février 2016

Samuel Collardey, le cinéaste de l'authentique

Originaire du haut Doubs et toujours installé dans la région de Besançon, Samuel Collardey a réalisé le film "Tempête" à l'affiche ce 24 février. En mettant en scène des acteurs non professionnels, le réalisateur se lance dans un exercice aussi périlleux que satisfaisant.
Samuel Collardey, le cinéaste de l'authentique Samuel Collardey, le cinéaste de l'authentique

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Demander à des personnes de jouer leur propre rôle, de rejouer des moments de leur propre vie, c'est un peu la marque de fabrique du réalisateur Samuel Collardey. Pour son 3e long métrage, "Tempête", il met en scène Dominique, marin pêcheur des Sables d'Olonne confronté à un choix difficile : son métier ou sa famille. «Nous réfléchissions avec Catherine Paille à un sujet pour un nouveau film quand elle m'a parlé de l'histoire de son ami Dominique. Cette histoire nous a touchés, je l'ai alors rencontré et lui ai demandé de jouer son propre rôle» explique Samuel Collardey. Et bien que le marin n'ait jamais été face à une caméra, il a décroché le prix d'interprétation de l'un des plus prestigieux festival, la Mostra de Venise.

   Galères
   et moments de grâce


Si le tournage s'est passé «idéalement» comme le confie Samuel, faire jouer des acteurs non professionnels requiert un investissement important et sur-mesure de la part du réalisateur. «Quelqu'un qui n'est pas professionnel n'a pas appris de technique, il faut donc sans cesse trouver la recette qui marche, la bonne solution, le moyen de diriger l'acteur pour que cela fonctionne.» C'est en établissant une relation de confiance et en travaillant avec une équipe restreinte pour préserver l'intimité, que le réalisateur obtient un résultat touchant, comme c'était déjà le cas pour son premier film "l'Apprenti" sorti en 2008. «Il y a parfois des moments difficiles sur les tournages, mais c'est souvent après la galère qu'on atteint des moments de grâce, des scènes qui ont une grande intensité.» Preuve que la technique ne fait pas tout. 

   Se jeter à l'eau

Faut-il en déduire qu'on peut se lancer dans le cinéma sans formation ? Pas tout à fait. «Il existe deux bonnes écoles publiques à Paris, la Fémis et l'école Louis-Lumière, et une à Bruxelles. Il existe aussi des écoles privées mais elle sont très chères et de moins bon niveau. Sur les tournages, il m'arrive encore souvent de rencontrer des personnes qui se sont formées sur le tas, mais le fait d'aller l'école est un accélérateur de particules, c'est certain. De manière générale, je conseille à ceux qui veulent se lancer dans le cinéma de le faire sans hésiter. Il faut suivre sa passion».

Katia Mairey



"Tempête"
Dominique, marin pêcheur en haute mer ne rentre à la maison qu'un week-end sur deux. Malgré ses longues absences, ses deux enfants choisissent de vivre avec lui lorsqu'il divorce. Livrés à eux-même les deux adolescents mènent leur vie tant bien que mal jusqu'à ce que Maïlys tombe enceinte. Confronté à cette réalité abrupte et inattendue, Dominique doit alors faire un choix entre le grand large et sa famille.
Sortie nationale le 24 février.

Samuel Collardey
1975  : naissance à Besançon
2008 : "L'Apprenti", prix Louis-Delluc du premier film, prix de la semaine internationale de la critique à la Mostra de Venise
2013 : "Comme un lion"
2015 : "Tempête"



Lire aussi
Samuel Collardey : "savoir gravir les échelons"

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

V'Asie à Vesoul !


septembre 2019
Pour les 25 ans du Festival international des cinémas d’Asie de Vesou, l’écrivain Laurent Bayart et le photographe Némorin ont réalisé un livre d’ambiance se voulant «récit d’impressions, de passions partagées, envie de faire ressentir cette atmosphère et ambiance si particulières. Il ne porte pas l’ambition d’être un reportage, ni un livre anniversaire qui se voudrait exhaustif. Il a été écrit, comme un journal, dans la foulée du festival. C’est une manière de rendre hommage à tous ceux qui font le festival : les fondateurs, responsables techniques, administrateurs, bénévoles, institutions partenaires, sponsors, mais aussi et surtout le public qui retrouve ici une chaleur presque familiale.» (Laurent Bayart).
Laurent Bayart, écrivain et poète alsacien, auteur d’une soixantaines d’ouvrages, a obtenu de nombreux prix littéraires nationaux et internationaux. Némorin, photographe cévenol, a parcouru le monde, a exposé en France et à l’étranger .
"V'Asie à Vesoul ! Les 25 ans du Festival International des cinémas d’Asie de Vesoul" de Laurent Bayart et Némorin : 45 p. : ill - 2019 - Prix 10 €, en vente au Festival International des Cinémas d’Asie - 25 rue du docteur Doillon 70000 Vesoul, 0384765582.

Courts métrages amateurs


septembre 2018
Le festival du court métrage de Torcy (71) est ouvert à tous les réalisateurs amateurs, individuels ou collectifs. Pour participer, il faut s'inscrire avant le 30 janvier 2019 et proposer une fiction d'une durée maximale de 10 mn (thème libre). 3 prix du jury, 1 prix du public et 1 prix de la Ville seront décernés lors du festival les 23 et 24 février. Récompenses en matériel vidéo. Infos, 0681803129

Jury Entrevues


septembre 2017
Au festival de cinéma Entrevues, le jury Eurocks One + One rassemble 5 jeunes de 18 à 25 ans, originaires du Territoire de Belfort et qui aiment la musique et le cinéma. Ceux qui aimeraient devenir membres de ce jury qui récompense la meilleur bande-son d'un film de la compétition peuvent postuler jusqu'au 31 octobre. L'édition 2017 est programmée du 25 novembre au 3 décembre. Infos.

Cinéma en Bourgogne-Franche-Comté


septembre 2017
D'après une étude du CNC, en 2016, la région Bourgogne-Franche-Comté dispose de 91 cinémas et 266 écrans dont 57 établissements classés Art et Essai et 10 multiplexes. Dans les salles de la région, 7,7 millions d’entrées ont été enregistrées soit 5 % de plus qu’en 2015. La Bourgogne-France-Comté est l’une des régions où le cinéma est le moins cher avec une moyenne de 6,19 € la séance (moyenne nationale : 6,51 €). Elle compte la plus forte proportion nationale de spectateurs de moins de 25 ans et d’étudiants. Enfin, les habitants de la région vont 2,7 fois au cinéma en 2016, moins que la moyenne de 3,3 entrées par habitant en France. En savoir plus.

"Rusty James"


janvier 2017
Le "motorcycle boy", les débuts de Mickey Rourke et Matt Dillon, Coppola en grande forme... "Rusty James" ("Rumble fish" en anglais), sorti en 1983, est réédité en février en édition DVD Blue-ray restaurée chez Wild side. Particularité, il est accompagné d'un livre sur le  film et sa genèse mouvementée écrit par Adrienne Boutang, maître de conférences à l’Université de Franche-Comté et spécialiste des teen-movies.

Voir tout