une certaine homogénéité. Leur logo, toujours dans l’esprit rock, a été dessiné par le graphiste Christin Georgel.  « On lui a donné le thème de base, à savoir que le groupe est 3 personnes mais une entité et il nous a livré ce que l’on voit sur la pochette, là encore très en accord avec une imagerie rock ». Même chose pour le clip de « Friends » confié au réalisateur Jean-Philippe Putaud-Michalski. « La Poudrière a mis une salle à notre disposition, on a tourné en un jour et demi et il nous a fait un truc impeccable ». Visiblement, le groupe aime agir vite et bien.
« On n’a pas de méthode unique pour composer. Chacun apporte sa pierre. On peut partir d’un texte comme d’un riff et chacun bosse là-dessus, c’est collaboratif. Mais les textes, c’est principalement Jo. Il est bilingue anglais alors ça ne lui pose pas de problème. Pour nous l’anglais est une évidence parce que notre manière de voir le rock colle mieux avec la langue anglaise, qu’on a toujours écouté de la musique anglo-saxonne et qu’il est difficile de faire sonner le français dans le rock. »
A leur actif, les Fre3 Bastards ont deux EP et des concerts dans tout le grand Est mais aussi en Allemagne et en Suisse., avec des premières parties d’Earthless ou Tyler Bryant ou même des Infidèles. Ils n’attendent que l’après-confinement pour continuer à faire partager leur énergie. « On devrait faire un concert release à Rockhatry quand on pourra. Notre envie, c’est de tourner, promouvoir notre musique, développer la partie scénique ». En attendant : bandcamp.

S.P.
Les suivre
bandcamp

you tube

facebook

A venir
Festival La Guerre du son (peut-être), release du LP à Rockhatry après le confinement.

Rockhatry
Les studios liés à la Poudrière ont vu le jour en 1989. Situés sur l'esplanade du fort Hatry, ils soutiennent et accompagnent les groupes locaux en leur proposant matériel et salles de répétition, accueillant jusqu'à 50 groupes de musiciens amateurs chaque année.
En savoir +

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Musiciennes à Besançon


janvier 2023
Appel à candidature jusqu'au jeudi 9 février pour la semaine du 24 au 28 avril à Besançon. Musiciennes à Besançon est un temps fort autour de la création féminine, à Besançon et en région Bourgogne-Franche-Comté. À travers ce projet, le Bastion, la Rodia et Mazette! entendent participer à l’accès en égalité à la pratique musicale, mettre en valeur la création féminine et dynamiser le territoire autour de ces préoccupations. MAB est une opération d’accompagnement qui propose à 3 équipes artistiques de bénéficier d’une semaine d’immersion au Bastion et à la Rodia pour travailler leur projet musical et s’interroger sur leur statut de femmes artistes. S'y ajoute une journée de rencontres du réseau régional, la Féma, avec des ateliers pour débattre des questions d’égalité suivie d’un concert de clôture à la Rodia. En savoir +

Pianos et tangos


mai 2022
Le Duo Mélinès vient de publier un hommage à Astor Piazzola. Des tangos pour 2 pianos, disponible pour 10 euros. Contact : duomelines@gmail.com. En savoir +

Nouvel Horizon


mars 2022
Sous l’égide de l’Adapei du Doubs, ce groupe musical se compose de personnes en situation de handicap. Créé il y a plusieurs années, il donne de multiples concerts. On peut l’encourager et le suivre sur facebook. Le groupe prépare un album qui devrait être présenté le 12 avril au Moloco à Audincourt.

Panopli pour musiciens


novembre 2021
A Besançon, le Bastion et La Rodia proposent un système d’accompagnement destiné à apporter aides et conseils aux musiciens. Panopli est accessible en ligne ici.

Radio Campus et musique


janvier 2018
Si vous cherchez le Top campus, classement mensuel des artistes les plus diffusés sur les radios Campus en France, c'est ici.
Voir tout