mars 2020

« Comment agir pour les personnes isolées, vulnérables ?»

Certains se posent la question, mais c'est impossible sans protections sanitaires. Florence et Lisa, une mère et une fille bisontines cherchent quand même des solutions.
Photo Pixabay

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Comment puis-je agir ? Une question que beaucoup se posent certainement depuis le début de la période de confinement. Mais cette question habituelle se pose dans un contexte particulier : agir peut-être contre-productif puisque le but du confinement est d’éviter les contacts. En se posant cette question, Florence et Lisa Ducros, mère et fille d’un quartier bisontins, répondent sans hésiter. Mais parce qu’agir nécessite des protections sanitaires, elles ont décidé de lancer un appel sous forme de pétition. « Cela m’est venu naturellement explique Florence. Je travaillais dans l’aide aux personnes âgées ».

Comment est née votre initiative ?
Spontanément, au début du confinement, j’ai proposé à des personnes âgées de mon quartier de m’appeler si elles se sentaient isolées. Et je leur ai dit que je pourrais faire leurs courses, en cas de besoin et en prenant toutes les précautions sanitaires. Je l’ai fait, il n’y a pas de contact, je pose leurs courses devant chez elles. Et si l’on y réfléchit, si une personne fait les courses pour plusieurs, cela diminue les risques de contact. Par ailleurs, si jamais une voisine m’appelle parce qu’elle est tombée, qu’est-ce que je fais ? Pour moi, pas question de ne rien faire. Alors je me suis dit que s’il y avait d’autres personnes ayant la même volonté dans d’autres quartiers, il faudrait quand même des masques, des gants, du gel, des lunettes. De là est née la pétition que ma fille a lancée sur change.

Mais la recommandation est de rester chez soi.
Oui, mais il y a aussi la volonté de porter secours et je pense que d’autres personnes dans d’autres quartiers l’ont. J’ai deux voisines de 87 et 96 ans qui ne peuvent pas se déplacer. Quand je suis allée faire les courses pour l’une d’elles, elle m’a remercié, elle n’avait même plus rien à donner à son chat. Je pense que c’est un devoir d’agir, bien évidemment dans le respect des règles sanitaires. L’idéal serait d’avoir un ou deux volontaires par quartier, suffisamment équipé pour agir en cas de besoin. Mais la question n’est pas d’aller s’amuser dans le quartier ou de prendre des risques. Je ne vais pas au contact des personnes.

Mais le matériel de protection doit aller en priorité aux hôpitaux qui en manquent.
Oui, dans l’état actuel des choses. Mais s’il y a une grosse production en cours, comme on l’entend, ce sera peut-être l’occasion. Cela dit, avec ma fille, on pose une question, on soumet une idée. Après, il faut trouver des solutions, s’organiser, les mettre en place. On pense créer une plateforme en ligne pour les suggestions. Les gens peuvent aussi nous contacter par mail. Ce n’est pas simple, mais moi, je ne peux pas laisser les choses comme ça. Je pense que d’autres personnes ont les mêmes valeurs. Beaucoup de questions se posent, mais si on s’en pose trop, on ne fait plus rien.

Qu’attendez-vous de la pétition ?
Peut-être d’interpeller les pouvoirs publics. Mais avant, on attend de voir les signatures, les personnes intéressées, les commentaires. Ensuite, peut-être que ça donne des idées à d’autres puisque je le répète, il vaut mieux qu’une personne fasse les courses pour plusieurs plutôt que chacun y aille. Avec l’absolue nécessité de respecter les gestes barrière et ne prendre aucun risque. J’ai été conforté dans cette idée parce que Fabrice Provin se pose les mêmes questions. Il est l’auteur du livre Offrir une vie meilleure à nos aînés, il est un pionnier dans ce domaine.
Contacts
florence.nicod@sfr.fr
lisa.ducros25@gmail.com

Pétition
Tous volontaires pour les plus démunis

Je veux aider
Pour répondre aux souhaits de solidarité émanant des citoyens, l'Etat a mis en place la plateforme de réserve civique. Infos ici.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Chantage sexuel en ligne


avril 2020
Chantage à la webcam, harcèlement, revenge porn... Avec le confinement, ces situations préoccupantes en temps normal, augmentent encore. Les responsables de Net Ecoute, numéro national contre le cyberharcèlement, le notent et l'expliquent : « les victimes de chantages sexuels sont toujours plus nombreuses et plus jeunes. L'isolement du confinement accroît le temps passé par de nombreux adolescents devant les écrans, notamment dans des « jeux » sexuels. Les appels reçus augmentent au cours des dernières semaines en particulier pour du chantage à la webcam et de la sextorsion (avec près de 50% de hausse). Il s'agit souvent de jeunes collégiens (en majorité des garçons) d'à peine 14 ans. Parmi les plateformes qui font l'objet de nombreux signalements, il y a notamment Hangouts avec des rencontres qui se sont faites sur les réseaux sociaux Instagram (en progression de 10%) ou aussi sur Snapchat ». Il est possible de contacter Net Ecoute par téléphone,tchat et messagerie : 0800 200 000, numéro vert national ; netecoute.fr. Gratuit, anonyme, confidentiel.

Enfance en danger


avril 2020
En période de confinement, une forte hausse des appels au 119 (service national d'accueil téléphonique pour l'enfance en danger) est constatée. Pour y faire face, le gouvernement a procédé au recrutement d’écoutants, aux heures supplémentaires, a fait appel aux contribution d’associations (renfort de l’Enfant Bleu à hauteur de 80 heures hebdomadaires dès cette semaine et mise à disposition par la Voix de l’enfant de 40 ordinateurs pour les écoutants, au rappel d’anciens écoutants. Il a également été mis en place avec l’ordre national des pharmaciens un dispositif d’alerte permettant notamment aux mineurs de signaler les violences dont ils seraient victimes. Les témoins de tels faits peuvent en outre se rendre dans la pharmacie de leur quartier pour que la police ou la gendarmerie soit alertée sur une situation préoccupante. Les mesures d’urgence ont été renforcées. En cas de danger, de suspicions de maltraitances sur des enfants, les services de première urgence, via le 17, peuvent être sollicités aux fins d’intervention immédiate au domicile. Le portail de signalement des violences sexuelles et sexistes, accessible 24h/24, 7 jours/7, permet à tout témoin de signaler les violences subies par un enfant au sein de la famille, et offre à toute victime mineure la possibilité d’entrer en relation avec un enquêteur, de dialoguer de manière anonyme et sécurisée et d’être orientée. Enfin, pendant la période de confinement, les victimes de violences intrafamiliales, quel que soit leur âge, peuvent alerter les services de police et de gendarmerie par SMS, via le 114.

Covid-19 : prêter main forte


avril 2020
Le site pretermainforte.fr est né pour permettre aux soignants comme aux non-soignants de mettre leurs compétences au service des hôpitaux et établissements médico-sociaux. Objectif de ce dispositif construit dans la région avec l’ARS Bourgogne Franche-Comté et le soutien de beta.gouv.fr : faire correspondre une offre de bénévoles disposant de compétences hors du champ du soin aux besoins de renforts ponctuels des établissements de santé. Que ces besoins concernent l’accueil, l’administratif, la communication, l’informatique, la logistique ou la restauration... Toute personne dont le profil métier permet de prêter main-forte quelques heures ou quelques jours peut se porter candidat. Ce service complète le dispositif #Renforts-Covid qui permet la rencontre entre les besoins urgents des établissements de santé et médico-sociaux et les compétences de soignants (étudiants, actifs, retraités...).

Je veux aider


mars 2020
Pour limiter l’impact social de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans divers secteurs, le gouvernement créé une plateforme d'engagement. De nombreuses associations, qui reposent en temps normal sur des bénévoles souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité car leurs forces vives sont les premières à devoir rester confinées. Les bonnes volontés peuvent s'engager dans 4 types de missions : aide alimentaire et d’urgence ; garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’aide sociale à l’enfance ; lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées ; solidarité de proximité (courses de produits essentiels pour les voisins fragiles, isolés, handicapés).

Confinement et violences


mars 2020
Avec les mesures de confinement liées au Covid-19, les interrogations concernant les violences familiales et conjugales se posent. L’association France-victimes rappelle que « des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes vivent dans la peur et sont chaque jour victimes de coups et de sévices sans pouvoir se défendre et du fait du confinement sans pouvoir appeler à l'aide. Pour eux, le confinement n'est pas synonyme de protection, mais d'extrême danger ». Elle appelle « chaque personne qui a connaissance de violences sur un enfant, une femme, ou un homme à appeler les services de police ou de gendarmerie ou le numéro 116 006 qui se chargera de faire le nécessaire auprès des autorités. Un mail est mis à la disposition des personnes pour demander de l'aide ou signaler des personnes en grand danger : victimes@france-victimes.fr. Chacune de nos 132 associations est en contact avec les forces de police et de gendarmerie, les instances judiciaires, mais aussi les mairies pour venir rapidement en aide aux personnes et notamment être en mesure de les mettre en sécurité dans des logements d'urgence ».
Voir tout