février 2021

Mélanie Mambré : « En tant que femme, on doit prouver plus »

Vaovert est une entreprise dijonnaise qui recense les hébergements touristiques écoresponsables. Pour sa créatrice, être accompagné et savoir s'entourer sont essentiels.
Photo Antoine Martel

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Vaovert
Vaovert est un site de recensement d’hébergements touristiques français écoresponsables. Il est basé sur un filtre qui existe très peu ailleurs et qui permet d’évaluer le niveau d’engagement environnemental de chaque établissement. L’algorithme évalue 94 critères en 5 familles : l’habitat, l’énergie, les déchets, la nourriture, les activités proposées. Pour être recensé, il faut atteindre au moins 10 % de l’évaluation. Celle-ci est actualisée chaque année. Vaovert est une SAS de l’économie sociale et solidaire basée à Dijon.  Je précise que c’est une entreprise neutre en carbone.

Parcours
J’ai un bac+4 en management et gestion d’entreprise, obtenu à la CCI de Lons-le-Saunier. J’ai travaillé 11 ans dans une banque, notamment en tant que conseillère référente habitat. Parallèlement, j’ai pu assouvir ma passion des voyages, ce qui m’a menée à l’idée de Vaovert.

Création
Quand j’ai quitté la banque, je me suis formée pendant un an à la création d’entreprise avec la BGE de Dijon et notamment le dispositif « Des elles pour entreprendre ». J’avais un peu peur, car il y a toujours la peur de l’inconnu, mais petit à petit, en étant accompagné, en créant un réseau de conseils et partenaires clés, on obtient les infos nécessaires pour que tout se passe bien. Personnellement, j’ai eu les bonnes personnes et les bons soutiens, que ce soit de la part de la BGE, de la Région, du réseau Entreprendre Bourgogne, d’Initiative Côte d’Or, de la BPI, en termes d’accompagnement et de prêt d’honneur.

Etre cheffe d’entreprise
Au début, c’était une expérience négative. Je me suis toujours engagée sur ces notions de place de la femme, de sororité, etc. mais j’ai un peu tiqué en formation « Des elles pour entreprendre » car je pensais qu’il ne fallait pas forcément en faire plus pour les femmes que pour les hommes. Mais je me suis rapidement rendue compte de la réalité. Au premier tour de table financier, je me suis retrouvée face à 10 personnes : uniquement des hommes. Parmi les questions, j’ai eu droit à « vous n’avez pas d’enfant ? En voulez-vous ? Comment allez-vous vous organiser ? » De manière générale, j’avais l’impression qu’on prenait moins ma parole au sérieux. Et ce d’autant plus que dans mon domaine, le numérique, on est environ seulement 12 % de PDG femmes. Je pense qu’en tant que femmes, on doit prouver plus. On a peut-être aussi moins confiance en nous parce qu’on intègre cette notion qu’un chef d’entreprise est traditionnellement un homme. Cela peut transparaître et en conséquence, on suggère ce défaut de manque de confiance chez nos interlocuteurs ! Cela étant, je pense que l’une des clés du succès est la mixité, aussi ai-je cherché un directeur général masculin. Mais le principal, c'est de se lancer corps et âme dans le projet.

Salariat vs entrepreneuriat
C’est le projet qui m’a menée à la création d’entreprise et pas l’inverse. Salariée, j’avais des responsabilités et je bossais beaucoup, ce n’était pas très différent. Le point de réflexion principal était de faire une chose qui ait du sens pour moi, dans laquelle je puisse m’épanouir, associant l’innovation et ma passion pour les voyages. C’était à la fois un super challenge et l’occasion d’être actrice d’un impact dans la société.
En savoir +
vaovert.fr

facebook

twitter

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

« Entreprendre au féminin »


février 2021
Ce rendez-vous francophone est organisé une fois par an par l’association du même nom. Le prochain sommet est proposé du 4 au 14 mars, Il est gratuit (sauf pour les bonus et replays), en ligne et donne lieu à 3 conférences par jour. Il propose également de manière permanente un forum d’entraide, « Les Girlz ». Infos et inscriptions sur entreprendre-au-feminin.com

Des Elles pour entreprendre


février 2021
Ce programme a pour mission de soutenir les femmes dans l’accès à l’entrepreneuriat. Il propose des formations et soutien des associations de cheffes d’entreprise. Infos, fondation-entreprendre.org

BGE


février 2021
Ce réseau d’accompagnement à la création d’entreprise accueille et aide les candidats à l’entreprise de l’idée au développement, avec conseils et formations. Dans la région, il est présent dans tous les départements et possède des lieux d’accueils dans 26 villes. Infos et contacts, bge.asso.fr

Formation création d’entreprise réservée aux femmes


janvier 2020
Pour accompagner les femmes qui souhaitent créer leur entreprise, BGE Franche-Comté propose la formation, « des elles pour entreprendre ». D'une durée de 27 jours, elle a pour objectif d'aider les femmes à concrétiser leur projet en abordant l'adéquation personne / projet, la définition de la stratégie commerciale, l'étude de marché, les choix juridiqueset financiers, le pilotage de l'entreprise et des problématiques spécifiques telles que la posture de la femme entrepreneure, la confiance en soi, la gestion du temps… Prochaines sessions à Belfort du 9 mars au 24 avril, Besançon du 9 mars au 24 avril, Lons-le-Saunier du 9 mars au 24 avril et Vesoul du 2 mars au 17 avril. Ces formations sont financées par la Région Bourgogne Franche-Comté.

Micro-entrepreneur


avril 2019
Comment créer une micro-entreprises ? L'essentiel à savoir sur le site du ministère de l'Economie.
Voir tout