juin 2020

Quand l’e-sport fait vivre

Un modèle économique et événementiel proche du sport. Est-ce le seul point commun ?
Photo Sylvain Paviot

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Des joueurs, des spectateurs par milliers, des téléspectateurs par millions. Des amateurs et des professionnels. Des passionnés et des stars. Des équipes et des sponsors. Des fans et du merchandising. Des compétitions, des confrontations, des tournois, des classements internationaux. Des entraînements intensifs, des performances, des records. Du spectacle, de la mise en scène. Si certains ne sont pas encore convaincus que l’e-sport, c’est du sport, ces points communs peuvent faire réfléchir.
Etymologiquement, le mot sport est à rapprocher de divertissement ou jeu. La notion de performance physique a été ajoutée. Mais même ces critères de résistance, de coordination, d’endurance, d’habileté sont applicables à l’e-sport. Arnaud Moulet est directeur général de l’agence Sigma esports qui gère notamment le club esport Gameward. Il décrit « des joueurs pro qui sont des athlètes avec plannings d’entraînement, séances spécifiques, coaches, suivi médical et alimentaire, etc. On remarque des similitudes : les joueurs progressent jusqu’à 25 ans mais ensuite stagnent et compensent par l’expérience. Mais c’est surtout l’écosystème qui est très proche de l’écosystème sportif». Quand il recrute, Gameward tient compte du niveau mais aussi de la philosophie de jeu et de la personnalité.

La simulation sportive est marginale

Arnaud Moulet évalue à 150 le nombre de joueurs pro en France, une dizaine d’équipes qui font vivre le joueur et un tissu associatif d’une soixantaine de clubs, sans compter certaines associations de fait. Mais le secteur évolue vite, parfois en tâtonnant encore. En Bourgogne-Franche-Comté, on compte quelques tentatives plus ou moins intermittentes, deux pôles actifs (PAD à Dijon, Supersmashbros à Besançon). Côté pro, le club de foot DFCO préfère garder silence « car notre partenariat avec Team Vitality est encore en cours de validation » (Team Vitality est l’une des équipes majeures de l’e-sport en France). « Attention, précise Arnaud Moulet, on parle d’e-sport, mais les jeux de simulation sportive sont marginaux en termes d’audience. On doit être à moins de 5 % du secteur. Loin des jeux les plus regardés comme League of legends ou Fortnite ».

Esprit festif

Comme beaucoup, Arnaud Moulet est arrivé dans ce milieu par passion pour les jeux vidéo, en rencontrant un autre amateur, David Laniel, avec qui il a fondé Sigma esports en décembre 2017. « Avant on était salariés dans d’autres domaines. On était dans le jeu vidéo en loisirs, on organisait des petits tournois et on s’est rencontrés comme ça. Quand on a vu que le marché commençait à se développer, on a décidé de se lancer. » Aujourd’hui, ils s’adressent à tous types d’acteurs ayant besoin d’être accompagné dans un projet e-sport, y compris les sponsors. « C’est un super outil de communication pour s’adresser aux jeunes ».
Dans leur agence, on note la présence de Julien Benneteau, ancien tennisman professionnel et capitaine de l’équipe de France féminine de tennis. Il officie comme directeur sportif. Le monde du sport n’est pas loin. « Les modèles économiques restent compliqués, mais on reçoit aussi de plus en plus de demandes ».
L’événementiel épouse celui du sport sur tous les aspects, que l’on pense commercial, marketing, logistique, réalisation… « Mais surtout, ça nous fait rêver. Comme pour le sport, ça tourne autour du festif ». Il y aura ceux qui associent sport et santé. « L’amalgame entre jeu vidéo et abêtissement est inopérant. Mais il est certain que la pratique doit être accompagnée et adaptée en fonction de l’âge ». En 2016, une fédération française (France Esports) a vu le jour. Objet : développer, promouvoir, encadrer la pratique des sports électroniques dans un esprit d’équité et d’épanouissement humain, s’inscrivant dans les valeurs et les principaux fondamentaux de l’Olympisme (article 1 de ses statuts). Nicolas Besombes, vice-président, l’exprimait dans une intervention : « Il est important que le développement de l’e-sport soit accompagné de manière éducative pour encadrer les jeunes dans une pratique qui soit la plus saine, la plus responsable et la plus sereine possible ».
Une différence peut-être : même s’il a subi, avec la crise sanitaire, les mêmes vicissitudes que les autres avec annulation et reports d’événements, l'e-sport a pu s’adapter et rebondir plus facilement, support oblige. A un moment donné, les seules compétitions à suivre en direct étaient celles d'e-sport. La crise a même dû faire découvrir ce monde aux amateurs de sport.

Stéphane Paris

En photo
Tournoi 4ST organisé par Fenryr à la Sorbonne, janvier 2020

En savoir plus
sigmaesports.com
france-esports.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

E-sport typologie


juin 2020
8 grandes catégories regroupent les jeux vidéo compétitifs :
• Les RTS (jeux de stratégie en temps réel)
• Les MOBA ou multiplayer online battle arena (jeux de type arène de combat)
• Les FPS ou first person shooting (jeux de tir à la 1re personne)
• Les jeux de combats
• Les jeux de simulation sportive ou de course
• Les jeux Battle Royale
• Les jeux de cartes à collectionner
• Les autres (jeux de réflexion, jeux de rôle.
Comme dans le sport chaque catégorie se subdivise en disciplines. Fin 2019, il existait environ 400 titres pratiqués de manière compétitive.e En terme de gains mondiaux, les 5 premiers jeux étaient Fortnite, Dota 2, Counter strike, Battlegrounds et Overwatch.

Reprendre le sport


mai 2020
Reprendre le sport après le confinement ? Le ministère des Sports publie 5 guides : recommandations sanitaires à la reprise sportive ; accompagnement des sportifs de haut niveau et professionnels ; recommandations des équipements sportifs terrestres, sports d’eau, piscines, centres aqualudiques et espaces de baignade naturels ; accompagnement de reprise des activités sportives et uide des sports à reprise différée (sports de combat, de salle, collectifs) : pratiques alternatives. Ils sont disponibles en ligne ici.

Lausanne 2020


décembre 2019
Voici le calendrier des 3es Jeux olympiques d’hiver de la jeunesse
Epreuves aux Tuffes
Biathlon : du 11 au 15 janvier
Saut et combiné nordique : du 18 au 22 janvier
Epreuves en Suisse
Ski de fond : du 18 au 22 dans la vallée de Joux
Curling : du 10 au 22 à Champéry
Patinage artistique : du 10 au 15 à Lausanne
Patinage de vitesse : du 17 au 22 à Lausanne et du 12 au 16 à St-Moritz
Hockey : du 10 au 22 à Lausanne
Snowboard et ski acrobatique : du 18 au 22 à Leysin
Ski alpin : du 10 au 15 aux Diablerets
Ski-alpinisme : du 10 au 14 à Villars
Ski-cross et snowboard-cross : du 19 au 21 à Villars
Luge, bobsleigh et skeleton : du 17 au 20 à St-Moritz
lausanne2020.sport

Jeux olympiques d'hiver de la jeunesse


décembre 2019
Outre les épreuves sportives organisées en Suisse et dans le Jura, l'organisation des JOJ 2020 donne lieu à plusieurs moments forts aux Rousses :
-Vendredi 3 janvier : passage de la flamme olympique (avec Anaïs Bescond, championne olympique) et animations.
-Samedi 4 janvier : passage de la flamme entre la France et la Suisse avec Vincent Defrasne et Vincent Gauthier-Manuel, champions olympique et paralympique.
-Jeudi 9 janvier : cérémonie locale d’ouverture (exposition, concert et feux d’artifice) et allumage de la vasque.
-Mercredi 22 janvier : cérémonie locale de clôture et Transjeune.
Une multitude d’animations sont également programmées à Bois d’Amont, Prémanon et Lamoura du 9 au 22 janvier.

Mâcon, 25e club français en 2018


juillet 2019
158 clubs figuraient au classement performance 2018 établi par la fédération française d’aviron.  Parmi eux, 6 clubs de la région :
- Deux en division 2 : la Société des régates mâconnaise (25e) et le Cercle de l’aviron de Chalon-sur-Saône (40e).
- Quatre en division 4 : le Club nautique creusotin (74e), l’Aviron dijonnais (76e), le Sport nautique bisontin (127e) et l’Aviron club dolois (144e).
En ce qui concerne les athlètes de l’équipe de France, une seule licenciée dans la région : Marie Jacquet, 25 ans, licenciée à Chalon-sur-Saône le club de ses débuts, actuellement à l’Insep (elle compte 3 médailles d’argent en championnat du monde U23).
Voir tout