juillet 2021

De la phobie scolaire à la maçonnerie

Océane, bientôt 18 ans, a trouvé sa voie en intégrant la promo 16-18 à l’Afpa de Besançon.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’école, ça n’a jamais été le « truc » d’Océane. Dès la 6e, la jeune bisontine, qui vit maintenant à Dannemarie-sur-Crête, ne « voulai[t] plus travailler » : « Les cours ne m’intéressaient plus, j’étais l’élève perturbatrice de la classe ». Après de nombreux avertissements et des changements de collèges, on l’oriente vers une 3e prépa professionnelle, ou « prépa-métiers », destinée notamment à des élèves qui se dirigent vers l’apprentissage ou la voie professionnelle. L’objectif d’Océane était simplement d’arrêter après le brevet. Mais durant l’année, elle est victime d’un harcèlement – dont elle préfère ne pas parler – et développe une phobie scolaire. Elle change une nouvelle fois d’école, en vain : « Je vomissais le matin, je pleurais tout le temps », décrit la jeune femme. Elle finit par arrêter les cours, avant même de passer le brevet.


« Coup de coeur » pour la maçonnerie

Pendant près de deux ans, Océane reste chez elle. « Je ne faisais rien, je ne sortais pas, à part parfois pour aller faire des courses avec ma mère. » C’est d’ailleurs sa maman qui, courant 2020, la pousse à trouver un travail. « Elle m’a dit que sinon, elle me forcerait à retourner à l’école. » Océane se rend à la Mission locale. Quelque temps après, elle reçoit un appel : on lui propose d’intégrer la Promo 16-18. Ce programme, proposé par l’Afpa dans 8 centres en Bourgogne Franche-Comté (Belfort, Besançon, Chevigny-Saint-Sauveur, Migennes, Montceau-les-Mines, Nevers, Lons-le-Saunier et Vesoul), permet à de jeunes « décrocheurs scolaires » de reprendre le chemin vers une formation.
« Le premier jour, on était assis sur une chaise toute la journée. Je me suis dit : ‘je ne reviendrai pas demain’. » Mais le deuxième jour, Océane et ses camarades visitent des plateaux techniques : c’est là que se forment les personnes dans différents métiers – coiffure, cuisine, informatique, mécanique… « J’ai vu le plateau de maçonnerie, et ça a été le coup de cœur ! » raconte Océane, les yeux pétillants. « Je ne sais pas l’expliquer, poursuit-elle, il y avait l’air d’avoir une bonne ambiance, et ça s’est confirmé ! » Tous les jeudis pendant près de trois mois, la jeune femme se rend sur le plateau et commence à apprendre les bases. Avant même la fin du parcours qui s’étale normalement sur 13 semaines, elle commence une formation certifiante , à l’Afpa. Depuis, elle s’éclate : « J’aime bien être dehors, construire avec mes mains, m’appliquer… »  Monter un mur, faire un coffrage, un crépis… « J’apprends des choses tous les jours ! », s’enthousiasme encore la jeune maçonne.
« La promo 16-18 m’a aidée à trouver ma voie », conclut-elle. « En étant avec d’autres personnes qui avaient elles aussi un vécu, je me suis sentie moins seule. On était tous dans le même bateau ». Jusqu’en octobre, Océane a plusieurs examens à passer pour obtenir sa certification. Puis elle cherchera du travail, d’abord comme salariée. « Mais dans un an ou deux, j’aimerais suivre une nouvelle formation pour devenir cheffe de chantier ».

Camille Jourdan
Lire aussi
Décrocheurs scolaires : une promo pour les aider à se réorienter

En savoir +
afpa.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le BIA


octobre 2021
Le brevet d’initiation aéronautique (BIA) est une proposition faite aux collégiens ou lycéens passionnés d’aviation : elle permet de suivre durant un an des cours de culture aéronautique pour décrocher un diplôme mais surtout, de rencontrer des professionnels et parfois, de vivre un premier vol en planeur. Ce premier niveau de sensibilisation à l’aéronautique permet aux jeunes de goûter au pilotage avant d’envisager la suite (brevet de base, light aircraft pilot licence, private pilot licence…) voire une carrière dans l’aéronautique. Certains établissements scolaires proposent de préparer et passer le BIA. Renseignements auprès des Ciras (ciras.ac-dijon.fr et cirasfc.wixsite.com). On peut aussi passer par un aéroclub : la liste des sites formateurs est sur enviedepiloter.fr. Plus d’infos sur ffvp.fr et ffa-aero.frA lire aussi, "initiation au vol".

Aéronautique au lycée


octobre 2021
Il existe des options dans certaines secondes. Par exmple, le lycée Xavier Marmier à Pontarlier dispose d’une classe de seconde à projet aérospatiale. Elle permet aux élèves passionnés par ce domaine de profiter d’enseignements complémentaires centrés sur la technologie aérienne, l’histoire de l’aviation et de la conquête spatiale, les principes physiques correspondants et sur l’étude de textes littéraires. Les élèves qui le souhaitent peuvent préparer le brevet d’initiation aéronautique (BIA). Au Creusot, le lycée Léon Blum propose une seconde générale de culture scientifique et technologique avec une coloration aéronautique et espace.

Escadrilles Air-jeunesse


octobre 2021
Les EAJ ont pour ambition de développer des liens avec la jeunesse à travers l’aéronautique, les valeurs de l’aviateur, l’histoire de l’armée de l’Air et de l’Espace et ses traditions. La première escadrille a vu le jour en 2019. Aujourd’hui, l’armée de l’Air et de l’Espace accueille près de 400 jeunes sur 9 sitesdont Luxeuil et Dijon. Ces escadrilles rassemblent des jeunes de 12 à 25 ans pour leur permettre de découvrir et s’impliquer dans l’univers de l’aéronautique et du spatial. A Luxeuil, le partenariat entre la base aérienne et le lycée Lumière (qui envisage la création d’un BTS aéronautique en 2024) programme activités de modélisme, pilotage de drone, simulation de vol, vols en avion de tourisme avec l’aéroclub de Vesoul...Au programme de Dijon : découverte de l’aéronautique, de son environnement sportif, culturel, patrimonial, et des métiers de l’armée de l’Air. Des vols en avion de tourisme sont organisés en partenariat avec l’aéroclub de Darois. fondation-ailesdefrance.fr

Étudiants en situation de handicap


octobre 2021
Dans le but de simplifier les démarches administratives, un élève en situation de handicap peut bénéficier d'aménagements pour l'examen du bac. Dans ce cas, cet aménagement peut également s’appliquer aux concours et au sein des cycles de formation de l’enseignement supérieur. A l'université, des dispositifs d’accueil handicap leur sont dédiés.
Les étudiants en situation de handicap ont possibilité demander le réexamen de leur candidature à l’entrée en master. Ainsi, si le titulaire d’une licence n’a pas de place à l’entrée en master, il peut saisir le recteur d’académie qui lui fait trois propositions d’admission en master. Si l’étudiant accepte une proposition, le recteur l’inscrit dans la formation concernée.
En 2021, le nombre de contrats doctoraux réservés aux étudiants en situation de handicap passe de 25 à 30.

Crous Nevers


septembre 2021
Le Crous inaugure en cette rentrée un point relais à Nevers. Ce nouveau lieu d'infos pour étudiants est situé 21 rue du pont Cizeau. crous-bfc.fr
Voir tout