mars 2021

Musique : le plaisir d'apprendre

Le classique n’attire pas la majorité des jeunes. Mais certains s'y plaisent. Il suffit peut-être de dépasser l’idée de culture élitiste.
Photo Yves Petit
Musique : le plaisir d'apprendre Musique : le plaisir d'apprendre

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Depuis 20 ans, Christine Lambert enseigne le piano en école de musique et désormais en tant qu’autoentrepreneuse. Elle ouvre sa classe à tous les âges, s’adaptant au niveau de chacun. Sur sa trentaine d’élèves, la moitié sont des jeunes. Parmi eux, Elisabeth, 20 ans et Lilou, 16 ans, ont 10 ans de piano classique derrière elles. Ni l’un ni l’autre n’a été poussée par ses parents. Pour Lilou, l’entrée en musique a même été hasardeuse : « J’ai vu une carte de visite de Mme Lambert, je l’ai trouvée jolie. Ma mère a pensé que c’était une bonne idée. Elle ne voulait pas du conservatoire, par peur que cela me dégoûte ».
« Les élèves enfants que j’ai sont souvent incités par les parents. Pour les ados, c’est plutôt un choix personnel » constate la professeure.
Ce n’est pas un secret que les jeunes ne se dirigent pas en masse vers la musique classique, que ce soit en termes d’audience ou de pratique. L’âge médian des amateurs a considérablement augmenté depuis les années 80 (comme pour le rock et le jazz, cela dit) ainsi que le montrent les études sur le sujet (1). Le festival international de musique fait ce constat. Lors de l’édition 2019, sur 14400 entrées payantes, on dénombrait environ 700 billets à tarifs étudiant, moins de 18 ans ou Avantages Jeunes. Ils ne représentent par tous les jeunes, mais cela donne une indication. Pour tenter de leur faire découvrir l’univers classique, qui souffre des images « réservé aux initiés » ou « culture élitiste », le festival a multiplié les initiatives, avec des concerts gratuits ou des ouvertures vers les musiques du monde ou le jazz.
Côté pratique, Christine Lambert prend des options semblables, adaptant la pratique à chacun, privilégiant le contact avec l’instrument au solfège, qui peut paraître rébarbatif, allant vers la musique de film, le jazz voire la variété. Elle a même fait un concert avec le groupe de jazz manouche Krachta Valda, en 2019. « Avec les jeunes, j’essaie d’organiser des concerts en fin d’année. On joue dans les structures de soin ou les maisons de retraite. Je les incite à participer au concours artistique d’Epinal ». Elisabeth confirme que les auditions de fin d’année sont des moments agréables. « Mais la satisfaction, le plaisir d’apprendre la musique, c’est simplement celui d’arriver à jouer des morceaux ».
Christine Lambert constate que beaucoup de ses élèves adultes ont fait de la musique à l’adolescence et y reviennent. Pour Elisabeth et Lilou, la question ne se pose pas pour l’instant. «Ça fait 10 ans, qu’on vient là, c’est qu’on est bien ! Il y a une bonne ambiance, vraiment ».

S.P.
(1)
Par exemple, Déchiffrer les publics de la musique classique. Perspectives comparatives, historiques et sociologiques, sous la direction de Stéphane Dorin, éditions des Archives contemporaines, 2018.

Balade romantique, par Christine Lambert


Ne pouvant plus assurer de cours, Christine Lambert a mis à profit la période du premier confinement pour enregistrer un CD. Un programme de musique romantique (Chopin, Liszt, Schubert, Beethoven, Mendelssohn-Bartholdy, Schumann, Scriabine) dont un passage à 4 mains avec Luce Hérubel, l’une de ses élève, enregistré au Studio (Passavant). « Un bel équipement note-t-elle. J’ai pu jouer sur un piano Stenway de concert. C’était génial comme expérience ».

CD Balade romantique, 10 euros, à commander à l’auteur, 0680523748, 0381823312, christine.lambert16@orange.fr
pianomelodie.fr



Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Stage musical


décembre 2019
Avec « Idencité », le Caem propose à Besançon un atelier hebdomadaire et des stages pendant les vacances pour mettre sur pied un spectacle et se produire sur scène dans des conditions professionnelles. Pour cela, pas besoin d'être déjà musicien. La trentaine de participants est accompagnée par les professeurs du Caem et différents acteurs locaux des musiques actuelles : la Rodia, le Bastion, Radio Campus. Au programme de cette nouvelle édition : stages de création, promo radio, accompagnement à la scène, rencontres avec des artistes, concerts, résidence à la Rodia et enregistrement live ! Quand ? : les mardis 17 h-18 h 30 / stage vacances février + concert au centre Nelson Mandela : du 24 au 29 février / stage vacances avril + enregistrement au Bastion : du 20 au 24 avril / concert à la fête de Planoise : fin juin.Tarifs : 5 € pour l'année. Âge : entre 12 et 17 ans. Infos +

Tremplin Musiques de R.U.


décembre 2018
Ce tremplin musical tous styles est ouvert aux étudiants. Organisé par les Crous, il a pour but de faire découvrir de jeunes artistes des scènes bourguignonne et franc-comtoise.Trois artistes joueront à La Poudrière de Belfort le 14 février pour la finale régionale coorganisé par le Crous Bourgogne Franche-Comté et la licence pro marketing et communication des organisations du spectacle, de l'événementiel et des loisirs (Mosel) de l’IUT de Belfort-Montbéliard. Les candidats, groupes composés d'au minimum 50 % d'étudiants, doivent envoyer entre 3 et 6 compositions originales avec leur dossier d'inscription (à demander ici). Le groupe lauréat gagnera des heures de répétition au Moloco, des passages à l’Antonnoirr et à la Vapeur. Il représentera également la Bourgogne Franche-Comté lors de la finale nationale à Bordeaux. Le gagnant national remportera 2000 € et des dates de concerts.

Radio Campus et musique


janvier 2018
Si vous cherchez le Top campus, classement mensuel des artistes les plus diffusés sur les radios Campus en France, c'est ici.

Catfish


mars 2016
Catfish, duo jurassien rock, s'active pour sortir son deuxième album "Dohyō" en octobre prochain. Pour le successeur de l'excellent "Muddy shivers", le groupe a opté pour une campagne de financement participatif via la plateforme Ulule. Contributions possibles à partir de 5 euros sur ulule.com/catfishofficiel

La grosse radio


janvier 2016
Une radio web à écouter en permanence qui en regroupe en réalité 3, puisque le site propose une radio rock, une metal et une reggae. Archivées, les émissions et les enregistrements live acoustique peuvent être réécoutées. Il est également possible de faire une recherche par artiste et de voter pour eux. Les musiciens peuvent également proposer leurs oeuvres. Enfin des jeux et des forums viennent agrémenter le site. Rendez-vous sur lagrosseradio.com
Voir tout