août 2021

Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie

Cet artiste pontissalien poursuit un parcours autodidacte qui l’a mené à utiliser l’art comme moyen d’expression mais aussi de connexions et de partage.
Photo Yves Petit
Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Cet été, Benjamin Locatelli a été invité par Malbuissonart à créer l’une des 18 pièces d’été de la quadriennale d’art contemporain en plein air. Une reconnaissance pour le jeune homme dont le nom apparaît parmi ceux d’artistes reconnus internationalement. Le Pontissalien installé aux Verrières a choisi de décorer à base de tags et de graffitis une station de pompage. Couleur dominante bleue. Parmi les contraintes fixées par les organisateurs figurait la référence au contexte local. Le bâtiment se situe en contrebas de la Grande Source, située à flanc de montagne et marquée par un petit monument sur lequel figure la phrase latine  « pauperi divitique fons eadem jucunda ». « J’avais le choix du lieu. Le thème de l’eau m’inspirait. J’ai repris la citation latine au milieu d’autres mots. Pour travailler, je me fais une liste de mots, de valeurs, je définis la couleur et le style et ensuite je me lance, en suivant globalement l’idée mais en laissant place à l’aléatoire, à l’impro. Je peins large et vite, avec des éclats, ça donne un dynamique. Dès que la bombe est prête, il faut aller vite, c’est assez physique et c’est ce qui me plaît. J’ai mis 2 jours pour faire la Source. Après avoir tout essayé, je suis revenu à ce que je faisais au début ».
Parmi les tags visibles sur la station, son pseudo Writink. Le pseudo d’un artiste autodidacte qui a découvert la culture du graffiti à 13 ans par l’intermédiaire d’un camarade de collège venu de Sarcelles. « J’ai commencé dans les cahiers et dans la rue. J’étais dans l’univers skate, BMX avec des graffitis, des tags partout. Ensuite j’ai animé des activités graff à la MPT des Longs Traits puis je me suis lancé en autoentrepreneur. » Entretemps, à l'adolescence, il a été arrêté en flagrant délit de tag, a pris une peine de prison avec sursis. Le sentiment d’injustice qu’il décrit sur son blog writink.life a fait place, au moment de ses premières animations, à des questions sur le rôle et l’utilité du graffiti, sur l’éducation, sur ses valeurs. Il a notamment évolué sur l’idée qu’il se faisait de la liberté. « En Europe, les graffeurs dans le monde de l’illégal pensent que ceux qui respectent la légalité sont des vendus. Je trouve cela dommage car ici, on a tout ce qu’il faut. Dans certains pays arabes, en Inde, au Mexique, c’est bien plus violent. Sans dénigrer le graff illégal, je cherche une approche plus sage, plus réfléchie ».

Partage

Depuis, il n’a cessé de développer à la fois ses techniques artistiques et sa philosophie, qu’il résume par « Don’t react, act ! ». Il écrit sur sa page : « Tout mon art, mon style de vie de manière globale se base dans cette dynamique de partage de connaissance, de bienveillance et d’expériences de la liberté sous sa plus juste mesure sociale. Que ce soit au travers de mes tableaux, mes fresques, mes formations, mes interventions médiatiques je travaille à utiliser le pouvoir du graffiti pour apporter le meilleur autour de moi ». A côté de son activité d’artiste, il poursuit ses animations et interventions éducatives dans des écoles, centres aérés et diverses structures de l’Est de la France et de Suisse romande.
Installé côté helvète depuis 10 ans, il a aménagé son atelier dans un vieux silo à grains. Dans sa volonté de générer dynamisme et entraide, il a lancé le Klab, pour Kultural laboratary, sorte de club transfrontalier susceptible de rassembler des gens de tous horizons, artistique, mais aussi politique, entrepreneurial, sportif. « C’est un réseau à vocation très large, avec une volonté de partage. L’idée m’est venue parce que j’étais dans plein de domaines qui ne se connectaient pas entre eux. C’est un tiers lieu qui a évolué et qui marche bien, avec des membres de France et de Suisse ». Aujourd’hui, cet espace de synergie où se mêlent travail, lieu de vie, projets peut aussi bien être lieu de séminaires d’entreprises que d’événements culturels.
S’il fait preuve d’une optimiste bonne humeur, il prévient néanmoins ceux qui aimeraient suivre ses pas que la situation n’est pas facile. « Vivre de l’art, c’est compliqué. Il faut créer mais aussi trouver des solutions pour se développer, chercher des galeries ». Il pense aussi que sa démarche et sa curiosité pour découvrir de nouvelles techniques et expressions ont les défauts de leurs atouts. « Je suis très changeant. Cela peut poser problème quand on veut avoir un style et une image de travail. Il vaut mieux garder une ligne que faire des choses très variées. Le monde l’art est compliqué et je pense qu’en me spécialisant, j’aurais évolué plus rapidement ».
Il ne s’est jamais posé la question de passer par une école d’art, notamment parce qu’à ses débuts il ne pensait pas faire de l’art. « Peut-être que j’aurais acquis plus vite les techniques, que j’aurais mis moins de temps à comprendre comme ça fonctionne, que j’aurais appris plus vite à me lancer à gérer un projet, mais d’un autre côté, il y a un formatage. Je pense que ce qui m’a forgé, ce sont les ateliers. Ça me tient à cœur car l’école était pour moi une corvée, une souffrance. C’est quand j’ai commencé les animations que, pour donner des atouts aux gamins, j’ai commencé à me renseigner sur l’histoire, les styles, les mouvements, les techniques, la légalité ».

S.P.
(1)
Elle pourrait se traduire par « une fontaine agréable aux pauvres comme aux riches ».

En savoir +
writink.life

facebook

in-klab.co

itemartraynal.com

facebook.com/ARTinBFC/



Où voir ses oeuvres
A Malbuissonart, en extérieur à Malbuisson.

Chez Marc Verdant à Pontarlier

En fresques à la mairie des Verrières (CH) et à La Cluse-et-Mijoux.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

Educateur de la PJJ


mars 2021
Le ministère de la justice recrute par concours des éducateurs pour sa direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). La mission d'un éducateur : aider les jeunes en difficulté et en conflit avec la justice à trouver leur place dans la société. Sur le terrain, il met en œuvre et accompagne les mesures et sanctions éducatives ou les peines, soit dans le milieu de vie habituel des jeunes, soit dans les lieux de placement de la PJJ (foyer, centre éducatif renforcé, centre éducatif fermé, famille d’accueil…), soit en détention. L’éducateur intervient également au civil dans le cadre d’enquêtes socio-éducatives sur la situation du jeune et son cadre familial, afin d’apporter un éclairage au juge des enfants avant sa prise de décision. La principale voie d'accès au métier est un concours de la fonction publique accessible à bac+3. Prochaines inscriptions du 1er mars au 1er avril. Toutes les infos sur lajusticerecrute.fr

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).
Voir tout