mai 2015

Petits et mal-aimés

Dégoût, répulsion : invariablement, au gré des enquêtes, ce sont les principaux sentiments qu’inspirent les insectes.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Un sondage réalisé en 2010 par Ipsos auprès de 1000 Français âgés de plus de 16 ans enregistrait 72 % de personnes dégoûtées (79 % du côté des femmes, 64 % pour les hommes) par les insectes. C’est le premier sentiment cité par 43 % des personnes interrogées, loin devant l’indifférence. La peur, elle, est moins fréquemment déclarée avec 41 % de citations – mais 54 % pour les femmes.  Elle est cependant très fréquente au sujet des araignées, avec une propension courante à la phobie, forme de peur «excessive et incontrôlable» se manifestant par des réactions émotionnelles intenses pouvant provoquer maux de ventre, panique et jusqu’à l’évanouissement.
Les trois quarts des personnes interrogées estiment que ces sentiments, peur et dégoûts, sont parfaitement rationnels. Dans ce contexte, pas étonnant de savoir que seulement 9 % de la population accepte la cohabitation, les autres préférant s’en débarrasser.

   Apprendre à les connaître

Comment l’expliquer ? Pour la répulsion, l’apparence. Pour la phobie, la taille qui donne la faculté «sournoise» de se glisser et de surgir partout, de passer inaperçu. Pour la peur, l’idée qu’ils piquent, même si la plupart des piqûres sont inoffensives. Les spécialistes évoquent également une association fréquente à la saleté (pour les mouches, c’est un peu vrai). Question soufflée par Frédéric Mora, entomologiste au conservatoire botanique national de Franche-Comté  : «pourquoi fait-on une différence entre papillons de jour et papillons de nuit ? Les premiers sont plutôt appréciés, les seconds beaucoup moins».
Pour l’ensemble de ces sentiments, la méconnaissance demeure la principale cause. La peur de l’inconnu associée à des notions erronées, souvent transmises par bouche à oreille. Une transmission culturelle par les parents, l’environnement mais aussi les films et les livres corroborée par l’absence de ce type de sentiment en d’autres lieux de la planète où les insectes sont beaucoup mieux acceptés.
«Ce sont surtout les adultes qui ont des réactions de rejet note Frédéric Mora. Lorsqu’on va dans les classes, les enfants sont réticents dans un premier temps mais rapidement, quand on explique, la plupart adhèrent et se montrent curieux». Frédéric Maillot, technicien animalier à la Citadelle de Besançon, fait la même remarque. «J'ai vu une institutrice à la réaction démesurée par rapport à ce que l'on montrait aux enfants. Je pense qu’il s’agit vraiment de méconnaissance, même si l’on évoque aussi l’hypothèse de réflexes ancestraux. Mais on voit bien que les enfants ont moins peur».
La crainte viendrait donc d’une transmission des adultes. «Pour surmonter celle-ci, il faut apprendre à connaître les insectes pense Frédéric Mora. C’est un peu comme les champignons, il faut savoir ceux qui posent problème. Il y a des pays où les insectes sont beaucoup plus dangereux mais où les gens sont plus habitués à les côtoyer et savent lesquels ils peuvent ramasser».

S.P.
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Podcast "Au rythme du Haut-Jura"


mai 2024
Le Parc naturel régional du Haut-Jura lance son podcast « Au rythme du Haut-Jura ». Il propose un décryptage sonore de son territoire et ses richesses naturelles et humaines sur lesquels pèse le spectre des changements globaux tel que le réchauffement climatique. Au fil des rencontres ce podcasts analyse ces patrimoines remarquables, explique leurs enjeux et présente quelques actions mises en place pour les préserver. Pour cette première année, le Parc propose deux séries aux formats distincts : « La forêt » et « Curiosités ».  Elles sont diffusées alternativement selon un rythme d’un épisode par mois. Ce podcast est accessible sur toutes les plateformes d’écoute classiques.

Association écologique et forestière franc-comtoise


mai 2024
Cette association basée à Grandfontaine, à côté de Besançon, a pour but de préserver l’écologie et les forêts à travers des actions de sensibilisation telles que clean walks, buvettes écologiques, plantations d’arbres comme les Petits Fruitiers pour l’avenir installés en novembre 2022. aeeffc.org

Microforêts


mai 2024
Les projets locaux en faveur de la forêt sont multiples. On peut citer les microforêts urbaines de la Ville de Dijon. La première a été créée autour du stade d’Epirey dans le quartier des Grésilles. Inspirée du modèle de reforestation du botaniste japonais Miyawaki, elle comprend 9000 arbres ou arbustes plantés en 2021 pour créer 4000 m2 de forêt dense. C’est également en Côte d’Or, sur les communes de Pasques et d’Ouges, qu’ont vu le jour les deux premières créations forestières bio diverses sur l’idée que bâtir une forêt est possible (ouvrage de référence disponible sur forestiersdumonde.org). Citons également la plantation pédagogique de la plus petite forêt communale de France, réalisée par des élèves de primaire à Saint-Jean-de-Losne à proximité du City stade. Sur le principe de « pyramide végétale », elle servira de laboratoire et d’observatoire de l’évolution des essences.

Climat et forêt


avril 2024
Le renouvellement des forêts est précieux pour la capture du CO2. Or l’Ademe Bourgogne-Franche-Comté signale que la capacité de stockage de carbone des forêts est passée de 9,7 millions de tonnes stockés annuellement en 2011 à 0,4 million de tonnes en 2021 ! La direction régionale accompagne les initiatives de renouvellement des massifs forestiers pour restaurer cette fonction de puits de carbone. bourgogne-franche-comte.ademe.fr

Inventaire forestier


avril 2024
Connaître la forêt française ? L’IGN propose chaque année un inventaire forestier national chiffré à découvrir sur ign.fr
Voir tout