janvier 2022

Cours hôtelier, court, intense, efficace

L’école bisontine a plus d’un siècle d’existence et une réputation internationale. Après un an de formation, les élèves trouvent du travail assez facilement.
Photo Laurent Cheviet
Cours hôtelier, court, intense, efficace

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Originaires de Marmande et de La Baule, dans l’ouest, Clara et Dorian ont traversé la France pour suivre la formation du Cours hôtelier de Besançon. La notoriété de l’établissement n’est plus à prouver. « Je cherchais une formation qui alliait une grande exigence et permettait d’être opérationnelle à la sortie et la réputation du Cours m’a convaincue » confirme Clara. Titulaire d’un master en droit, elle a voulu se réorienter car « le droit ne correspondait pas à mon envie de voyages, de rencontres, de pratique d’autres langues. J’avais aussi envie de rendre service. Mais il y a des points communs : l’exigence et la rigueur ». Quant à Dorian, il était déjà en restauration et souhaitait compléter sa formation en découvrant l’hôtellerie. A 18 ans, il dit avoir toujours été attiré par ce domaine professionnel. « Ce n’est pas un métier routinier. Chaque client, chaque demande sony différents ».
Deux mois après la rentrée, aucun des deux n’a de regrets. « C’est vraiment ce à quoi on s’attendait, on apprend concrètement le métier, de manière très complète. Au début, c’est dur, mais on s’y fait. On sait qu’on se prépare à entrer dans le milieu hôtelier et qu’il y a une variété de choses à acquérir. On sait que c’est un métier strict, qu’il faut savoir se mettre en quatre en permanence ». Pour mettre directement en application la théorie, l’école fonctionne comme un hôtel. Au cours d’une semaine, certains élèves jouent les clients pendant que les autres occupent les différents postes.

Etre sûr d'avoir un emploi

Ils savent aussi que le diplôme est recherché et qu’il peut donner l’occasion de travailler dans des hôtels prestigieux. « Ça a joué admet Dorian. Etre sûr d’avoir un emploi, ce n’est pas donné ».
Clara et Dorian ont 31 camarades de formation cette année, mais l’association peut en accueillir un peu plus. « La crise Covid a rendu les choses moins faciles estime Stéphanie Thébaut, la directrice, avec des jeunes qui se demandent sûrement à quoi bon aller vers ce secteur ». L’impact est réel, l’hôtellerie-restauration est encore plus en tension ces derniers temps. « Cette année, les hôtels m’appellent tout le temps. Si on ne trouve pas de travail, c’est soit parce qu’on a besoin de se reposer, soit parce qu’on ne cherche pas ».
Au Cours hôtelier, on forme en 9 mois (plus 3 mois de stage) aux métiers de gouvernant, majordome, réceptionniste. L’école née en 1916 recrute à partir de 18 ans, à un niveau terminale. Mais l’essentiel est ailleurs : « Nous avons une sélection stricte car la formation est atypique, basée sur la discipline et le comportement ». Sur le site, on lit les notions suivantes : « souci du détail, de l'esthétique, sens de l'accueil et de la courtoisie, capacité à s'intégrer et à diriger, maîtrise du comportement. » « Beaucoup de nos élèves deviennent des managers d’équipes avec un personnel important à diriger » complète Stéphanie Thébaut. Autre élément d’importance, la maîtrise de l’anglais, que les élèves peaufinent à raison de 3 h par semaine.
Un temps féminin, le Cours est désormais mixte. Il a déjà connu plus que les 5 élèves masculins de la promotion 2021-2022. « Le métier de gouvernant est ouvert aux hommes comme celui de majordome aux femmes. Ici, ils apprennent la même chose et les hommes aussi bien que les femmes font de la couture ». Néanmoins, certaines traditions perdurent. « Il faut accepter de se laisser façonner car le savoir-être et la tenue sont primordiaux. J’insiste car je vois des stagiaires d’autres écoles qui ne savent pas se tenir dans leur uniforme. On demande aux hommes de se raser, on apprend aux femmes à marcher avec des talons. En sortant d’ici, le savoir-être est là et le savoir-faire se peaufine avec l’expérience.  Ces exigences sont des attentes de la clientèle des hôtels ». Les candidats doivent avoir ces notions à l’esprit. « Il faut aussi avoir conscience que ce sont des métiers physiques. On est debout, on bouge énormément. Quand j’étais de gouvernante, je n’avais pas besoin de faire de la gym ! » sourit Stéphanie Thébaut.

S.P.
En savoir +
Le Cours hôtelier est une association loi 1901. L’inscription coûte 9460 euros, mais des aides sont possibles en fonction des cas.
cours-hotelier.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Chirurgien-dentiste


décembre 2021
Une faculté d’odontologie (chirurgie dentaire) ouvre à la rentrée 2022 en Bourgogne-Franche-Comté. Le gouvernement a annoncé la création de 8 nouvelles facultés dentaires, en plus des 16 existantes, dans les régions qui en sont actuellement dépourvues : Amiens, Besançon, Caen, Dijon, Grenoble, Poitiers, Rouen et Tours. Deux sites sont prévus en Bourgogne-Franche-Comté avec un département d’odontologie commun et partagé au sein des UFR sciences de santé de Besançon et de Dijon. La formation commune sera répartie sur les deux sites, et s’appuiera sur un maillage de lieux de stage permettant de couvrir au mieux l’ensemble de la région BFC. En savoir +

Le BIA


octobre 2021
Le brevet d’initiation aéronautique (BIA) est une proposition faite aux collégiens ou lycéens passionnés d’aviation : elle permet de suivre durant un an des cours de culture aéronautique pour décrocher un diplôme mais surtout, de rencontrer des professionnels et parfois, de vivre un premier vol en planeur. Ce premier niveau de sensibilisation à l’aéronautique permet aux jeunes de goûter au pilotage avant d’envisager la suite (brevet de base, light aircraft pilot licence, private pilot licence…) voire une carrière dans l’aéronautique. Certains établissements scolaires proposent de préparer et passer le BIA. Renseignements auprès des Ciras (ciras.ac-dijon.fr et cirasfc.wixsite.com). On peut aussi passer par un aéroclub : la liste des sites formateurs est sur enviedepiloter.fr. Plus d’infos sur ffvp.fr et ffa-aero.frA lire aussi, "initiation au vol".

Aéronautique au lycée


octobre 2021
Il existe des options dans certaines secondes. Par exmple, le lycée Xavier Marmier à Pontarlier dispose d’une classe de seconde à projet aérospatiale. Elle permet aux élèves passionnés par ce domaine de profiter d’enseignements complémentaires centrés sur la technologie aérienne, l’histoire de l’aviation et de la conquête spatiale, les principes physiques correspondants et sur l’étude de textes littéraires. Les élèves qui le souhaitent peuvent préparer le brevet d’initiation aéronautique (BIA). Au Creusot, le lycée Léon Blum propose une seconde générale de culture scientifique et technologique avec une coloration aéronautique et espace.

Escadrilles Air-jeunesse


octobre 2021
Les EAJ ont pour ambition de développer des liens avec la jeunesse à travers l’aéronautique, les valeurs de l’aviateur, l’histoire de l’armée de l’Air et de l’Espace et ses traditions. La première escadrille a vu le jour en 2019. Aujourd’hui, l’armée de l’Air et de l’Espace accueille près de 400 jeunes sur 9 sitesdont Luxeuil et Dijon. Ces escadrilles rassemblent des jeunes de 12 à 25 ans pour leur permettre de découvrir et s’impliquer dans l’univers de l’aéronautique et du spatial. A Luxeuil, le partenariat entre la base aérienne et le lycée Lumière (qui envisage la création d’un BTS aéronautique en 2024) programme activités de modélisme, pilotage de drone, simulation de vol, vols en avion de tourisme avec l’aéroclub de Vesoul...Au programme de Dijon : découverte de l’aéronautique, de son environnement sportif, culturel, patrimonial, et des métiers de l’armée de l’Air. Des vols en avion de tourisme sont organisés en partenariat avec l’aéroclub de Darois. fondation-ailesdefrance.fr

Étudiants en situation de handicap


octobre 2021
Dans le but de simplifier les démarches administratives, un élève en situation de handicap peut bénéficier d'aménagements pour l'examen du bac. Dans ce cas, cet aménagement peut également s’appliquer aux concours et au sein des cycles de formation de l’enseignement supérieur. A l'université, des dispositifs d’accueil handicap leur sont dédiés.
Les étudiants en situation de handicap ont possibilité demander le réexamen de leur candidature à l’entrée en master. Ainsi, si le titulaire d’une licence n’a pas de place à l’entrée en master, il peut saisir le recteur d’académie qui lui fait trois propositions d’admission en master. Si l’étudiant accepte une proposition, le recteur l’inscrit dans la formation concernée.
En 2021, le nombre de contrats doctoraux réservés aux étudiants en situation de handicap passe de 25 à 30.
Voir tout