octobre 2022

Je suis forgeron, spécialité coutellerie

Victorien Meuriot a créé Ô feu forgé il y a un an à Vielverge, petite commune proche d’Auxonne. Il y perpétue des gestes séculaires.
Photo Yves Petit
Je suis forgeron, spécialité coutellerie Je suis forgeron, spécialité coutellerie Je suis forgeron, spécialité coutellerie

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le temps d’une journée d’été, Nicolas se glisse dans la peau d’un forgeron. Venu de Brans, dans le Jura, il s’initie aux gestes et postures d’un métier qui utilise des méthodes anciennes de plusieurs siècles. Après quelques conseils de Victorien Meuriot, créateur de l’entreprise Ô feu forgé à Vielverge, et des indications sur la température, la forge, la manière d’attaquer le métal, la position devant l’enclume, Nicolas se lance dans la fabrication d’un couteau. Comme le dit le proverbe, c’est vraiment un métier qu’on apprend en forgeant. « On m’a offert ce stage raconte Nicolas. Ça faisait longtemps que j’avais envie d’essayer. Les premières sensations, l’apprentissage de la technique me plaisent. Ce n’est pas juste taper sur un bout de ferraille ! »
« J’ai créé l’entreprise il y a un an dit Victorien Meuriot. L’accueil de stages permet de compléter l’activité, mais je le fais également pour le contact humain et parce que j’adore transmettre ». Le forgeron de 34 ans aime visiblement faire partager la passion pour son métier. Un cuisinier se présente avec une batterie de couteux qui le satisfait moyennement. En quelque minutes, Victorien réalise un diagnostic, soumet un devis pour refaire le fil de certains ustensiles et donne des conseils à son client pour d’éventuels futurs achats de matériel.

Huit forgerons dans un rayon de 40 km

On peut parler de vocation. « Ça remonte à l’école et à l’histoire médiévale. Je voulais être chevalier, fabriquer des armures et des épées. J’ai rencontré une troupe médiévale à Morez et j’ai fait des stages de découverte en 4e-3e à Armédia avec Stéphane Crotti. Pendant mes vacances, je partais avec eux en spectacles et tournées ». Lors de sa scolarité en ferronnerie à Ferdinand Fillod à St-Amour, on lui conseille les Compagnons. Il passe un CAP serrurier métallier avec les Compagnons du devoir de Dijon et enchaîne avec 4 ans de Tour de France. « Ensuite, j’ai travaillé comme menuisier dans l’événementiel sur des congrès et des salons dans toute l’Europe. Mais la forge, la relation avec la feu, la création, la matière me manquaient alors je suis revenu à la source. J’ai passé un CAP coutelier à la forge dans l’idée de me mettre à mon compte, pour me prouver que je pouvais faire quelque chose ». Malgré les félicitations du jury, il avoue avoir un peu hésité, « par manque de confiance », à se lancer dans la création d’activité, mais a finalement franchi le pas à Vielverge, à côté d’Auxonne. « C’est un choix par rapport aux enfants, au cadre de vie. Dès que j’ai vu la façade, j’ai su que c’était ça. Ici, il y a des forgerons, on est 8 dans un rayon de 40 km, mais chacun a ses spécialités, sa clientèle. Moi, je n’ai pas à me plaindre. On parle de moi, j’ai des commandes, beaucoup de stages avec des gens qui viennent créer leur objet ». Il a laissé tomber épées et armures pour se consacrer plus spécifiquement aux couteaux, ainsi qu’à des objets « ésotériques » (sigils, pendules, pendentifs, athamés…).
Il explique son attirance pour ce métier par la fascination du feu. « Ça m’a toujours épaté, et puis c’est un des seuls métiers où l’on modèle la matière ». Il décrit des gestes, des techniques, des outils qui ont peu changé depuis des siècles et précise que « ce n’est pas si physique, ni violent, même si chacun a sa manière de travailler. Moi, j’essaie de forger d’une manière souple. » Le travail nécessite plutôt, selon lui, des qualités d’observation et de sensibilité à la matière. « Et il faut être amoureux du métier parce qu’à côté de ça, c’est le bruit, la chaleur, les ouvrages lourds, le travail généralement seul. Il faut savoir respecter son corps et sa fatigue. »

S.P.
En photo
Victorien, à gauche, avec Nicolas, stagiaire d'un jour.



En savoir +
ofeuforge.fr

Parcours
Cité scolaire Ferdinand Fillod
1 rue Lamartine
39160 Saint-Amour
03 84 48 74 00

Compagnons du Devoir
1 rue Jean Mazen
21000 Dijon
0380677593

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.
Voir tout