février 2022

Devenir sapeur-pompier

Une possibilité à découvrir dès 11 ans. A 16 ans, on peut devenir volontaire.
Photo Yves Petit
Devenir sapeur-pompier

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le corps des sapeurs-pompiers est constitué de professionnels et de volontaires, parmi lesquels les jeunes sapeurs-pompiers, qui sont environ 29000 en France. Agés de 11 à 18 ans, les JSP ne participent pas à des interventions proprement dites, mais sont inscrits dans un parcours préalable qui leur permet de se former, d’acquérir des valeurs de solidarité et de civisme et de découvrir l’état d’esprit lié à cette activité. Filles et garçons se retrouvent tout au long de l’année dans l’une des 1500 sections. Ensemble, ils font du sport, apprennent la collaboration en équipe et commencent à acquérir des savoir-faire en découvrant le matériel et les techniques de lutte contre les incendies, en apprenant les gestes de secours et en participant à des manœuvres. Cinq modules sont prévus au cours de 4 cycles (prompt secours, lutte contre les incendies, protection des biens et de l’environnement, engagement citoyen et acteurs de la sécurité civile, activités physiques et sportives). Avec « prompt secours », les jeunes deviennent même acteur de l’engagement : ils participent à des ateliers de démonstration de secourisme auprès du grand public et font office d’ambassadeurs de la culture de la sécurité dans leurs établissements. A l’issue de leur formation, ils peuvent passer le brevet national de jeune sapeur-pompier. Par la suite, il est possible de devenir sapeur-pompier volontaire à l’âge de 16 ans.
En savoir +
Pour se renseigner et s’inscrire, il faut prendre contact avec l’union départementale de son lieu de résidence. Annuaire ici. 

facebook

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Reconnaissance de l'engagement étudiant


septembre 2022
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche réitère sa volonté de valoriser l'engagement des étudiants en faisant reconnaître les compétences acquises. Un décret de mars 2022 élargit les activités éligibles à la reconnaissance par rapport à la circulaire d’octobre 2017. En théorie, les étudiants investis dans certaines activités en parallèle de leur cursus, lors d’une mobilité internationale ou encore d’une césure, ont la possibilité de faire reconnaitre cette expérience pour valider leur formation. Ces activités peuvent avoir la forme de bénévolat associatif, d’une activité professionnelle, d’un service civique, d’une activité militaire dans la réserve opérationnelle, d’un volontariat dans les armées ou d’un engagement en tant que sapeur-pompier volontaire et désormais d'un mandat dans une collectivité territoriale, de la participation à un corps constitué comme les conseils économiques, sociaux et environnementaux, d'un mandat syndical, d'un engagement dans le cadre du SNU. Les étudiants artistes de haut niveau, les étudiants parents ou aidants familiaux bénéficient également de cette possibilité. En pratique, la reconnaissance s'opère au cas par cas et diffère en fonciton des établissements d'enseignement qui ont la charge d'évaluer le niveau de l’étudiant et des compétences acquises.  La circulaire de 2017 prévoyait diverses méthodes de validation des compétences acquises par les étudiants : unité d’enseignement dédiée à l’engagement, attribution de crédits ECTS ou de point bonus dans la moyenne générale sur décision du jury ou dispense d’enseignement ou de stage. La nouvelle circulaire permet aux établissements de créer un diplôme d’université (DU) dédié à l’engagement, même si cette « option n’est pas à privilégier », précise-t-elle. Les modalités de validation sont définies par les établissements, de même qu la forme de justification des compétences.. « Le dossier de validation doit rester simple et accessible », indique simplement la circulaire. La circulaire en question est ici.

Chantier à Vézelay


juin 2022
Dans le cadre d'une convention entre la Région de BFC et les Régions d’Opole (Pologne), de Bohême centrale (République tchèque) et de Rhénanie-Palatinat (Allemagne), le conseil régional organise, en partenariat avec l’association Rempart, un chantier bénévole de jeunes à Vézelay du 31 juillet au 13 août, avec 3 jeunes de chacune des Régions. Les jeunes de BFC, âgés de 18 à 25 ans, peuvent donc postuler. Aucun préalable technique n’est nécessaire et la langue n’est pas un critère non plus (même si un niveau basique en anglais est un plus pour faciliter la communication). Toutes les dépenses seront prises en charge. En savoir +

Service civique en situation de handicap


avril 2022
Le service civique est ouvert aux personnes handicapées, avec un accès plus large puisqu’il est possible de postuler jusqu’à l’âge de 30 ans. Pour leur faciliter l’accès, l’UFCV a créé Handiciviq en Occitanie. Un dispositif relayé en Bourgogne-Franche-Comté, où l’antenne régionale propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.
Voir tout