novembre 2019

Un mouvement en émergence

Informer, sensibiliser, accompagner, montrer les gestes utiles : une petite centaine de groupes locaux relaient Zero waste.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Dans la région, c’est à Besançon que le premier groupe zéro déchet s’est constitué, en février 2018. « On était 5 se souvient Sarah El Hamadani, mais dès le premier événement qu’on a organisé, il y avait 42 personnes. Aujourd’hui, il y a 46 adhérents et une vingtaine de bénévoles ». C’est ce groupe qu’Alix a contacté quand elle s’est intéressée à la problématique. Venue de Paris pour s’installer à Arbois, cette jeune femme souhaitait s’impliquer dans le mouvement. Les responsables bisontins lui ont suggéré de le lancer elle-même dans le Jura. Car le mouvement a besoin d’essaimer. Alix s'est décidée à lancer un appel en mai dernier. « A la première réunion, il n’y avait que des femmes. J’aimerais casser ce stéréotype ». Pour l’instant, le collectif a fait naître deux groupes locaux à Arbois et Lons, un autre se dessine à Dole. A terme, elle espère en voir répartis dans tout le département.
Constituer un collectif n’est pas compliqué, selon son expérience. « On n’a pas besoin de tout faire. Zero waste France nous aide beaucoup, nous guide, fournit tous les outils utiles comme le kit de démarrage, une plateforme, une présence téléphonique. Ils sont réactifs, dès qu’on a besoin d’eux, ils répondent présent. »

Zero waste


Zero waste France a vu le jour en 1997. Au départ, sous le nom de Cniid, il s’agissait d’une association lançeuse d’alerte à propos de l’incinération des déchets. Rapidement, son activité s’est tournée vers le problème de la production de déchets et de gaspillage des ressources, donnant lieu au changement de nom en 2014. Pour rendre efficaces ses missions d’analyse, d’information, d’alerte, d’interventions type colloques ou formations, l’association nationale encourage la création de groupes locaux, liés par une charte. Actuellement, 90 groupes sont actifs en France. Cinq dans la région : outre Besançon et Jura, ils sont situés à Vesoul, Dijon et Moulins-en-Tonnerrois. D’autres seraient en constitution à Sens, Chalon-sur-Saône et Nevers. Il existe d’autres associations qui ont une démarche proche, comme Go zéro déchet à Pontarlier, plus spécifiquement tournée vers le ramassage.
Outre le relais d’informations, les groupes organisent des événements, tiennent des stands et surtout mettent en place des ateliers pratiques. « Récemment, on a fait des ateliers couture, tawashi (éponges à base de chaussettes), bee wrap (emballages alimentaires réutilisables) » énumèrent les Bisontins. Ils ont également la volonté de convaincre élus et commerçants. En mai dernier, les groupes locaux se sont mobilisés pour l’action « mon commerçant zéro déchet » consistant à convaincre le plus de magasins possibles d’accepter les contenants réutilisables des clients.
Les groupes de la région cherchent des bénévoles.

En photo
Zéro déchet Jura en action.

En savoir plus
zerowastefrance.org

Groupes locaux
Dijon : facebook.com/zerowastedijon 
dijon@zerowastefrance.org
Besançon : zerodechetbesancon.fr besancon@zerowastefrance.org
Jura : facebook/zerodechetjura 
jura@zerowastefrance.org
Vesoul : facebook.com/zerodechetvesoul vesoul@zerowastefrance.org
Moulins-en-Tonnerrois : bourbonnais@zerowastefrance.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le Muséum de Besançon rejoint #UnispourlaBiodiversité


avril 2021
Le Muséum de Besançon vient de rejoindre la coalition mondiale #UnispourlaBiodiversité, initiative de la commission européenne. Cette coalition rassemble tous les jardins botaniques, musées de science et de sciences naturelles, zoos, aquariums et parcs naturels qui veulent joindre leurs forces pour informer, sensibiliser et appeler chacun à agir pour la biodiversité. Interpeller les "leaders mondiaux" sur le sujet fait également partie de ses objectifs. En savoir plus 

Devenir POTE


mars 2021
Les Pionniers ordinaires de la transition écologique sont des citoyens engagés qui veulent faire accélérer la transition. Ils sont environ 500 dans la région et pour être candidat, il suffit d'aller voir là.

Inventaire des plantes printanières


février 2021
Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté propose cette mission à tous les amoureux de la nature : recenser les espèces printanières, y compris les plus communes. Cet inventaire doit permettre d'améliorer la connaissance de leur répartition et de suivre l'évolution de la biodiversité régionale tout en observant si une fleur est menacée ou non. Un tel travail est conséquent aussi le Conservatoire sollicite-t-il la participation des volontaires, invités à faire part de leurs observations au gré de leurs promenades. Un formulaire de saisie simple d'utilisation est à disposition sur le site du CBNFC.

Festival des solutions écologiques


février 2021
Ceux qui agissent localement pour préserver le climat, l’environnement peuvent faire découvrir leurs actions ou projets en participant au Festival des solutions écologiques organisé par la Région Bourgogne-Franche-Comté du 6 au 12 septembre 2021.
Nouveauté de cette seconde édition : la Région finance la réalisation des installations et travaux présentés pendant la semaine du Festival. Pour participer, il faut se faire connaître avant le 28 mars sur la plateforme dédiée.

Défi rien de neuf


novembre 2019
Si on utilisait en priorité les objets déjà en circulation plutôt que d’acheter du neuf ? Un défi lancé parce que derrière chaque objet neuf se cache une montagne de ressources naturelles invisibles pour l'utilisateur final. L’idée est de se poser la question avant tout achat : “puis-je faire autrement ?” Pour aider les volontaires sur cette question, le site riendeneuf.org propose des alternatives et des conseils, un forum d’échanges de pratiques. Chacun peut suivre ses résultats en kilos de ressources naturelles préservées. Objectif 2019 : atteindre 100 000 participants.
Voir tout