novembre 2013

La «trott’», une mode galopante

La trottinette n’est pas qu’un moyen de déplacement urbain. Depuis quelques années, elle s’inspire du skateboard ou du BMX pour devenir du vrai freestyle. Une discipline qui fait de plus en plus d’adeptes. Rencontre avec deux riders montbéliardais.
Photo SimonDaval.fr

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Flair, 360, backflip, hand plant ou encore finger double whip : Léon et Hadel, 18 ans, enchaînent les figures devant l’objectif sous les yeux ébahis de plus jeunes. Tous se retrouvent sur les rampes lors des différents créneaux dédiés à la discipline, au skatepark du Frigo à Montbéliard. Pour arriver à effectuer ces prouesses techniques, les deux amis se sont entraînés assidûment au prix de dents cassés, de mentons ouverts ou d’entorses aux chevilles. Pour eux, la trottinette est bien plus qu’un loisir ou un sport, c’est carrément une philosophie :
«C’est un esprit, une façon de vivre, on s’endort en pensant à cela. Contrairement aux autres sports, la trottinette n’a ni fédération ni club. Il n’y a pas de limite avec des règles. Quand tu rides, tu découvres tout le temps des nouvelles figures à faire qui demandent de la persévérance. Au bout d’un certain temps, certains se découragent et seuls les «vrais» riders restent».
Arrivée en masse il y a deux-trois ans, la trottinette n’a pas toujours été la bienvenue dans les skateparks où les adeptes des autres disciplines ont eu du mal à accueillir ce flot de nouveaux arrivants, souvent très jeunes. «Mais à Montbéliard, on s’entend bien» lancent-ils. Non loin de là, le parc de la Panse à Seloncourt accueille aussi des trottriders, notamment lors de deux compétitions. Un contest au Frigo a également lieu en novembre lors d’Urban session – Hadel et Léon ont terminé 3e et 4e -, mais «trois par an, c’est trop peu».
«La trottinette est aussi peu et mal sponsorisée dans la région, il n’y a qu’un magasin de trott’ mais qui ne veut pas encore sponsoriser les riders» regrettent-ils. Comme d’autres, ils n’hésitent pas, quand ils peuvent, à se déplacer jusqu’à Colmar ou Lausanne dans des parcs qui sont quasiment des complexes. En Suisse, mais aussi Australie ou aux Etats-Unis, la trottinette est reine. «Il y existe des camps woodward où tout le village et ses rues sont ridables». Fin 2013, l’Allemagne devrait aussi en ouvrir un. Leurs yeux brillent quand ils en parlent. Pour eux, c’est un «rêve». Un jour, peut-être voyageront-ils aussi pour leur passion. De quoi devenir alors de vrais «globe-trottriders».

Simon Daval

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Pass’Sport


novembre 2022
Le Pass’Sport est une aide à la pratique sportive de 50 euros par enfant pour financer tout ou partie de son inscription dans une structure sportive. Relancée en cette rentrée par le ministère des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, cette mesure pouvoir d’achat destinée à offrir aux enfants et aux jeunes qui en sont les plus éloignés, un accès facilité à la pratique sportive. En savoir +

Handisport


avril 2022
Pour tout savoir sur les 30 sports affiliés à la fédération française, les disciplines, les événements ou trouver un club pour pratiquer, consulter le site handisport.org. On recense actuellement 35000 licenciés et plus de 60000 pratiquants en France. Le comité régional a son siège à la maison régionale des sports, 3 avenue des Montboucons, 25000 Besançon (0381516322, handisport-bfc.org)

Camions des équipes de France


décembre 2021
Le centre national de ski nordique et de moyenne montagne a développé avec la fédération française de ski un projet pour optiiser la performance des athlètes : deux semi-remorques qui accompagnent les sportifs sur les sites de compétition. Ils contiennent une structureuse et des tables de fartage qui permettent aux techniciens de préparer les skis dans des conditions optimales.

Grand INSEP


juillet 2021
Le Creps Bourgogne Franche-Comté a le label Grand INSEP qui garantit l’aménagement et la qualité des sites d’entraînement et de formation des sportifs de haut niveau, ainsi que le respect d’une approche éthique de la performance.

Comment entre-t-on au Creps ?


juillet 2021
Ce n’est pas le Creps qui choisit les athlètes qu’il accueille, mais les fédérations sportives qui opèrent leur propre recrutement.
Voir tout