janvier 2024

Rendre visible les invisibles

Pour lutter contre l’abandon et le décrochage scolaire, divers organismes ont mis en place des dispositifs d’accompagnement.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Combien sont-ils ? Difficile à dire, quand on sait que es termes utilisés pour les décrire sont « jeunes invisibles » ou « hors radars ». Invisibles car sortis du système scolaire et sans contact avec une autre institution. Pour indice, ils font partie des 80 000 à 95 000 jeunes, selon les sources, qui sortent du système scolaire sans qualification. Plus précisément, 60 000 mineurs ne sont ni en études, ni en formation, ni en emploi. Au total, ceux qu’on appelle aussi « Neets (1) », « ni, ni, ni » (2), étaient évalués à 1,5 million en 2019. Leur statut – ou plutôt son absence – rend le repérage difficile. La Journée défense citoyenneté organisée par l’armée serait un bon moyen d'évaluation puisqu’elle s’impose à tous les jeunes. Au Centre du service national et de la jeunesse de Dijon, une mission de détection a été lancée cette année. Elle vise avant tout à aider ces jeunes « en leur donnant des informations sur des structures qui pourraient leur convenir. On leur parle des Epide (3) ou du service militaire volontaire, mais ces cadres ne conviennent pas à tous.  L’idée est de proposer d’autres solutions plus adaptées selon les cas » explique Théotime Bailliet, qui a été chargé de recenser les possibilités et les dispositifs d’aide existants. Si le propos n’est pas statistique, cette mission donne un ordre d’idée : « le nombre de décrocheurs varie d’une session à l’autre, mais on peut atteindre 4 sur un groupe de 20 ou 30 ».
Des chiffres suffisamment préoccupants pour que la lutte contre le décrochage scolaire soit devenue une priorité nationale dans le cadre de la "Stratégie Europe 2020". Elle a donné lieu à des évolutions importantes notamment sur le plan législatif : le droit au retour en formation pour les jeunes sortis du système éducatif sans diplôme ni un niveau suffisant de qualification et l'obligation de formation pour les jeunes âgés de 16 à 18 ans.
Depuis 2016, l’Education nationale a structuré une mission de lutte contre le décrochage scolaire à la fois pour prévenir les ruptures et accompagner les jeunes vers une reprise. D’autres organismes comme les missions locales avec la Garantie jeunes se sont attelés à aider ces « décrocheurs » à trouver des solutions. Cette politique semble porter ses fruits : le taux d’abandon scolaire est passé de 12,6 % en 2010 à 8,2 % en 2019 et le nombre de jeunes qui sortent sans qualification baisse chaque année.
Avec le repérage, les professionnels se heurtent à une autre difficulté : le décrochage scolaire n’est pas un phénomène uniforme. « Il se matérialise par autant de trajectoires individuelles et d’histoires de vie et s’explique par une combinaison de facteurs de risques internes et externes à l’école. La réponse ne peut donc être univoque » lit-on sur le site de l’Education nationale. Phobie scolaire, harcèlement social, difficultés relationnelles, problèmes familiaux, troubles psychologiques, échec, isolement, précarité sont les principales causes, souvent plurielles et interagissant les unes avec les autres. Des situations que l’Adna (Association pour le développement de la neuropsychologie appliquée) a découvertes en plus grand nombre que prévu lorsqu’elle a mis en place les dispositifs Boussole et Bivouac. Ce dernier décrit « une prise en charge singulière, sur-mesure, dans une temporalité particulière, ajustée au rythme du jeune ». Une option prise par chacune des structures d’accompagnement : même si ces jeunes sont parfois réunis en collectif, à l’instar des Promos 16 – 18 de l’Afpa, chaque cas est particulier et demande une aide personnalisée et patiente.

S.P.
En photo
Promo 16 - 18, découverte du plateau métiers du bâtiment à l'Afpa de Navenne.

Notes
(1) Acronyme anglais pour Not in Education, Employment or Training
(2) Ni en études, ni en emploi, ni en formation
(3) Etablissement pour l’insertion dans l’emploi, créé par le ministère de la Défense

En savoir +
Education nationale : MLDS
Académie de Dijon
Académie de Besançon

Nouvelles chances

adna-fc.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Décrocheurs : première étape


janvier 2024
Prendre contact avec la mission locale proche de son domicile. Pour la trouver : missionslocales-bfc.fr

Explore demain


mai 2023
Ce nouveau site d’orientation en Bourgogne-Franche-Comté est dédié à l’orientation tout au long de la vie. Explore demain est piloté par l’Emfor BFC en partenariat avec la Région Bourgogne-Franche-Comté, la DREETS, les autorités académiques, l’Onisep et les universités de Bourgogne et de FrancheComté. Conçu comme l’entrée de référence en matière d’orientation en BFC, le site donne accès à un 1er niveau d’information et s’adresse à 6 profils différents : collégien, lycéen, étudiant, en activité, en alternance, en recherche d’emploi. Adresse : explore-demain.fr

Après la 3e j’ai le choix


mai 2023
L’édition 2023 du guide d’information « Après la 3e j’ai le choix ! », proposée par la Région Bourgogne-Franche-Comté et Emfor BFC, est disponible en version numérique. À destination des élèves, parents, professionnels de l’orientation, ce guide donne un panorama complet des enseignements, formations et diplômes en Bourgogne-Franche-Comté (alternance compris), ainsi qu’une variété de ressources : outils numériques pour se tester et découvrir les métiers, parcours inspirants, données régionales… Il donne également quelques pistes et bons plans pour faciliter la vie scolaire. A consulter ici.

Trouver sa vocation avec Wilbi


février 2023
Des swipes, des vidéos au format Instagram prises par des professionnels, etc… L’application Wilbi, créée en 2021, permet aux jeunes de découvrir des métiers. Elle a référencé 220 métiers, boulangers, avocats ou encore archivistes, visibles en vidéo. L’application est gratuite et propose désormais des établissements susceptibles d’intéresser les lycéens et étudiants. Ici pour découvrir le concept.

Semestre réo


décembre 2022
Pour les étudiants qui souhaitent changer de filière, l'Université de Bourgogne a mis en place le semestre réo. Géré par le pôle formation et vie universitaire, il aide à trouver une nouvelle orientation tout en amenant à développer des compétences transversales. Il est composé de modules obligatoires et optionnels. Les inscriptions sont ouvertes du 28 novembre 2022 au 9 janvier 2023.
Voir tout