novembre 2021

Écolycée : le développement durable fait école

Quatre établissements viennent de recevoir le label écolycée récompensant ceux qui engagent des actions en faveur du développement durable. Une démarche prise très au sérieux par des lycéens de plus en plus concernés par les questions écologiques.
Photo Région Bourgogne-Franche-Comté / Ludovic Godard
Écolycée : le développement durable fait école

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
« Ce sont les élèves qui nous poussent à aller plus loin. Ils proposent des choses auxquelles on n’avait pas pensé » reconnait Béatrice Chirouze, la proviseure du lycée Victor-Bérard de Morez, l’un des quatre établissements récompensés par un trophée marquant l’obtention du label écolycée.
Cette remise de prix était organisée le 7 octobre 2021 en clôture d’une journée de visites dans trois établissements bisontins eux aussi labellisés. L’occasion de constater l’implication de plus en plus forte de l’ensemble de la communauté éducative dans des actions très variées. Et de rencontrer des lycéens concernés par les questions écologiques.
Au lycée professionnel Pierre-Adrien Pâris, spécialisé dans les métiers du BTP, Jules, Nathan et Théo, élèves en première « aménagement et finition du bâtiment » ont présenté quelques-unes des actions mises en place. Ces futurs professionnels apprennent par exemple à trier les déchets de chantier et à traiter les laitances de ciment afin de préserver les sols et d’économiser l’eau. Un livret d’accueil traitant du développement durable a même été conçu.
Au lycée Pergaud, Chloé, Laura et Manon, en BTS « services et prestations dans les secteurs sanitaire et social » ont réalisé une étude très complète sur la restauration scolaire : gaspillage, équilibre alimentaire et enquête de satisfaction. Les résultats ont permis aux cuisiniers d’adapter les rations proposées afin de réduire le volume de déchets.
Enfin, au lycée professionnel Condé, les élèves de première « animation » ont proposé à leurs camarades de seconde une série d’ateliers interactifs – fabrication de produits durables, maison plus écologique… - et de jeux instructifs – loto, burger quiz…- qui avaient été élaborés pour le Festival des solutions écologiques.
Créé par la Région Bourgogne-Franche-Comté et basé sur le volontariat, « écolycée » est complémentaire du label E3D (établissement en démarche de développement durable) initié par le ministère de l’Education nationale. Le premier concerne le cadre de vie des lycées (tri des déchets, gestion des espaces verts, lutte contre le gaspillage alimentaire…) alors que le second porte sur le contenu pédagogique des enseignements. Une preuve de plus que le développement durable fédère.
En photo
Océane Charret-Godard (photo 2, à g.), vice-présidente en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage et de l’orientation. « Derrière écolycée, il y a une démarche extrêmement volontariste des équipes  dans les lycées. Il y a de la volonté mais aussi du pragmatisme avec des réalisations concrètes qui sont aussi des supports pédagogiques pour les lycéens. Avec ces différentes actions, vous permettez aux jeunes d’acquérir de la confiance. C’est super ce que vous faites, vous pouvez être fiers ! »

Chiffres clés
De nombreux établissements sont aujourd’hui inscrits dans la démarche écolycée
• 23 lycées sont au niveau 1 (engagement dans la démarche)
• 32 sont au niveau 2 (maîtrise de l’engagement)
• 30 sont au niveau 3 (lycée référent labellisé écolycée)
• 4 établissements viennent d’accéder au niveau 3 : Cuvier (Montbéliard), Toussaint-Louverture (Pontarlier), Hyacinthe-Friand (Poligny) et Victor-Bérard (Morez).

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Reconnaissance de l'engagement étudiant


septembre 2022
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche réitère sa volonté de valoriser l'engagement des étudiants en faisant reconnaître les compétences acquises. Un décret de mars 2022 élargit les activités éligibles à la reconnaissance par rapport à la circulaire d’octobre 2017. En théorie, les étudiants investis dans certaines activités en parallèle de leur cursus, lors d’une mobilité internationale ou encore d’une césure, ont la possibilité de faire reconnaitre cette expérience pour valider leur formation. Ces activités peuvent avoir la forme de bénévolat associatif, d’une activité professionnelle, d’un service civique, d’une activité militaire dans la réserve opérationnelle, d’un volontariat dans les armées ou d’un engagement en tant que sapeur-pompier volontaire et désormais d'un mandat dans une collectivité territoriale, de la participation à un corps constitué comme les conseils économiques, sociaux et environnementaux, d'un mandat syndical, d'un engagement dans le cadre du SNU. Les étudiants artistes de haut niveau, les étudiants parents ou aidants familiaux bénéficient également de cette possibilité. En pratique, la reconnaissance s'opère au cas par cas et diffère en fonciton des établissements d'enseignement qui ont la charge d'évaluer le niveau de l’étudiant et des compétences acquises.  La circulaire de 2017 prévoyait diverses méthodes de validation des compétences acquises par les étudiants : unité d’enseignement dédiée à l’engagement, attribution de crédits ECTS ou de point bonus dans la moyenne générale sur décision du jury ou dispense d’enseignement ou de stage. La nouvelle circulaire permet aux établissements de créer un diplôme d’université (DU) dédié à l’engagement, même si cette « option n’est pas à privilégier », précise-t-elle.
 Les modalités de validation sont définies par les établissements, de même qu la forme de justification des compétences.. « Le dossier de validation doit rester simple et accessible », indique simplement la circulaire. La circulaire en question est ici.

Chantier à Vézelay


juin 2022
Dans le cadre d'une convention entre la Région de BFC et les Régions d’Opole (Pologne), de Bohême centrale (République tchèque) et de Rhénanie-Palatinat (Allemagne), le conseil régional organise, en partenariat avec l’association Rempart, un chantier bénévole de jeunes à Vézelay du 31 juillet au 13 août, avec 3 jeunes de chacune des Régions. Les jeunes de BFC, âgés de 18 à 25 ans, peuvent donc postuler. Aucun préalable technique n’est nécessaire et la langue n’est pas un critère non plus (même si un niveau basique en anglais est un plus pour faciliter la communication). Toutes les dépenses seront prises en charge. En savoir +

Service civique en situation de handicap


avril 2022
Le service civique est ouvert aux personnes handicapées, avec un accès plus large puisqu’il est possible de postuler jusqu’à l’âge de 30 ans. Pour leur faciliter l’accès, l’UFCV a créé Handiciviq en Occitanie. Un dispositif relayé en Bourgogne-Franche-Comté, où l’antenne régionale propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.
Voir tout