septembre 2014

Comment devient-on berger ?

Il n’y a pas de diplôme, donc pas de formations, si ce n’est des modules d’accompagnement. Pour intégrer la profession comme pour l’exercer, il faut d’abord être débrouillard et acquérir de l'expérience sur le tas.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Si le métier de berger se perd, ce n’est pas faute de postulants. Les jeunes seraient même demandeurs.
«Beaucoup nous demandent comment faire et il y a peu de places par rapport aux demandes» annonce Norbert Bournez, membre fondateur de l’association des bergers du Jura franco-suisse. Il estime à une soixantaine le nombre de professionnels exerçant à l’heure actuel sur 260 alpages du massif jurassien, côté français. Sa définition du métier : «le berger est celui qui garde un troupeau avec un déplacement en hauteur (transhumance)». Sa saisonnalité implique de trouver une activité complémentaire l’hiver.
Ce métier de jadis qui se dénomme également vacher, chevrier, pâtre, pasteur selon les lieux et les spécialités passe essentiellement par une formation sur le tas. Quentin Putelat, qui exerce depuis deux ans, donne principalement ce conseil aux jeunes : «aller à la rencontre des bergers et passer du temps avec eux».
«Le compagnonnage auprès d’un berger sur un alpage est la meilleure solution» confirme Norbert Bournez.

Un rôle touristique

Créée en 1992 pour lutter contre un projet de piste d’essai automobile, l’association des bergers du Jura franco-suisse a poursuivi son activité en se donnant pour missions de promouvoir, structurer la profession et proposer des formations avec le lycée agricole de Montmorot. Ses cours ont pour intitulés céréalpages, oiseaux et alpages, pratique de la traction animale, approche des bovins ou piégeage des campagnols (elles n’ont pas lieu en 2014 mais devraient reprendre l’an prochain). Une expérience agricole préalable n’est pas négligeable. Le berger n’est pas seulement un gardien de troupeau : il est aussi là pour s’occuper des bêtes, surveiller leur santé, entretenir les bâtiments, les clôtures et surtout les espaces naturels. Bref, ils occupent et aménagent le paysage, jouant aussi un rôle touristique.
Norbert Bournez décrit trois qualités principales à posséder : «aimer les animaux, aimer la montagne, savoir se débrouiller en autonomie pendant plusieurs mois». Même si ce n’est pas trop le cas dans le Jura, il faut aussi tenir compte des bêtes sauvages (loups dans les Alpes, ours dans les Pyrénées) et savoir protéger son troupeau.
L’association a également instauré une charte, mis en place un festival fin mai et créé une seconde association de gestion pastorale du Jura dans l’idée de louer des alpages et d’essayer d’organiser leur fonctionnement.
«Le principal problème, situe Norbert Bournez, est que les éleveurs français n’ont plus beaucoup les moyens d’embaucher des bergers. Mais il y a du travail. Donc un jeune qui arrive avec une solution de financement, même partielle, par exemple en construisant un projet environnemental ou touristique avec une collectivité, a toutes les chances de pouvoir se faire une place ».

Stéphane Paris
Assocation des bergers du Jura franco-suisse et amis
4 place de l'Eglise
25240 Mouthe
Tel/Fax : 03 81 69 13 70
bergersdujura.org

Lire aussi
- Quentin Putelat : "Je suis berger"

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

P-Tech


mars 2022
Cette initiative née en 2019 repose sur des partenariats public-privé pour encourager l’égalité des chances, en permettant aux jeunes de développer les compétences nécessaires aux métiers de demain, dans le secteur des nouvelles technologies ou dans d’autres domaines. Dans les lycées participants, le mentorat et d’autres activités en lien avec les professionnels débutent  en seconde, se poursuivent pour les élèves volontaires dans le cadre d’une classe P-Tech en première, et le cas échéant, jusqu’au BTS. Dans la région, le lycée Nelson Mandela à Audincourt vient d’intégrer le dispositif en partenariat avec Delfingen, Bourbon automotive plastics - Groupe PVL, Flex-N-Gate et le campus des métiers et des qualifications d’excellence microtechniques et systèmes intelligents. C’est la première fois que P-Tech est initié sur un parcours différent des métiers du numérique, à savoir ceux de la plasturgie.

Concours d’histoire franco-allemand Eustory


février 2022
Ce concours d’histoire s’adresse simultanément aux élèves en France et en Allemagne qui soumettent des travaux de recherche collectif sur le thème, cette année, de : « Au-delà des frontières : itinéraires franco-allemands ». En France, le concours s’adresse aux élèves de la 4e jusqu’au baccalauréat. Les contributions pourront être élaborées en travail individuel ou collectif, et de préférence en tandem franco-allemand. Les enseignants et enseignantes ou d’autres personnes motivées peuvent guider les travaux des élèves. Les contributions peuvent être faites en français, en allemand ou dans les deux langues. Elles peuvent être valorisées de différentes façons, en respectant les conditions de participation, disponibles ici. Date limite des contributions, 25 avril 2022.

Prépa sport & loisirs Mod’emploi


février 2022
Le CFA profession sport et loisirs organise à partir du 1er mars une formation préparatoire aux métiers du sport, des loisirs & de l’animation, modulable selon les besoins de chacun, qui allie apports théoriques et immersions en milieu professionnel. L'objectif est de confirmer un projet professionnel, sécuriser un parcours vers un diplôme professionnel en animation sportive et/ou de loisirs Cette passerelle est destinée aux futurs professionnels du sport et des loisirs de 16 à 30 ans. Gratuité pour les candidats et possibilité de rémunération ou rétribution financière. Renseignements et inscriptions à Besançon : isabelle.bouquard@profession-sport-loisirs.fr ; à Belfort : sara.regazzoni@profession-sport-loisirs.fr. En savoir +

Chirurgien-dentiste


décembre 2021
Une faculté d’odontologie (chirurgie dentaire) ouvre à la rentrée 2022 en Bourgogne-Franche-Comté. Le gouvernement a annoncé la création de 8 nouvelles facultés dentaires, en plus des 16 existantes, dans les régions qui en sont actuellement dépourvues : Amiens, Besançon, Caen, Dijon, Grenoble, Poitiers, Rouen et Tours. Deux sites sont prévus en Bourgogne-Franche-Comté avec un département d’odontologie commun et partagé au sein des UFR sciences de santé de Besançon et de Dijon. La formation commune sera répartie sur les deux sites, et s’appuiera sur un maillage de lieux de stage permettant de couvrir au mieux l’ensemble de la région BFC. En savoir +

Le BIA


octobre 2021
Le brevet d’initiation aéronautique (BIA) est une proposition faite aux collégiens ou lycéens passionnés d’aviation : elle permet de suivre durant un an des cours de culture aéronautique pour décrocher un diplôme mais surtout, de rencontrer des professionnels et parfois, de vivre un premier vol en planeur. Ce premier niveau de sensibilisation à l’aéronautique permet aux jeunes de goûter au pilotage avant d’envisager la suite (brevet de base, light aircraft pilot licence, private pilot licence…) voire une carrière dans l’aéronautique. Certains établissements scolaires proposent de préparer et passer le BIA. Renseignements auprès des Ciras (ciras.ac-dijon.fr et cirasfc.wixsite.com). On peut aussi passer par un aéroclub : la liste des sites formateurs est sur enviedepiloter.fr. Plus d’infos sur ffvp.fr et ffa-aero.frA lire aussi, "initiation au vol".
Voir tout