janvier 2011

Smac on the water

Du neuf musical à Besançon : la Rodia tant attendue ouvre ses portes au mois de janvier.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Une salle dédiée au rock à Besançon ? La dernière date d'un temps que les moins de 15 ans ne peuvent pas connaître. C'était le Montjoye, un peu mythique, un peu insalubre, un peu laid et vraiment (trop ?) rock'n'roll. Un endroit où ont pu défiler quelques groupes en phase avec le concept : Noir Désir, House of Love, Pogues, Motörhead, the Saints et quelques légendes comme Suicide ou Certain General. Depuis, les étudiants et autres amateurs de binaire devaient sortir de la ville pour trouver affiches de ce calibre, même si quelques bars comme les Passagers du Zinc ont su entretenir la flamme.
Mais le vrai successeur du Montjoye s'appelle la Rodia. Un nom référant au patrimoine bisontin et au site de l'ancienne usine des Prés-de-Vaux sur lequel est érigé cette salle flambant neuve. Une salle digne de ce nom pour une ville étudiante et une capitale régionale qui a un jour accueilli Bob Dylan dans un palais des sports… Une double salle même puisque la Rodia compte deux scènes pouvant accueillir 320 et 900 spectateurs.
Entre le Montjoye et la Rodia, beaucoup d'eau a donc coulé sous les ponts du Doubs : on ne fume plus dans les salles, on boit dans des gobelets écologiques, le rock se dénomme désormais musiques actuelles et ses lieux de défoulement des Smac (1). «A une époque, le mot rock servait de nom général, mais il est lui-même devenu restrictif par rapport au phénomène de globalisation de la musique, pense Manou Comby, directeur de la Rodia. Aujourd'hui, la nouvelle création musicale se passe sur tout le globe. Nous sommes en plein dedans car nous accueillerons toutes les musiques actuelles, avec des choses que l'on avait du mal à faire rentrer dans le rock pour des considérations esthétiques : ce qu'on appelle world music mais aussi hip-hop, electro, chanson française, voire jazz. Des genres qui ont longtemps manqué à Besançon et que l'on a vu arriver ces dernières années par l'intermédiaire de gens bien impliqués : Attila dans les musiques urbaines, le Citron vert dans l'electro».
Manou Comby sait de quoi il parle. Durant la parenthèse entre Montjoye et Rodia, lui et son équipe ont maintenu l'animation locale, même si c'était à Larnod, au Cylindre. C'est aujourd'hui à eux qu'il revient de ramener les musiques actuelles à Besançon intra muros.
«Pour nous, c'est la suite logique de ce que l'on faisait, avec des infrastructures qui permettront d'élargir l'offre musicale de la ville, où il y a un vrai potentiel. Quand on voit que le Bastion accueille 215 groupes… On se doit de répondre au besoin de développement du secteur. Notre rôle est aussi de défendre la création artistique locale». A ce titre, la premier trimestre de programmation pose les bases : une dizaine de groupes locaux programmés, une soirée en coproduction avec le Bastion, une autre avec le Citron vert.
Là encore, le travail de réseau entamé avec le Cylindre va être amplifié : très fonctionnelle, la Rodia est plus qu'une salle. Elle abrite aussi un centre-ressource et deux studios de création. «Nous avons un savoir-faire, une relation avec le milieu professionnel et les acteurs culturels locaux explique Manou Comby. Cela nous permet de savoir orienter les groupes vers les structures adéquates à leurs besoins, que ce soit Découvert autorisé, le Bastion, Culture action ou les bars qui programment des concerts. Nous avons deux studios avec l'équipement de base pour travailler un répertoire, une préparation d'album ou de tournée ou faire de la recherche musicale.»

Stéphane Paris
(1) Smac
Scènes de musiques actuelles : lieux musicaux de petite et moyenne capacité jouant un rôle en termes de diffusion et d'action culturelle. Ce sont des espaces de création ouverts à un large public notamment aux jeunes qui s'inscrivent dans une perspective d'aménagement culturel du territoire.

La Rodia
Le projet de la Rodia est porté par la Ville de Besançon. Le bâtiment a été financé par l'Union européenne, la Ville de Besançon, le Conseil régional de Franche-Comté, le ministère de la Culture, le Conseil général du Doubs et le centre national des variétés. Pour la gérer, une Rap ou régie autonome personnalisée, structure semi-publique avec un conseil d'administration composé d'élus de la Ville et de personnes ressource.
La Rodia, 4 avenue Chardonnet, 25000 Besançon (0381878600) 
larodia.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Musiciennes à Besançon


janvier 2023
Appel à candidature jusqu'au jeudi 9 février pour la semaine du 24 au 28 avril à Besançon. Musiciennes à Besançon est un temps fort autour de la création féminine, à Besançon et en région Bourgogne-Franche-Comté. À travers ce projet, le Bastion, la Rodia et Mazette! entendent participer à l’accès en égalité à la pratique musicale, mettre en valeur la création féminine et dynamiser le territoire autour de ces préoccupations. MAB est une opération d’accompagnement qui propose à 3 équipes artistiques de bénéficier d’une semaine d’immersion au Bastion et à la Rodia pour travailler leur projet musical et s’interroger sur leur statut de femmes artistes. S'y ajoute une journée de rencontres du réseau régional, la Féma, avec des ateliers pour débattre des questions d’égalité suivie d’un concert de clôture à la Rodia. En savoir +

Pianos et tangos


mai 2022
Le Duo Mélinès vient de publier un hommage à Astor Piazzola. Des tangos pour 2 pianos, disponible pour 10 euros. Contact : duomelines@gmail.com. En savoir +

Nouvel Horizon


mars 2022
Sous l’égide de l’Adapei du Doubs, ce groupe musical se compose de personnes en situation de handicap. Créé il y a plusieurs années, il donne de multiples concerts. On peut l’encourager et le suivre sur facebook. Le groupe prépare un album qui devrait être présenté le 12 avril au Moloco à Audincourt.

Panopli pour musiciens


novembre 2021
A Besançon, le Bastion et La Rodia proposent un système d’accompagnement destiné à apporter aides et conseils aux musiciens. Panopli est accessible en ligne ici.

Radio Campus et musique


janvier 2018
Si vous cherchez le Top campus, classement mensuel des artistes les plus diffusés sur les radios Campus en France, c'est ici.
Voir tout