novembre 2019

Un mouvement en émergence

Informer, sensibiliser, accompagner, montrer les gestes utiles : une petite centaine de groupes locaux relaient Zero waste.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Dans la région, c’est à Besançon que le premier groupe zéro déchet s’est constitué, en février 2018. « On était 5 se souvient Sarah El Hamadani, mais dès le premier événement qu’on a organisé, il y avait 42 personnes. Aujourd’hui, il y a 46 adhérents et une vingtaine de bénévoles ». C’est ce groupe qu’Alix a contacté quand elle s’est intéressée à la problématique. Venue de Paris pour s’installer à Arbois, cette jeune femme souhaitait s’impliquer dans le mouvement. Les responsables bisontins lui ont suggéré de le lancer elle-même dans le Jura. Car le mouvement a besoin d’essaimer. Alix s'est décidée à lancer un appel en mai dernier. « A la première réunion, il n’y avait que des femmes. J’aimerais casser ce stéréotype ». Pour l’instant, le collectif a fait naître deux groupes locaux à Arbois et Lons, un autre se dessine à Dole. A terme, elle espère en voir répartis dans tout le département.
Constituer un collectif n’est pas compliqué, selon son expérience. « On n’a pas besoin de tout faire. Zero waste France nous aide beaucoup, nous guide, fournit tous les outils utiles comme le kit de démarrage, une plateforme, une présence téléphonique. Ils sont réactifs, dès qu’on a besoin d’eux, ils répondent présent. »

Zero waste


Zero waste France a vu le jour en 1997. Au départ, sous le nom de Cniid, il s’agissait d’une association lançeuse d’alerte à propos de l’incinération des déchets. Rapidement, son activité s’est tournée vers le problème de la production de déchets et de gaspillage des ressources, donnant lieu au changement de nom en 2014. Pour rendre efficaces ses missions d’analyse, d’information, d’alerte, d’interventions type colloques ou formations, l’association nationale encourage la création de groupes locaux, liés par une charte. Actuellement, 90 groupes sont actifs en France. Cinq dans la région : outre Besançon et Jura, ils sont situés à Vesoul, Dijon et Moulins-en-Tonnerrois. D’autres seraient en constitution à Sens, Chalon-sur-Saône et Nevers. Il existe d’autres associations qui ont une démarche proche, comme Go zéro déchet à Pontarlier, plus spécifiquement tournée vers le ramassage.
Outre le relais d’informations, les groupes organisent des événements, tiennent des stands et surtout mettent en place des ateliers pratiques. « Récemment, on a fait des ateliers couture, tawashi (éponges à base de chaussettes), bee wrap (emballages alimentaires réutilisables) » énumèrent les Bisontins. Ils ont également la volonté de convaincre élus et commerçants. En mai dernier, les groupes locaux se sont mobilisés pour l’action « mon commerçant zéro déchet » consistant à convaincre le plus de magasins possibles d’accepter les contenants réutilisables des clients.
Les groupes de la région cherchent des bénévoles.

En photo
Zéro déchet Jura en action.

En savoir plus
zerowastefrance.org

Groupes locaux
Dijon : facebook.com/zerowastedijon 
dijon@zerowastefrance.org
Besançon : zerodechetbesancon.fr besancon@zerowastefrance.org
Jura : facebook/zerodechetjura 
jura@zerowastefrance.org
Vesoul : facebook.com/zerodechetvesoul vesoul@zerowastefrance.org
Moulins-en-Tonnerrois : bourbonnais@zerowastefrance.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Cigarette et impact écologique


octobre 2022
S'il fallait un argument supplémentaire pour arrêter de fumer, cette info : selon Génération sans tabac, la cigarette pollue plus que la viande rouge. Les effets environnementaux du tabagisme ne se limitent pas à la pollution générée par les mégots. La culture du tabac, par les ressources qu’elle exige, est une activité énergivore, bien plus importante que celle d’autres secteurs agroalimentaires, comme l’élevage. Selon une étude publiée en 2018 par l’Imperial College de Londres, la culture du tabac requiert 1300 mètres carrés pour faire pousser une tonne de tabac, la surface équivalente pour cultiver six tonnes de tomates. Il faut 670 mètres cubes d'eau pour une tonne de tabac ; autant que pour le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre. Selon l’étude, chaque cigarette nécessite 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.
Un fumeur moyen consomme cinq fois plus d’eau et deux à dix fois plus de pétrole qu’un consommateur moyen de viande rouge. D'après Ecotree, les cigarettes fumées chaque année sont responsables de 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de 5% de la déforestation mondiale. L'industrie du tabac utilise autant d’énergie que la production de deux millions de voitures et émet presque 9 millions de tonnes de CO2.

Déchets/tri


octobre 2022
Que faire de ses déchets ? Où apporter les médicaments, emballages, pots de peinture, appareils, etc. qui ne servent plus ? L'Ademe a mis en ligne un module très pratique permettant d'obtenir la réponse en quelques secondes. C'est ici.

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projets. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.

L’Agence régionale de la biodiversité


juillet 2022
La mission de cette agence créée en 2019 tient en 3 mots : reconquérir la biodiversité. Moyens : coordonner les initiatives, en générer de nouvelles, les généraliser, partager les connaissances et les bonnes pratiques. Etablissement public cofondé par l’Office français de la biodiversité et la Région, l’Agence mobilise tous azimuts : en direction des collectivités, des citoyens, des scientifiques, des associations, des acteurs de l’éducation et des agents économiques, orientant son travail sur le thème innovant de « biodiversité et entreprises ». Agir avec le monde économique est d’ailleurs l’une de ses 5 missions principales avec la mise en réseau des acteurs, l’organisation et la valorisation des connaissances, la cohérence des politiques publiques et l’effort pour susciter l’adhésion de tous. Financée par l’Office français de la biodiversité, la Région et le Département de la Nièvre, l’ARB de Bourgogne-Franche-Comté est l’une des 8 déjà à l’œuvre avec celles de Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Ile de France, Guadeloupe, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Normandie, Nouvelle Aquitaine et Occitanie.
arb-bfc.fr
Voir tout