décembre 2019

Planning familial sur la brèche

Des locaux cosy, une musique douce, des canapés, des affiches rétro pour la liberté d’avorter, un bac à jouets avec des clitos et des pénis en plastique. Pas de doute, vous êtes bien dans un planning familial.
Photo Thomas Lamy

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
À Chalon-sur-Saône, c’est le dernier de toute la Bourgogne-Franche-Comté. Si, si, je vous assure. Ce que vous prenez certainement pour des plannings familiaux, ce sont les Centres de planifications et d’éducation familiale (CPEF). Un CPEF est médicalisé et institutionnalisé. Il est mis en place par l’État. En gros, au CPEF, on va récupérer une ordonnance pour la pilule. Au planning familial, on discute, on s’entraide, on donne des conseils personnalisés... C’est une association, un vrai mouvement féministe d’éducation populaire. « On ne fait pas de concurrence entre les services », précise Émilie Stolarek, la militante-salariée du planning familial de Chalon. Car toutes les intervenantes, qu'elles soient bénévoles ou salariées, sont des militantes avant tout bien sûr. De l’écoute et de l’humain.
Les actions du planning familial ? « Aiguiller, conseiller, ou tout simplement écouter ». Le planning ne reçoit pas que des jeunes filles d’une vingtaine d’années. Il y a aussi des hommes, des couples, un public très varié… Le planning intervient aussi dans les collèges et lycées, va à la rencontre des jeunes et de leurs questions. Une démarche saine, tolérante, sans tabous. « On aimerait retrouver un maillage des plannings familiaux sur la grande région... Être présents à Dijon ou à Besançon. Mais pour le moment, en local, on bataille juste pour exister ». Alors que ce lien avec les jeunes et le terrain, en permanence ou lors d’intervention, ça ne se remplace pas. « Surtout qu’en ce moment, la santé prend cher et la santé sexuelle encore plus. Y’a des moments où c’est considéré comme du confort », précise Émilie.

Le planning cherche des bénévoles et des soutiens

Les actions sur le terrain demandent du temps, et le temps, c’est de l’argent. L’équipe a ces derniers temps l’impression de passer plus de temps à rechercher des financements qu’à monter des opérations sur le terrain. Elle cherche des alliés : bénévoles en plus, institutions, appuis politiques, ou mécènes. Comment traiter aujourd’hui de sexualité et d’épanouissement en Bourgogne-Franche-Comté de manière militante, et pas seulement médicalisée ? Si les plannings familiaux ferment, les jeunes pourront trouver une ordonnance pour la pilule, mais pas une oreille attentive, ni des conseils.  Ce serait un joli retour en arrière.

Sparse
En savoir plus
Les conseillerères du planning familial écoutent, informent et orientent de manière précise et sans jugement en fonction de la situation personnelle et géographique. Gratuit, confidentiel et anonyme.

Planning familial 71, 9 rue Philibert Léon Couturier, 71100 Chalon-sur-Saône, 0385930184
planning-familial.org

Numéro vert
Sexualités-contraception-IVG  0800 08 11 11 du lundi au samedi entre 9 h et 20 h.

Réseau national
En 2018, le Planning familial était le plus grand réseau associatif
et militant à offrir des services de santé sexuelle en France : 
355 804 personnes accueillies dans les permanences.
24003 appels traités au numéro vert national.
119 304 jeunes de moins de 18 ans ont participé à des séances d'éducation à la sexualité.
74 441 consultations médicales (contraception, dépistage, avortement...)
1 action par jour en France (débat, film, conférence, stand, forum, festival...).

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

"Je veux aider"


mars 2020
Pour limiter l’impact social de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans divers secteurs, le gouvernement créé la plateforme jeveuxaider.gouv.fr. De nombreuses associations, qui reposent en temps normal sur des bénévoles souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité car leurs forces vives sont les premières à devoir rester confinées. Les bonnes volontés peuvent s'engager dans 4 types de missions : aide alimentaire et d’urgence ; garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’aide sociale à l’enfance ; lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées ; solidarité de proximité (courses de produits essentiels pour les voisins fragiles, isolés, handicapés).

Confinement et violences


mars 2020
Avec les mesures de confinement liées au Covid-19, les interrogations concernant les violences familiales et conjugales se posent. L’association France-victimes rappelle que « des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes vivent dans la peur et sont chaque jour victimes de coups et de sévices sans pouvoir se défendre et du fait du confinement sans pouvoir appeler à l'aide. Pour eux, le confinement n'est pas synonyme de protection, mais d'extrême danger ». Elle appelle « chaque personne qui a connaissance de violences sur un enfant, une femme, ou un homme à appeler les services de police ou de gendarmerie ou le numéro 116 006 qui se chargera de faire le nécessaire auprès des autorités. Un mail est mis à la disposition des personnes pour demander de l'aide ou signaler des personnes en grand danger : victimes@france-victimes.fr. Chacune de nos 132 associations est en contact avec les forces de police et de gendarmerie, les instances judiciaires, mais aussi les mairies pour venir rapidement en aide aux personnes et notamment être en mesure de les mettre en sécurité dans des logements d'urgence ».

Camp-chantier de jeunes à la Citadelle de Besançon


mars 2020
Pour la quatrième année consécutive, la Ville de Besançon propose un chantier de jeunes à la Citadelle du 4 au 18 juillet (préinscriptions jusqu’au 29 mars). Ce camp-chantier réalisé en partenariat avec l’association Le Club du Vieux Manoir permet aux jeunes volontaires de découvrir le patrimoine en participant à sa sauvegarde. Ils travailleront notamment sur la restauration des piliers du puits de la Citadelle, le rejointoiement de murs, la construction de murets en pierre sèche et la restauration d’un escalier menant à un ancien magasin à poudre. En complément, le groupe hébergé au camping de Chalezeule vivra des moments de découvertes aux alentours et pratiquera des activités sportives et ludiques. Le groupe sera hébergé au camping de Chalezeule. Les participants proviendront pour moitié de Besançon et pour moitié d’autres horizons. Inscriptions (30 euros puis participation aux frais de repas et d’hébergement : 240 € ) ici.

Stéréotypes stéréomeufs


janvier 2020
Adosen lance son 3e concours de scénarios pour lutter contre les stéréotypes de genre. Il est ouvert jusqu'au 7 février aux jeunes de 10 à 19 ans, y compris dans le cadre scolaire. Infos.

Campus car


janvier 2020
Un site de covoiturage local imaginé par les étudiants de l'IUT de Belfort-Montbéliard. Opérationnel depuis 2015, il permet de proposer ou chercher un trajet : campus-car.fr
Voir tout