octobre 2020

Végétarisme et santé

Se lancer dans un tel régime n'est ni déconseillé ni conseillé mais nécessite des précautions.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le mot santé n'est pas l'argument le plus souvent avancé par les végétariens. Certes, des scandales alimentaires récents étaient évoqués par des étudiants parisiens interrogés par l'Inrae (1) en 2017 parmi les motifs de passage au végétarisme/végétalisme. D’autres, telle Laurence Pieau, auteure de Tout le monde n’a pas la chance d’être végan vont plus loin : « les vegans pèsent dix kilos de moins que les mangeurs de viande et ont moins d’attaques cardiaques. Ils vivent mieux et plus vieux. » A l’inverse, une étude britannique signale des taux d’accidents vasculaires cérébraux 20 % plus élevés chez la population végétarienne/végétalienne étudiée, précisant que cette recherche ne permet pas de déterminer si ce chiffre est en corrélation avec le régime lui-même ou avec le mode de vie lié.
En matière de santé, c'est comme pour la planète : difficile de savoir si le végétarisme et le végétalisme ont des effets bénéfiques. Une seule certitude : manger trop de viande est néfaste. Mais ne plus en manger ? Les réponses aux enquêtes évoquent un bien-être psychologique – que l’on peut également supposer exister chez ceux qui aiment la viande. « Personnellement, je n’ai jamais rencontré de patients se déclarant végétarien par souci de santé annonce Julien Cadiot, diététicien à Nevers. Je pense que ce sont très majoritairement les raisons éthiques et la protection animale qui prévalent ». Petite indication, il n’a jamais recommandé de régime de ce type. « Mais quand il y a surconsommation de viande, je recommande fortement de diminuer. Cela dit, il n’y a pas d’inconvénients à ce type de régime, s’il y a des apports recommandés et un suivi. Il faut simplement vérifier qu’il n’y a pas de carence, notamment en fer, en vitamines B12, B9, D. On peut par exemple compenser le manque d’acides aminés (2) essentiels par une association de légumineuses et féculents. Compensation que le quinoa est le seul aliment à pouvoir apporter seul ».
Les produits animaux sont en effet source importante de protéines mais aussi de micronutriments (vitamines, fer, sélénium) « dont les carences sont mal définies et connues » selon l’Inrae. Certains groupes de populations, notamment les personnes âgées, les enfants et les femmes en âge de procréer, ont des besoins spécifiques en protéines de haute qualité nutritionnelle et en micronutriments (minéraux et vitamines), présents dans les produits animaux et facilement assimilables par l’organisme.
Certains adeptes des régimes passent également par des compléments alimentaires mais ces derniers font l’objet d’environ 300 signalements d’effets indésirables de la part de l’Agence nationale de sécurité alimentaire de l’alimentation.
Aussi, quelle que soit la situation, il est recommandé d’être accompagné avant de se lancer dans l’alimentation végétarienne ou végétalienne. « Pour ceux qui ne remplacent pas et n’équilibrent pas, cela peut être dérangeant et dangereux confirme Justine Thielley, diététicienne nutritionniste bisontine. Avec des conseils, on arrive à faire des rééquilibrages corrects, notamment pour garder la masse musculaire. Personnellement, ce n’est pas quelque chose qu’il m’arrive de conseiller car j’estime qu’il s’agit du choix de chacun ». Elle dit voir de plus en plus de jeunes ados qui veulent devenir végétariens ou des parents qui s’en inquiètent mais très peu de végans.
Comme les équilibres ne sont pas les mêmes selon les personnes, s’en tenir à des recommandations générales vues à droite et à gauche n’est pas forcément utile. « Il faut demander conseil, être bien encadré, notamment pour les végétaliens estime Marie-Pierre Virlogeux, diététicienne nutritionniste à Nevers. On pose des questions précises pour faire des recommandations, ce qui ne peut pas passer par un blog. Chaque cas, chaque état de santé est particulier. Il faut prendre en compte l’âge, le mode de vie, l’activité ».
Cette année, le Dr Abderrahim Oussalah a publié un examen des méta-analyses ayant évalué au moins un résultat pour la santé en association avec les régimes végétariens. Chercheur à l'unité mixte de recherche Inserm/Université de Lorraine, il est l'un des spécialistes de ce domaine. Les conclusions, encore incertaines : une diminution de certains risques. Mais « l'effet des régimes végétariens chez les femmes enceintes et allaitantes nécessite une attention particulière ». Par ailleurs, il indique la nécessité « d'études propsepctives pour évaluer les conséquences de l'augmentation de la prévalence de la carence en vitamine B12 pendant la grossesse et la petite enfance sur la vie future et des déficits en oligo-éléments sur les risques de cancer ».
A Nevers, Marie-Pierre Virlogeux rencontre peu de végétariens et pas de végan. « Beaucoup se posent la question, beaucoup réduisent leur consommation de viande. Dans certains cas, il m’arrive de recommander une diminution, mais c'est le cas pour d’autres aliments tels que le sucre ». Les conclusions rejoignent celles liées à la planète : diminuer, modérer mais pas forcément arrêter. L’Inrae a publié une infographie sur un régime alimentaire durable. L’organisme affirme qu’il est possible de répondre à des exigences nutritionnelles, environnementales et économiques en « mangeant sans excès, varié, sans supprimer une catégorie d’aliments, en diminuant la consommation de viande et de charcuteries, en augmentant les fruits et légumes, les produits céréaliers complets et les légumes secs ». Jean de Kervasdoué, ancien conseiller ministériel, a un avis proche : « si l’impact de l’alimentation sur la santé et le bien-être est évident, les conseils universels en la matière sont peu nombreux : il faut manger, mais pas trop, pas trop gras, pas trop salé, pas trop sucré, il faut consommer des fruits et des légumes ».

S.P.

(1)
Inrae : Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement.
inrae.fr

(2)
Acides aminés : molécules qui constituent les protéines. Il existe une vingtaine d’acides aminés naturels, dont 9 acides aminés essentiels à l’Homme.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Alimentation


octobre 2020
Un individu en France ingère quotidiennement en moyenne 2,4 kg d’aliments (moitié aliments solides, moitié boissons). Les aliments solides sont composés aux 2/3 de produits d’origine végétale et à 1/3 d’origine animale.

Renoncement aux soins


avril 2020
Selon les organismes de santé, certains patients n’osent plus se rendre en établissement de santé ou appeler leur médecin, pour des motifs autres que des symptômes liés au coronavirus. La Fehap, la Fédération hospitalière de France, la Fédération de l’hospitalisation privée, France Assos Santé, Unicancer et l’Union nationale des professionnels de santé rappellent que ces renoncements aux soins peuvent engendrer de graves dommages, particulièrement pour des pathologies chroniques ou aigües. Il est essentiel de continuer à se soigner et que les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées. En cas de doute sur son état de santé, il faut continuer à contacter son médecin ou d’appeler le 15, selon la situation.

Confinement et santé sexuelle


avril 2020
Malgré les circonstances, le Planning familial reste disponible pour toute personne qui souhaiterait échanger sur la contraception, l'avortement, la sexualité... en composant le numéro vert national 0800 08 11 11 (anonyme et gratuit). Le Planning familial rappelle que la contraception est possible, même confiné, l'avortement est toujours possible à l’hôpital ou en cabinet médical : l'IVG est un soin urgent ne pouvant être reporté. L’annuaire du numéro vert est à jour pour la Bourgogne Franche-Comté afin d’orienter au mieux les
personnes.

Covid-19 : courses et alimentation


avril 2020
Face au virus, quelles précautions avec les courses et les aliments ? Voici ce que recommande l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Covid-19


mars 2020
Faire circuler des idées fausses sur cette maladie est non seulement inutile mais également contre-productif en termes de lutte contre l'épidémie. Les principales fausses informations :
- Le virus meurt avec la chaleur. A moins d’une accélération brusque du réchauffement climatique, il ne faut pas compter dessus. Selon les estimations scientifiques, il faudrait une exposition à 56° pendant 20 à 30 mn.
- Boire chaud tue le virus. Faux. Ingurgiter un liquide à 56° pendant 20 minutes, alors ? Ce n’est pas recommandé, ni même garant du résultat.
- Boire un gargarisme avec une solution désinfectante tue le virus. Cette idée ne figure dans aucune recommandation d’aucune autorité sanitaire.
- Pour savoir si l’on est infecté, il faut retenir son souffle 10 secondes et observer si l’on y arrive sans toux ni oppression. Test non validé. Ou alors, il faut avertir les scientifiques que le test en laboratoire coûte un peu cher par rapport à cette méthode. Non seulement c’est inexact, mais les personnes prenant cette idée pour vraie peuvent se croire non infectées et abandonner les précautions recommandées.
Voir tout