février 2021

Laïla Ouzet : « On s’organise comme on l’entend »

Après plusieurs expériences salariées, cette Nivernaise a décidé de lancer son activité. Elle explique pourquoi et comment.
Photo Aït Belkacem

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Aloah
Aloah est une agence d’assistance à domicile pour les démarches administratives et l’aide à l’utilisation et à l’installation du matériel informatique. Je peux aussi donner des cours pour lutter contre la précarité numérique. J’interviens dans un rayon de 20 km autour de Marzy, dans la Nièvre. Ma clientèle est pour moitié entre 25 et 50 ans et pour moitié entre 50 et 90. Je rencontre de plus en plus de personnes âgées qui veulent se mettre à l’informatique. J’ai commencé avec 2 clients en 2018, aujourd’hui, j’en ai plus de 70. La très grosse majorité de mon activité se passe au domicile des personnes, parfois avec mon matériel. Comme l’activité est considérée comme service à domicile, elle est déductible des impôts.

Parcours
J’ai un bac+2 en assistance de direction. J’ai eu plusieurs CDD, le dernier dans un cabinet dentaire. A ce moment-là, le manque d’aide aux particuliers pour les démarches administratives qui sont de plus en plus numérisées m’interpellait. Qu’il s’agisse d’une carte grise, des impôts, aujourd’hui on peut le faire chez soi, mais ce n’est pas toujours évident. Cela m’a donné l’idée d’Aloah.

Création
Je me suis formée avec la BGE de la Nièvre, notamment avec le dispositif « Demain je crée » proposé par la BGE et Pôle emploi. Je n’ai pas eu besoin d’autre aide et la création s’est déroulée assez facilement. Aloah est une microentreprise. La principale difficulté est de bien définir son activité au départ, ce qui permet notamment de savoir où s’inscrire. Par exemple si l’on est dépanneur informatique, l’activité n’est pas déductible des impôts ! Il est également important de développer un réseau professionnel pour échanger, parler de son activité, faire évoluer sa clientèle. Au départ, c’est compliqué, mais les partenaires professionnels contribuent à faire connaître l’activité. J’en ai plusieurs qui parlent de moi à leurs clients parce qu’ils savent que je pourrai répondre à un problème qu’ils rencontrent. Pour l’instant l’activité et le budget correspondent à ce que j’avais prévu, même si la pandémie m’a ralentie lors du premier confinement. Aujourd’hui, c’est de nouveau en hausse. Avec la crise qui dure, l’informatique est devenue encore plus essentielle.

Etre cheffe d’entreprise
Je n’ai rencontré aucun obstacle dû au fait d’être une femme. Au contraire, je pense que ça m’a aidée, notamment parce que ma clientèle au-dessus de 50 ans est très majoritairement féminine. Les relations sont facilitées.

Salariat vs entrepreunariat
Pour les cas de maladie ou la retraite, je préfère le salariat ; les cotisations sont moins préoccupantes ! Mais je préfère être dirigeante pour la liberté d’activité, l’organisation de l’emploi du temps, la disponibilité pour mes enfants ou les activités associatives auxquelles je participe. On travaille beaucoup plus pour développer l’activité, mais on s’organise comme on l’entend ! Et quand on travaille pour soi et que ça plaît, ça ne pose aucun problème de faire plus d’heures.
En savoir +
aloah.fr
facebook
linkedin

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Initiative au féminin


août 2022
Le 17e concours d'Initiative Doubs Territoire de Belfort pour faire connaître des exemples de femmes qui réussissent et donner envie à d’autres femmes de se lancer est ouvert depuis fin juin. Il est doté de 15 000 € répartis sur 5 prix : 3 dans la catégorie « entrepreneuriat » et 2 dans la catégorie « entrepreneuriat étudiant ». Le concours est ouvert aux femmes porteuses d’un projet de création ou de reprise d’entreprise, souhaitant s’installer en Bourgogne-Franche-Comté, entreprises dirigées par une ou plusieurs femmes, créées ou reprises depuis le 1er octobre 2021 et implantées en Bourgogne-Franche-Comté, étudiantes de l’enseignement supérieur (ou diplômée dans l’année qui précède le concours) qui bénéficient d’un accompagnement à la création d’entreprise par un organisme d’appui habilité, Pour postuler, avant le 31 octobre, il faut télécharger le dossier d’inscription sur initiativeaufeminin-bfc.fr.

Créations


mai 2022
Entre le 3e trimestre 2020 et le 3e trimestre 2021, 1000152 entreprises ont été créées en France, y compris les micro-entreprises, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques

Le T, incubateur engagé


mars 2022
Le T accompagne les entrepreneurs engagés qui souhaitent s'implanter en Bourgogne en plaçant l'humain, l'écologie et le territoire au coeur de leur activité. Cet incubateur ambitionne d'aider à changer le monde, inventer la société de demain et dynamiser les territoires, avec une économie qui respecte l’homme ainsi que l’environnement.
Les entrepreneurs sont sélectionnés via un processus de candidature validé par le comité de présélection . Après cette étape, une journée immersive et des entretiens téléphoniques sont le préalable au parcours d'incubation en 9 mois. En savoir +.

« Entreprendre au féminin »


février 2021
Ce rendez-vous francophone est organisé une fois par an par l’association du même nom. Le prochain sommet est proposé du 4 au 14 mars. Il est gratuit (sauf pour les bonus et replays), en ligne et donne lieu à 3 conférences par jour. Il propose également de manière permanente un forum d’entraide, « Les Girlz ». Infos et inscriptions sur entreprendre-au-feminin.com

Des Elles pour entreprendre


février 2021
Ce programme a pour mission de soutenir les femmes dans l’accès à l’entrepreneuriat. Il propose des formations et soutien des associations de cheffes d’entreprise. Infos, fondation-entreprendre.org
Voir tout