avril 2021

Emploi : la manne verte ?

L’économie verte est porteuse d’emplois, mais d’abord dans des métiers qui s’adaptent à la nécessaire prise en compte de l’environnement.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les métiers « verts » : une dénomination annoncée depuis des années comme porteuse d’emploi. Si la concrétisation est plus lente que prévue, ils demeurent un secteur à potentiel. Il faut dire qu’ils sont en lien avec des sujets brûlants : la biodiversité, les empreintes énergétique et écologique, le réchauffement, les pollutions… L’Insee Bourgogne-Franche-Comté a publié récemment (décembre 2020) une étude sur le sujet. Dans la région, la part d’emplois verts et verdissants est restée stable entre 2011 et 2016. L’institut de la statistique en recense actuellement 169 800. Il pondère la stagnation : « Malgré une conjoncture difficile après la crise de 2008 et une baisse des emplois, la part de ces emplois verts et verdissants est restée stable dans l’emploi régional comme en France ».
La distinction vert/verdissant est liée à l’activité : « Les métiers de l’économie verte regroupent ceux, dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement (métiers verts) ou dont la finalité n’est pas environnementale, mais dont le contenu évolue pour intégrer les problématiques environnementales dans le geste métier (métiers verdissants) ». Si les premiers sont ceux auxquels on pense spontanément, ils restent minoritaires : 5500 dans la région. En France, ils représentent 0,5 % de l’emploi total. Ils relèvent principalement du traitement des déchets, de la production et la distribution d’énergie et de la production et de l’assainissement de l’eau. Pas forcément des postes de pleine nature ! Si « la Bourgogne-Franche-Comté est particulièrement bien positionnée dans la protection de la nature et de l'environnement », en valeur absolue, ces notions représentent quelques centaines de postes. Ces derniers sont d’ailleurs en baisse, « liée principalement à celle de l’emploi public dans ce domaine ».

Métiers verts, ais pas nouveaux

Si l’on en croit Sudyrama qui évoquait, lors de la présentation de son salon « formations et métiers de l’économie verte », un secteur « en pleine évolution, à forte croissance », c’est plutôt du côté du verdissant qu’il faut donc chercher. Selon l’Insee, c’est 15,3 % des actifs occupés en Bourgogne-Franche-Comté, une part qui varie entre 15 et 17 % selon les régions. Ces emplois se trouvent dans les secteurs de la construction, des transports, de l’administration, de l’industrie. Un vrac transversal où l’on trouve des métiers aussi divers qu’architecte, chauffagiste, conseiller agricole, responsable des achats, animateur socioculturel, ouvrier du bâtiment (le premier métier verdissant dans la région…), agent de maintenance, jardinier/paysagiste, ingénieur ! En fait tout ce qui contribue à « prévenir la dégradation de l’environnement, l’appauvrissement de la biodiversité et la pénurie des ressources naturelles » (définition OCDE) est plus ou moins concerné. Beaucoup sont des métiers existants poussés à évoluer par la transition écologique et énergétique à l’instar de ceux de la construction. Dans la pratique comme dans les formations, ils intègrent des compétences environnementales. Dans ce panel, les énergies renouvelables représentent un cas à part : des métiers nouveaux et des créations de postes : 100 000 d’ici 2025, d’après l’Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Île-de-France.


Principaux recrutements dans l’économie verte :


- Le bâtiment et notamment la rénovation énergétique, avec des créations de postes de l’ordre de 100 000 par an, qui pourraient être boostées par l’investissement public.
- Le transport, principalement les transports en commun et ferroviaires, mais aussi d’autres secteurs moins attendus comme le vélo, qui génère des emplois collatéraux à son activité (construction de pistes cyclables, stationnement).
- Les énergies renouvelables, qui concernent développeurs, fabricants d’équipements, constructeurs, exploitants, opérateurs de maintenance et  producteurs de matières premières pour les bioénergies
- l’agriculture biologique
- l’environnement, avec des métiers tels que responsable ou technicien qualité, hygiène, sécurité et environnement ; ingénieur environnement.

En savoir +
insee.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Assistants familiaux


septembre 2022
Les Départements sont responsables de l'action sociale et en particulier de la prévention et la protection  de l'enfance en danger. A ce titre, ils recrutent des assistants familiaux formés puis agréés pour accueillir de façon permanente des jeunes de 0 à 21 ans et leur offrir un cadre de vie chaleureux. Renseignements auprès des Départements.

Entreprise adaptée


mars 2022
Les entreprises adaptées (EA) sont des entreprises du milieu ordinaire qui emploient au moins 55 % de travailleurs handicapés parmi leurs effectifs de production.

Esat


mars 2022
Nés en 2005, prenant la suite des CAT (centre d’aide par le travail), les Esat (établissement et service d'aide par le travail) sont des lieux médico-sociaux de travail protégé pour les personnes en situation de handicap et visant leur insertion ou réinsertion sociale et professionnelle.

Ensmm et insertion


juin 2020
L'enquête de la Conférence des grandes écoles 2020 confirme l'excellent taux d'insertion des élèves de l'Ensmm, école d'ingénieurs bisontine : pour la 3e année de suite, 90 % des diplômés sont en activité professionnelle moins de 6 mois après leur sortie. Il est surtout à noter l'inversion des écarts de salaires hommes/femmes : il serait de 1,8 % plus important pour les femmes ! Ces dernières bénéficient de CDI dans 88 % des cas, contre 75 % pour les hommes. 

Compétences recherchées


janvier 2020
Selon Linkedin, quelles sont les compétences comportementales et techniques les plus recherchées par les entreprises (basé sur 660 millions d’utilisateurs et 20 millions d’offres d’emploi) ?
Au niveau mondial, les 5 compétences comportementales ou soft skills les plus populaires sont créativité, persuasion, esprit d’équipe, adaptabilité, intelligence émotionnelle. Les 10 compétences techniques ou hard skills : blockchain, cloud computing, raisonnement analytique, intelligence artificielle, conception UX, analyse commerciale, marketing d’affiliation, vente, informatique scientifique, production vidéo
En France, compétences comportementales : esprit d’équipe, gestion du temps, persuasion, rédaction, créativité. Compétences techniques : blockchain, production vidéo, raisonnement analytique, stratégies compétitives, social media, marketing d’affiliation, cloud computing, communication corporate, informatique scientifique, conception UX.
Voir tout