décembre 2021

Visual Break : vidéastes autodidactes et passionnés

Depuis 2011, cette agence bisontine est spécialisée dans la réalisation de projets audiovisuels. Léa Diho et Lucas Totems, nous parlent, avec passion, de leur profession.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Métier
Léa : On travaille tous les deux, si on a besoin de plus de cadreurs, ou de sound designers par exemple, on va chercher ailleurs. On part du contact client, on va faire la prestation, si besoin le montage et la post production, la gestion administrative et la communication pour montrer notre travail.
Lucas : On fait de l’accompagnement auprès des jeunes. On explique le métier de la vidéo et les métiers du cinéma, on les aide à réaliser une vidéo avec l’idée qu’ils soient acteurs du projet. J’interviens au lycée Pasteur dans la section cinéma audiovisuel, sur des ateliers à thème : la prise de son, le cadrage, la lumière, l’accompagnement sur le tournage et le montage.

Parcours
Lucas : J’ai toujours aimé le cinéma, les films. J’ai rencontré un copain qui avait un CAP photographie. De fil en aiguille, on a créé l’association Visual Break en novembre 2011. Léa s’est greffée il y a 5 ans. On a appris sur le terrain, on était autodidacte. On a suivi des formations sur le cadrage et le montage. Aujourd’hui c’est encore plus simple d’apprendre la vidéo car il y a des tutoriels et des livres bien réalisés et faciles d’accès. J’ai fait des études de commerce, ça m’a appris la gestion client. J’ai fait beaucoup d’associatif, ce qui m’a permis de créer un réseau bénéfique. Léa a fait une licence arts du spectacle et a des bases dans l’administration. Elle travaillait à La Rodia et avait un état d’esprit d’ouverture aussi.

Avantages et inconvénients
C’est un métier passion, ce n’est pas redondant, chaque projet est différent. Tu peux rencontrer quelqu’un qui monte un festival et puis après travailler avec la Région, la Mission locale, tu navigues. Mais tu travailles souvent quand les gens s’amusent. C’est un métier très chronophage, ça prend du temps d’apprentissage et de réalisation.

Anecdotes 
Léa : Les festivals, accéder au backstage, ce n’est pas donné à tout le monde et ce sont des moments intenses.
Lucas : J’ai eu l’occasion de voyager grâce à mon travail, en Amérique du Nord, en réalisant un documentaire sur les pas de l’abolition de l’esclavage. J’ai suivi une course solidaire au Népal. Je suis allé en Russie, pour un documentaire sur des jeunes talents de Franche-Comté.

Projets
On est en train de mettre en place le streaming multi-caméras avec une régie, ça peut être de la retransmission sur écran ou sur les réseaux sociaux. On est aussi en train de développer une borne photo autonome sur les évènements pour créer des photos ou des vidéos.

Conseils
Ne pas compter ses heures, être volontaire, curieux. Ne pas hésiter à demander des conseils à des professionnels car ce sont souvent des gens passionnés qui sont dans la transmission. Faire des essais avec ses potes, sa famille. Montrer ce que l’on fait, ne pas avoir peur de se planter, regarder des films, analyser.

Recueilli par Mona Bouneb
En savoir +
visual-break.com
instagram
facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.
Voir tout