mai 2023

« Réglons-ça ! » : des distributeurs de tampons et serviettes à l’université

Depuis le début de l’année, 31 distributeurs de protections hygiéniques ont été installés à l’Université de Franche-Comté. Une façon de lutter contre la précarité menstruelle, particulièrement prégnante chez les étudiantes.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
« Sers-toi si tu en as besoin ». C’est le slogan estampillé sur des boîtes disséminées un peu partout sur les sites de l’Université de Franche-Comté. Dedans, des tampons et des serviettes hygiéniques, mis à disposition gratuitement. Selon une étude de la Fage (Fédération des associations générales étudiantes), en France, un tiers des étudiantes a besoin d’une aide financière pour se procurer ces protections. Une commission étudiante de l’Université de Franche-Comté s’est saisie, depuis 2021, de cette question de la précarité menstruelle. Après des collectes solidaires, 31 distributeurs sont venus compléter ceux déjà installés par le Crous, à l’initiative du gouvernement. « Il existe d’autres points où les jeunes pourraient se tourner pour trouver des protections périodiques, comme les pharmacies, ou les plannings familiaux, rapporte Gaëlle Galdin, directrice de la communication de l’UFC, mais la vie étudiante se passe en grande partie dans l’écosystème de l’université ; nous estimons donc que celle-ci a un rôle à jouer pour régler ce problème ».

  Des protections bios et gratuites sur tous les sites

Des distributeurs ont ainsi été disséminés sur tous les sites (Besançon, Belfort, Montbéliard, Vesoul, Lons-le-Saunier et Pontarlier) et dans toutes les composantes de l’université, mais aussi dans d’autres lieux de vie, comme les bibliothèques.
Même si cette action est aussi l’occasion de lever le tabou autour des règles, ces distributeurs restent dans des endroits discrets : « Notre enquête locale a montré une demande d’intimité et de discrétion de la part des étudiantes, justifie Anne Tatu, vice-présidente vie étudiante de l’UFC, nous avons donc fait le choix de lieux comme les toilettes. »
Autre choix de l’université : proposer uniquement des produits en coton biologique. « La conception des distributeurs a été confiée à un artisan local auquel nous avons demandé un modèle universel : n’importe queltype de protection, de n’importe quelle marque, peut y être déposé, complète Anne Tatu. Par conséquent, nous constatons que des personnes déposent elles-mêmes des produits, par solidarité ».
Le gros du stock des protections distribuées reste toutefois financé par l’Université, qui a reçu une aide totale de 25600 euros de la part de la Région et de l’association AGEA Bourgogne Franche-Comté pour lancer le dispositif.
« Nous pourrons pérenniser cette action grâce à la contribution de vie étudiante et de campus (CVEC), qui servira à financer les stocks de produits », indique Anne Tatu, qui estime à 14000 euros le coût de ce stock pour un semestre.
« Les distributeurs ont connu un franc succès à leur lancement, mais nous ferons un bilan à la fin du semestre, pour ajuster les besoins selon les sites », résume-t-elle.
De nouveaux distributeurs pourront ainsi être installés dès le premier semestre de l’année prochaine. « Puis en 2024, nous envisageons une sensibilisation aux protections réutilisables », conclut Anne Tatu.

Camille Jourdan
En savoir +
Pour voir la liste des emplacements des distributeurs, c’est ici.

Les lycées aussi
A noter que la Région Bourgogne Franche-Comté se préoccupe également de la précarité menstruelle chez les lycéennes. Pour les aider, elle a commencé à déployer dans les lycées des distributeurs de serviettes hygiéniques et tampons périodiques. Installés dans les toilettes de filles, ils sont mis à disposition des élèves qui peuvent venir se servir librement et gratuitement.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Nutri-score


octobre 2023
Santé publique France a créé en 2017 ce système d’étiquetage nutritionnel à l’avant des emballages : le Nutri-Score peut être apposé par les producteurs sur leurs produits sur la base du volontariat. Il a été développé pour faciliter la compréhension des informations nutritionnelles par les consommateurs et ainsi les aider à faire des choix pour avoir une alimentation équlibrée. Le logo associe une couleur du vert au rouge à une lettre de A à E indiquant la qualité nutritionnelle du produit. Depuis son lancement en France, plusieurs pays ont décidé de recommander son utilisation: la Belgique, la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Info jeunes


mai 2023
Le livret Ecoute et aide psychologique, disponible gratuitement sur jeunes-bfc.fr recense les dispositifs d’aide tels que lignes téléphoniques, chats, organismes, consultations gratuites.

Epsykoi


mai 2023
Site documentaire interactif destiné aux jeunes. Il propose des informations, des témoignages, des quiz, des définitions, mais aussi des avis d’experts autour de 4 grandes thématiques liées à la santé mentale : déprime, addictions, angoisse, sentiment de
persécution. epsykoi.com

Santé mentale


mai 2023
Des sites pour en savoir + :
infipp.com
unafam.org
santementalefrance.fr

Etucare


mai 2023
Programme numérique conçu par l’Ireps pour aider les étudiants à prendre soin de leur santé mentale. Basé sur les thérapies cognitivocomportementales et la psychologie positive, il leur permet de renforcer leurs ressources pour améliorer leur bien-être psychologique à l’aide de stratégies pratiques. Il contient des thèmes tels que gérer le stress, dormir, se connaître, réguler ses émotions...
ireps-bfc.org
Voir tout