mai 2020

La haute précision à gros coups de marteau

Parmi les nombreuses professions du vin, tonnelier. Un métier artisanal dans lequel le savoir-faire humain est irremplaçable.
Photo Laurent Cheviet
La haute précision à gros coups de marteau La haute précision à gros coups de marteau La haute précision à gros coups de marteau

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Devenir tonnelier s’apprend en 2 ans finalisés par un CAP délivré par 3 écoles en France, à Blanquefort, Cognac et Beaune, où le CFA des Compagnons du devoir du tour de France recrute une quinzaine d’élèves tous les 2 ans. La formation est rare mais les débouchés sûrs. « Nos élèves viennent des quatre coins de la France relate Nicolas Néret, prévôt du CFA. Les entreprises les recherchent énormément ». Prochaine ouverture de formation : septembre 2020. Paul Gonet, formateur au CFA, apporte quelques précisions.

Savoir-faire
« Même s’il s’est beaucoup mécanisé depuis les années 80, c’est un métier qui reste artisanal. Il y a un savoir-faire qui reste parce que l’on est au service du vin. Le tonneau est un produit œnologique pour lequel le coup de main du tonnelier a beaucoup d’importance. On cuisine le bois en quelque sorte, il faut beaucoup de ressenti à toutes les étapes, le choix du bois, le séchage, la chauffe... Il y a eu des tentatives de mécanisation complète avec des résultats mitigés.»

Métiers
« Le tonnelier utilise des merrains en chêne, planches fabriquées par un merrandier, autre professionnel très spécifique. La première étape est le séchage en extérieur pendant 12, 24 ou 36 mois, étape assez importante qui permet de bonifier le bois en fonction du soleil, du vent, de la pluie. Ensuite, on stabilise le bois dans un séchoir, ce qui est primordial en particulier pour les tonneaux destinés à l’export qui vont voyager dans containers. Après un tri, le tonnelier usine le bois sélectionné en plusieurs étapes : écourtage, dolage de la partie concave, évidage de la partie convexe, jointage (ajuster les angles pour garantir l’étanchéité). Puis il passe à la mise en rose (montage du tonneau) en contrôlant visuellement le bois selon de nombreux critères et en positionnant des cercles de fer. Le cône obtenu est mis à chauffer sur un brasero. Le tonnelier mouille le fût à l’extérieur pour assouplir les fibres et au bout de 30 mn passe au cintrage. Cette opération dure 7 mn avec un feu à l’intérieur du tonneau. Le tonnelier utilise un bâtissoir pour resserrer le tonneau. Ensuite il y a encore une étape de chauffe pendant laquelle on fait griller le bois à l’intérieur. La surveillance du temps, de la température, de la couleur et d’autres paramètres est compliquée et très importante à maîtriser à cette étape. Ceux qui ont essayé de mécaniser cette étape n’arrivent pas à quelque chose d’aussi précis que la main de l’homme. Puis il y a l’étape du rognage pour aménager les fentes où vont venir s’ajuster les fonds. Ces derniers doivent être fabriqués avec une grande précision pour s’assurer de leur étanchéité et pour qu’ils ne soient ni trop forts, ni trop faibles. Après leur pose, il reste à percer le trou de bonde et à remplacer les cercles en fer par les cercles définitifs. C’est une étape qui demande un tour de main compliqué. Enfin on passe à la finition en testant également l’étanchéité. Il faut environ 1 h 30 pour fabriquer un fût.»

Qualités
«La connaissance du bois est très importante. Ensuite, il faut savoir maîtriser toutes les étapes décrites. A l’école, nous apprenons aux élèves à faire un fût entièrement à la main pour qu’ils acquièrent ce savoir-faire ancestral. Il faut être précis dans ses gestes et son organisation. C’est un métier qui fait appel à beaucoup de ressenti : on juge le bois au toucher, à la vue mais aussi à l’oreille puisque lorsqu’on tape, notamment sur les fonds, le son est aussi un critère. J’aime bien la définition que m’a donnée un chef d’entreprise : « c’est un métier de haute précision qui se traduit à gros coups de marteau ».

Difficultés
«C’est un métier qui reste relativement physique puisque l’on peut passer une journée avec un marteau de 2,5 kg. Cela explique en partie qu’il y a peu de filles – en tout cas, je n’en ai jamais eu comme élève. Mais c’est peut-être la cadence de travail qui est le plus dur.»
Photos
Reportage de Laurent Cheviet dans l'entreprise François Frères à Saint-Romain, premier fabricant français de tonneaux.

Formation
CFA des Compagnons du devoir
1 rue Jean Mazen
21000 Dijon
0380677593
compagnons-du-devoir.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr
Voir tout