mars 2022

Je suis sonothérapeute

Justine Lhabitant a ouvert récemment son cabinet Kintsugi à Besançon. Elle y propose des séances de relaxation à base de bols tibétains et de voyages au tambour.
Photo Yves Petit
Je suis sonothérapeute

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Justine Lhabitant ne parle pas de médecine, mais de bien-être. Ce qu’elle propose dans son cabinet bisontin de Casamène, au bord du Doubs, c’est de la détente physique et psychoémotionnelle. « Je commence par un entretien de santé et, si je pense que c’est possible, les séances de sonothérapie peuvent aider à s’apaiser, à gérer ses émotions, à reprendre confiance en soi ». La jeune femme utilise deux techniques : les bols tibétains et les tambours de Mongolie. Pour les premiers, elle s’est formée à l’école de Waterloo, en Belgique. « On fait vibrer les bols sur certains points du corps pour créer un état de conscience modifiée. La personne va chercher ses propres réponses aux questions abordées lors de l’entretien préalable. Il s’agit surtout de se détendre, de méditer, de se recentrer sur soi ». L’autre partie de sa pratique, inspirée des chamanes de Mongolie, est une technique à base de tambours qu’elle a acquise auprès de Laetitia Merli, anthropologue au CNRS, qui la tient elle-même de Corinne Sombrun, première française à avoir été reconnue chamane en Mongolie. Justine, elle, est simplement sur la voie chamanique. « J’utilise les sons du tambour pour aider les gens ».
Elle a ouvert en autoentreprise son cabinet de sonothérapie Kintsugi, qui reçoit depuis le 15 novembre une clientèle d’âges divers, femmes comme hommes qui ont souvent besoin de se rassurer. « Mon objectif est de faire en sorte que les personnes se sentent accueillies et comprises. Une séance est une opportunité de lâcher prise, une thérapie douce destinée à apporter du mieux-être ».
Son activité est au croisement d’un double intérêt pour la nature et la création artistique, musicale en particulier. « J’ai grandi dans la forêt, avec un père artiste idéaliste qui a construit sa maison tout seul raconte la jeune femme originaire de Noroy-le-Bourg, en Haute-Saône. Dès mon plus jeune âge, je m’intéressais aux arbres, aux plantes, aux cabanes, j’étais tout le temps dans la nature, même en plein hiver ». Elle décrit une scolarité marquée par une fibre artistique qui l’a conduite à un master de littérature comparée et à une année aux beaux-arts. Elle a publié en 2009, L’Eclat des choses, recueil de poésie inspiré de la beauté de la nature avant d’exercer pendant 3 ans comme critique pour la presse musicale indépendante. « Je me suis retrouvée à un concert de Depeche Mode à Paris, c’était comme un aboutissement. J’ai adoré écrire sur la musique, mais le monde de la nuit, c’est fatigant. Alors j’ai voulu bifurquer vers le domaine du bien-être et du développement personnel, en gardant la musique à l’esprit. Je me suis renseignée sur ce qui existait mais la musicothérapie exige de savoir jouer d’un instrument. La sonothérapie était plus accessible ». Aidée au départ par le thérapeute Jérôme Beuret, elle a trouvé sa voie dans l’association sons, voix, détente, thérapie. Ce dernier mot n’est d’ailleurs pas exclusif : Justine a également lancé un partenariat avec "le Calice enchanté", café restaurant bisontin qui mêle monde médiéval, fantastique et sorcellerie. « On organise des rencontres, des cercles de discussion, des ateliers runes ». Une autre manière de se changer les idées.

S.P.
En savoir +
Cabinet Kintsugi
1 chemin de Halage de Casamène, 25000 Besançon, justinelhabitant.wixsite.com



Formation
centre-les-hirondelles.be

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.
Voir tout