août 2021

Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie

Cet artiste pontissalien poursuit un parcours autodidacte qui l’a mené à utiliser l’art comme moyen d’expression mais aussi de connexions et de partage.
Photo Yves Petit
Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie Benjamin Locatelli ou le graff comme philosophie

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Cet été, Benjamin Locatelli a été invité par Malbuissonart à créer l’une des 18 pièces d’été de la quadriennale d’art contemporain en plein air. Une reconnaissance pour le jeune homme dont le nom apparaît parmi ceux d’artistes reconnus internationalement. Le Pontissalien installé aux Verrières a choisi de décorer à base de tags et de graffitis une station de pompage. Couleur dominante bleue. Parmi les contraintes fixées par les organisateurs figurait la référence au contexte local. Le bâtiment se situe en contrebas de la Grande Source, située à flanc de montagne et marquée par un petit monument sur lequel figure la phrase latine  « pauperi divitique fons eadem jucunda ». « J’avais le choix du lieu. Le thème de l’eau m’inspirait. J’ai repris la citation latine au milieu d’autres mots. Pour travailler, je me fais une liste de mots, de valeurs, je définis la couleur et le style et ensuite je me lance, en suivant globalement l’idée mais en laissant place à l’aléatoire, à l’impro. Je peins large et vite, avec des éclats, ça donne un dynamique. Dès que la bombe est prête, il faut aller vite, c’est assez physique et c’est ce qui me plaît. J’ai mis 2 jours pour faire la Source. Après avoir tout essayé, je suis revenu à ce que je faisais au début ».
Parmi les tags visibles sur la station, son pseudo Writink. Le pseudo d’un artiste autodidacte qui a découvert la culture du graffiti à 13 ans par l’intermédiaire d’un camarade de collège venu de Sarcelles. « J’ai commencé dans les cahiers et dans la rue. J’étais dans l’univers skate, BMX avec des graffitis, des tags partout. Ensuite j’ai animé des activités graff à la MPT des Longs Traits puis je me suis lancé en autoentrepreneur. » Entretemps, à l'adolescence, il a été arrêté en flagrant délit de tag, a pris une peine de prison avec sursis. Le sentiment d’injustice qu’il décrit sur son blog writink.life a fait place, au moment de ses premières animations, à des questions sur le rôle et l’utilité du graffiti, sur l’éducation, sur ses valeurs. Il a notamment évolué sur l’idée qu’il se faisait de la liberté. « En Europe, les graffeurs dans le monde de l’illégal pensent que ceux qui respectent la légalité sont des vendus. Je trouve cela dommage car ici, on a tout ce qu’il faut. Dans certains pays arabes, en Inde, au Mexique, c’est bien plus violent. Sans dénigrer le graff illégal, je cherche une approche plus sage, plus réfléchie ».

Partage

Depuis, il n’a cessé de développer à la fois ses techniques artistiques et sa philosophie, qu’il résume par « Don’t react, act ! ». Il écrit sur sa page : « Tout mon art, mon style de vie de manière globale se base dans cette dynamique de partage de connaissance, de bienveillance et d’expériences de la liberté sous sa plus juste mesure sociale. Que ce soit au travers de mes tableaux, mes fresques, mes formations, mes interventions médiatiques je travaille à utiliser le pouvoir du graffiti pour apporter le meilleur autour de moi ». A côté de son activité d’artiste, il poursuit ses animations et interventions éducatives dans des écoles, centres aérés et diverses structures de l’Est de la France et de Suisse romande.
Installé côté helvète depuis 10 ans, il a aménagé son atelier dans un vieux silo à grains. Dans sa volonté de générer dynamisme et entraide, il a lancé le Klab, pour Kultural laboratary, sorte de club transfrontalier susceptible de rassembler des gens de tous horizons, artistique, mais aussi politique, entrepreneurial, sportif. « C’est un réseau à vocation très large, avec une volonté de partage. L’idée m’est venue parce que j’étais dans plein de domaines qui ne se connectaient pas entre eux. C’est un tiers lieu qui a évolué et qui marche bien, avec des membres de France et de Suisse ». Aujourd’hui, cet espace de synergie où se mêlent travail, lieu de vie, projets peut aussi bien être lieu de séminaires d’entreprises que d’événements culturels.
S’il fait preuve d’une optimiste bonne humeur, il prévient néanmoins ceux qui aimeraient suivre ses pas que la situation n’est pas facile. « Vivre de l’art, c’est compliqué. Il faut créer mais aussi trouver des solutions pour se développer, chercher des galeries ». Il pense aussi que sa démarche et sa curiosité pour découvrir de nouvelles techniques et expressions ont les défauts de leurs atouts. « Je suis très changeant. Cela peut poser problème quand on veut avoir un style et une image de travail. Il vaut mieux garder une ligne que faire des choses très variées. Le monde l’art est compliqué et je pense qu’en me spécialisant, j’aurais évolué plus rapidement ».
Il ne s’est jamais posé la question de passer par une école d’art, notamment parce qu’à ses débuts il ne pensait pas faire de l’art. « Peut-être que j’aurais acquis plus vite les techniques, que j’aurais mis moins de temps à comprendre comme ça fonctionne, que j’aurais appris plus vite à me lancer à gérer un projet, mais d’un autre côté, il y a un formatage. Je pense que ce qui m’a forgé, ce sont les ateliers. Ça me tient à cœur car l’école était pour moi une corvée, une souffrance. C’est quand j’ai commencé les animations que, pour donner des atouts aux gamins, j’ai commencé à me renseigner sur l’histoire, les styles, les mouvements, les techniques, la légalité ».

S.P.
(1)
Elle pourrait se traduire par « une fontaine agréable aux pauvres comme aux riches ».

En savoir +
writink.life

facebook

in-klab.co

itemartraynal.com

facebook.com/ARTinBFC/



Où voir ses oeuvres
A Malbuissonart, en extérieur à Malbuisson.

Chez Marc Verdant à Pontarlier

En fresques à la mairie des Verrières (CH) et à La Cluse-et-Mijoux.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Greffier


décembre 2022
Le ministère de la Justice poursuit ses efforts de recrutement et renforce notamment le corps des greffiers des services judiciaires en proposant près de 650 postes par le biais du concours national. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 9 janvier 2023. Un métier qui conjugue connaissances juridiques, maîtrise des procédures et dimension humaine et constitue un maillon essentiel du fonctionnement de la justice  : le greffier enregistre les affaires, prévient les parties des dates d’audience et de clôture, prépare les dossiers pour les magistrats, prend note du déroulement des débats, rédige les procès-verbaux et met en forme les décisions. Il est garant de l’authenticité des actes juridictionnels, et tout acte accompli en son absence peut être frappé de nullité. Le greffier est aussi chargé de renseigner, d’orienter et d’accompagner les usagers dans l’accomplissement des formalités ou procédures judiciaires.  Les lauréats des concours externe et interne suivront une formation rémunérée de 18 mois  La rémunération des greffiers s'échelonne de 1770 à 2762 euros net, celle des directeurs de services de greffe de 1956 à 4500 euros net. En savoir +

Ambulancier


décembre 2022
Pour rendre le métier attractif et pallier le manque de professionnels, la nouvelle formation d’ambulancier est entrée en vigueur en septembre, marquant une volonté de reconnaître l’importance du rôle tenu par l’ambulancier en tant que professionnel de santé et du transport sanitaire. Le cursus dure un peu moins de 6 mois et comprend 3 stages. De nouveaux référentiels d’activités, de compétences et de formation ont été établis autour de 7 domaines d’activités : prise en soin d’un patient, réalisation d’un recueil de données cliniques du patient, contrôle et entretien du véhicule, contrôle et entretien des matériels, équipements et installations du véhicule, traçabilité des informations liées au patient, travail en équipe, traçabilité et transmission de savoir-faire issus de la pratique professionnelle. Concrètement, l’ambulancier aura de nouvelles compétences et pourra notamment réaliser certains soins d’urgence. Pour la formation, certains candidats peuvent bénéficier d’une équivalence ou d’un allègement selon leurs diplômes ou certificats. En savoir +

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.
Voir tout