septembre 2021

Citoyens en formation

Service national universel, an II. Cet été, 18000 jeunes ont vécu un séjour de cohésion, première étape du dispositif. Dans le Doubs, ils ont été accueillis au lycée de Dannemarie. Objectif, développer leur sens de l'engagement.
Photo Yves Petit
Citoyens en formation Citoyens en formation Citoyens en formation

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
A 23 ans, Pierre est déjà trop âgé pour avoir connu le service national universel, qui après une première expérimentation en 2020, a connu une étape importante cette année, avec la participation volontaire de 18000 jeunes de 15 à 17 ans. Mais Pierre a pu participer en tant qu’encadrant du groupe de 112 jeunes accueilli dans le Doubs, au lycée Granvelle de Dannemarie-sur-Crête. Venant d’Amiens, il a bénéficié d’une partie du programme, la « découverte d’un patrimoine culturel et naturel différent du sien ». Comme les jeunes qu’il accompagnait, Pierre a visité Besançon et Ornans, vogué sur la boucle du Doubs, entre autres. « Je pense que ça aurait pu m’intéresser si ça avait existé quand j’avais 17 ans. J’aime la vie en collectif, alors oui, ça aurait pu me plaire ». A ses côtés, Lubna, 21 ans, elle aussi venue comme encadrante grâce à son Bafa. « Je ne connaissais pas le SNU, c’est un directeur de centre de loisirs où j’ai travaillé qui m’a contactée. Je trouve hyper intéressant de contribuer à construire quelque chose, car c’est encore en test. Je trouve que c’est assez ouvert. En tant qu’encadrants, on a pu contribuer à construire le séjour. J’imaginais que ce serait très sportif et militaire, mais ce n’est pas le cas ».

Des tenues, pas des uniformes

Malgré une certaine discipline, les levers tôt et les levées des couleurs, la Marseillaise et des « tenues qui ne sont pas des uniformes », le service national universel a peu de points communs avec l’ancien service national. Il s’agit plus d’un parcours de vie que d’un parcours de combattant. Dans l’esprit des responsables, ce n’est « ni l’école, ni l’armée, ni la colo (sic) », mais un peu des trois. Ils le voient avant tout comme un vecteur de cohésion national et un moment « de rencontres entre des jeunesses de France, qui crée des souvenirs partagés ». C’est l’objectif de la première des 3 étapes d’un SNU : un séjour de cohésion de 15 jours, dans un autre département que le sien, où se créent des liens sans téléphonie mobile, où s’organise un brassage social et territorial. Ces séjours s’inscrivent dans l’idée de développer le sens de l’engagement. Pour les aider à devenir des citoyens, l’encadrement est constitué de titulaires du Bafa, à l’instar de Pierre et Lubna, d’anciens militaires, de personnes issues de l’Education nationale. « L’idée est de leur transmettre des valeurs républicaines et des valeurs pour mieux vivre ensemble, comme le respect, les droits et devoirs. Ils sortiront de là en ayant appris beaucoup de choses » pense Pierre.
Ce séjour de cohésion est aussi conçu pour être profitable aux jeunes. C’est une étape censée « renforcer l’orientation et l’accompagnement des jeunes dans la construction de leur parcours personnel et professionnel ».  Parmi les animations organisées à Dannemarie, une journée permettait de rencontrer sur place des interlocuteurs aussi divers que la mission locale, les sapeurs-pompiers, le Creps, Info jeunes, l’armée, l’UFCV, la prévention routière. Durant la quinzaine, les jeunes ont eu « un programme riche, abordant de nombreux thèmes comme l’engagement, le développement durable, la culture, la sécurité » énonce Lubna. « Et pendant les temps libres, on avait organisé d’autres choses comme de la course d’orientation ou un cours d’autodéfense ».

Deux autres étapes

« Tout s’est très bien déroulé, en partie parce qu’il s’agit de jeunes qui se sont inscrits volontairement estime Pierre. Je en suis pas sûr que le rendre obligatoire aurait les mêmes résultats. Forcer les gens n’est pas toujours la meilleure idée ». Après cette quinzaine estivale, d’autres étapes attendent les volontaires. Dans un premier temps, ils ont accès à des missions d’intérêt général de 84 h ou plus hors temps scolaire dans l’une des 9 thématiques proposées (défense et mémoire ; sécurité ; solidarité ; santé ; éducation ; culture ; sport ; environnement et développement durable ; citoyenneté). Elles sont l’occasion d’acquérir de l'expérience, voire des compétences.
Ultérieurement, chaque jeune peut poursuivre son SNU par un engagement de 3 mois à 1 an, sous différentes formes telles que le service civique, la réserve civique, les pompiers, l’armée, la réserve civile de la police, le corps européen de solidarité voire l’engagement associatif.
Quant aux jeunes encadrants, ils ont eux aussi tiré profit de l’expérience. Pierre s’apprête à devenir prof d’éducation physique et sportive. Ce séjour est un bon préalable avant de se retrouver avec des élèves de la même trenche d’âge. Lubna s’oriente vers le cinéma, plutôt côté critique. « Je suis curieuse de tout. Tout m’intéresse ». Y compris un séjour dans le Doubs avec 110 jeunes.

S.P.

En photo
1 à 3 - Journée d'information à Dannemarie.
4 - Pierre et Lubna, encadrants

En savoir +
snu.gouv.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Reconnaissance de l'engagement étudiant


septembre 2022
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche réitère sa volonté de valoriser l'engagement des étudiants en faisant reconnaître les compétences acquises. Un décret de mars 2022 élargit les activités éligibles à la reconnaissance par rapport à la circulaire d’octobre 2017. En théorie, les étudiants investis dans certaines activités en parallèle de leur cursus, lors d’une mobilité internationale ou encore d’une césure, ont la possibilité de faire reconnaitre cette expérience pour valider leur formation. Ces activités peuvent avoir la forme de bénévolat associatif, d’une activité professionnelle, d’un service civique, d’une activité militaire dans la réserve opérationnelle, d’un volontariat dans les armées ou d’un engagement en tant que sapeur-pompier volontaire et désormais d'un mandat dans une collectivité territoriale, de la participation à un corps constitué comme les conseils économiques, sociaux et environnementaux, d'un mandat syndical, d'un engagement dans le cadre du SNU. Les étudiants artistes de haut niveau, les étudiants parents ou aidants familiaux bénéficient également de cette possibilité. En pratique, la reconnaissance s'opère au cas par cas et diffère en fonciton des établissements d'enseignement qui ont la charge d'évaluer le niveau de l’étudiant et des compétences acquises.  La circulaire de 2017 prévoyait diverses méthodes de validation des compétences acquises par les étudiants : unité d’enseignement dédiée à l’engagement, attribution de crédits ECTS ou de point bonus dans la moyenne générale sur décision du jury ou dispense d’enseignement ou de stage. La nouvelle circulaire permet aux établissements de créer un diplôme d’université (DU) dédié à l’engagement, même si cette « option n’est pas à privilégier », précise-t-elle. Les modalités de validation sont définies par les établissements, de même qu la forme de justification des compétences.. « Le dossier de validation doit rester simple et accessible », indique simplement la circulaire. La circulaire en question est ici.

Chantier à Vézelay


juin 2022
Dans le cadre d'une convention entre la Région de BFC et les Régions d’Opole (Pologne), de Bohême centrale (République tchèque) et de Rhénanie-Palatinat (Allemagne), le conseil régional organise, en partenariat avec l’association Rempart, un chantier bénévole de jeunes à Vézelay du 31 juillet au 13 août, avec 3 jeunes de chacune des Régions. Les jeunes de BFC, âgés de 18 à 25 ans, peuvent donc postuler. Aucun préalable technique n’est nécessaire et la langue n’est pas un critère non plus (même si un niveau basique en anglais est un plus pour faciliter la communication). Toutes les dépenses seront prises en charge. En savoir +

Service civique en situation de handicap


avril 2022
Le service civique est ouvert aux personnes handicapées, avec un accès plus large puisqu’il est possible de postuler jusqu’à l’âge de 30 ans. Pour leur faciliter l’accès, l’UFCV a créé Handiciviq en Occitanie. Un dispositif relayé en Bourgogne-Franche-Comté, où l’antenne régionale propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.
Voir tout