septembre 2017

50 ans d’IUT à Belfort-Montbéliard

Pendant un an, les formations courtes créées en 1967 vont être mises à l’honneur à travers des animations liant passé, présent et avenir.
Photo SimonDaval.fr

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En septembre 2017 c’est "Back to 68". Dans un an , ce sera "the future is yours". En faisant le lien entre passé et avenir, entre raison d’être et perspectives, l’IUT de Belfort-Montbéliard s’est lancé dans une année de célébration d’un cinquantenaire. Le sien (naissance en juillet 1968) et plus généralement celui des IUT, créés par un décret de janvier 1966. Idée à l’époque : proposer une formation courte permettant aux étudiants d’entrer rapidement sur le marché du travail. En corollaire, un fort besoin de l’économie française en cadres techniques intermédiaires.
Cinquante ans après, quelques paramètres ont changé – en particulier la fin du plein emploi. Mais malgré la réforme européenne du LMD, le diplôme universitaire de technologie en 2 ans existe toujours. Validant des formations axées sur la pratique, il signifie une employabilité immédiate. Et dans certains secteurs, il répond encore à un besoin important. En ce qui concerne Belfort-Montbéliard, Bruno Viezzi, le directeur, cite quelques formations pour lesquelles c’est assez évident : mesures physiques, génie électrique, métiers du multimédia et d’internet, techniques de commercialisation lui viennent spontanément à l’esprit comme pourvoyeurs de débouchés sûrs. Il insiste également sur une idée qui justifie encore l’existence des bac+2 : dans la mesure où l’on insiste de plus en plus sur la formation tout au long de la vie, démarrer une carrière après 2 ans d’études supérieures n’est pas rédhibitoire vis-à-vis de sa réussite. Pour les jeunes qui espèrent acquérir rapidement l’autonomie, ils demeurent même une bonne solution. Travailler d’abord, se former ensuite est une idée à prendre en compte dans une orientation.

   Des animations
   tous les mois


D’autant que les IUT ne sont pas restés bloqués en 1967. Ils s’adaptent en permanence comme le signale Bruno Viezzi (lire ici). Ils ont même, depuis 2000, étoffé leur parcours en accueillant 60 % des licences professionnelles. L’an dernier, 700 des 1700 étudiants de l’IUT de Belfort-Montbéliard en suivaient une. Actuellement, des 23 formations proposées, 13 sont des licences pro. Paradoxe ? Peut-être, mais il offre la possibilité aux étudiants de poursuivre leur cursus si jamais ils s’aperçoivent que l’entrée sur le marché du travail peut finalement être décalée d’une année.
La participation de l’IUT du nord Franche-Comté au projet Ecocampus doit lui permettre de renforcer ses liens avec l’environnement économique et industriel, son implication dans les activités de recherche et son orientation vers l’international. Son ambition est résumée en une phrase : «proposer des formations diplômantes répondant aux besoins du marché de l’emploi en conjuguant proximité et international, démocratisation de l’enseignement et excellence». L’anniversaire va servir à l’illustrer : au cours de l’année, chaque mois, un ou deux départements seront mis à l’honneur à travers des événements organisés par les étudiants et les formateurs. Coup d’envoi en octobre avec un mooc, des expos, un forum, une journée des anciens autour du département génie électrique et informatique industrielle.



Lire aussi
Entretien avec Bruno Viezzi, directeur de l’IUT de Belfort-Montbéliard.

En savoir plus
Iut-bm.univ-fcomte.fr
iut.fr

Ecocampus à l’horizon 2021
Ecocampus répond à une volonté de créer un pôle universitaire cohérent dans le nord Franche-Comté, dans le contexte de la fusion Bourgogne-Franche-Comté, de la réunion de leurs deux universités et du rapprochement avec l’UTBM. Ecocampus est d’abord géographique par la restructuration et la construction de locaux et le regroupement thématique des formations : 3 à Belfort, à savoir sciences de l’éducation sur le site Marc Bloch, commerce/droit/AES sur celui de Néel, énergie sur celui de Techn’hom. Montbéliard regroupera les formations dévolues au transport et à la mobilité. Ecocampus est aussi l’occasion de renforcer l’orientation stratégique sur 4 axes : recherche, formation, investissements, vie étudiante.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le BIA


octobre 2021
Le brevet d’initiation aéronautique (BIA) est une proposition faite aux collégiens ou lycéens passionnés d’aviation : elle permet de suivre durant un an des cours de culture aéronautique pour décrocher un diplôme mais surtout, de rencontrer des professionnels et parfois, de vivre un premier vol en planeur. Ce premier niveau de sensibilisation à l’aéronautique permet aux jeunes de goûter au pilotage avant d’envisager la suite (brevet de base, light aircraft pilot licence, private pilot licence…) voire une carrière dans l’aéronautique. Certains établissements scolaires proposent de préparer et passer le BIA. Renseignements auprès des Ciras (ciras.ac-dijon.fr et cirasfc.wixsite.com). On peut aussi passer par un aéroclub : la liste des sites formateurs est sur enviedepiloter.fr. Plus d’infos sur ffvp.fr et ffa-aero.frA lire aussi, "initiation au vol".

Aéronautique au lycée


octobre 2021
Il existe des options dans certaines secondes. Par exmple, le lycée Xavier Marmier à Pontarlier dispose d’une classe de seconde à projet aérospatiale. Elle permet aux élèves passionnés par ce domaine de profiter d’enseignements complémentaires centrés sur la technologie aérienne, l’histoire de l’aviation et de la conquête spatiale, les principes physiques correspondants et sur l’étude de textes littéraires. Les élèves qui le souhaitent peuvent préparer le brevet d’initiation aéronautique (BIA). Au Creusot, le lycée Léon Blum propose une seconde générale de culture scientifique et technologique avec une coloration aéronautique et espace.

Escadrilles Air-jeunesse


octobre 2021
Les EAJ ont pour ambition de développer des liens avec la jeunesse à travers l’aéronautique, les valeurs de l’aviateur, l’histoire de l’armée de l’Air et de l’Espace et ses traditions. La première escadrille a vu le jour en 2019. Aujourd’hui, l’armée de l’Air et de l’Espace accueille près de 400 jeunes sur 9 sitesdont Luxeuil et Dijon. Ces escadrilles rassemblent des jeunes de 12 à 25 ans pour leur permettre de découvrir et s’impliquer dans l’univers de l’aéronautique et du spatial. A Luxeuil, le partenariat entre la base aérienne et le lycée Lumière (qui envisage la création d’un BTS aéronautique en 2024) programme activités de modélisme, pilotage de drone, simulation de vol, vols en avion de tourisme avec l’aéroclub de Vesoul...Au programme de Dijon : découverte de l’aéronautique, de son environnement sportif, culturel, patrimonial, et des métiers de l’armée de l’Air. Des vols en avion de tourisme sont organisés en partenariat avec l’aéroclub de Darois. fondation-ailesdefrance.fr

Étudiants en situation de handicap


octobre 2021
Dans le but de simplifier les démarches administratives, un élève en situation de handicap peut bénéficier d'aménagements pour l'examen du bac. Dans ce cas, cet aménagement peut également s’appliquer aux concours et au sein des cycles de formation de l’enseignement supérieur. A l'université, des dispositifs d’accueil handicap leur sont dédiés.
Les étudiants en situation de handicap ont possibilité demander le réexamen de leur candidature à l’entrée en master. Ainsi, si le titulaire d’une licence n’a pas de place à l’entrée en master, il peut saisir le recteur d’académie qui lui fait trois propositions d’admission en master. Si l’étudiant accepte une proposition, le recteur l’inscrit dans la formation concernée.
En 2021, le nombre de contrats doctoraux réservés aux étudiants en situation de handicap passe de 25 à 30.

Crous Nevers


septembre 2021
Le Crous inaugure en cette rentrée un point relais à Nevers. Ce nouveau lieu d'infos pour étudiants est situé 21 rue du pont Cizeau. crous-bfc.fr
Voir tout