avril 2020

Dons de sang et d’organes : pas d’interruption

L’épidémie de covid-19 n’a pas mis fin aux besoins. Cet acte citoyen demeure indispensable. Toutes les précautions sont prises.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Comment continuer à être solidaire en période de confinement ? La question s’est posée très rapidement pour l’Etablissement français du sang. A Besançon, dès le début de la crise sanitaire, l’EFS a dû annuler ses collectes prévues sur le campus. Lors de la première semaine de confinement, il estime avoir « perdu » 900 dons, uniquement sur le site bisontin. Or, le besoin ne diminue pas, au contraire, et les réserves sont toujours faibles car les produits sanguins ont une durée de vie limitée (sur le plan national, les stocks correspondent à moins de 15 jours pour les globules rouges et 3 jours pour les plaquettes). Cela étant, l’EFS a rapidement confirmé que la collecte continuait car « la transfusion elle-même ne présente aucun risque d'infection ». Les citoyens sont autorisés par les autorités à se rendre sur les collectes de sang organisées à proximité de chez eux et dans les 7 maisons du don de Bourgogne Franche-Comté, sous réserve de remplir l’attestation officielle ou une déclaration sur l’honneur indiquant aller donner leur sang, au motif de l’assistance aux personnes vulnérables. Etablissements de santé, les EFS ont pris les dispositions nécessaires pour limiter le risque de propagation de l'épidémie de Covid-19 sur leurs sites.
Nouvelle rassurante : en deuxième semaine de confinement, la mobilisation des citoyens a été relancée. L’EFS a même noté « 10% de nouveaux donneurs et beaucoup de donneurs qui ne s’étaient plus mobilisés depuis de nombreuses années revenus au don. Au global, une fréquentation doublée sur nos maisons du don et collectes mobiles. L’enjeu maintenant est d’étaler les dons dans la durée afin que la mobilisation soit en adéquation avec les besoins quotidiens ». Pour faciliter l’étalement des dons tout au long du confinement, il est recommandé de privilégier la prise de rendez-vous. Ce qui permet également de maintenir la distanciation, les gestes barrières étant encore et toujours primordiaux.
Mais qu’en est-il des dons d’organes, alors qu’une chute de 50 % de propositions de dons est observée depuis le début de l’épidémie ? L’Agence de la biomédecine a donné ses recommandations fin mars : pour les transplantations, elle distingue greffes pouvant être différées et greffes urgentes. Dans le premier cas, elle estime que le risque d'infection du receveur par le Sras-CoV-2 dépasse le bénéfice de la transplantation et recommande de repousser la date après le pic épidémique. Même recommandation concernant les activités d’assistance médicale à la procréation : « le ratio bénéfice-risque conduit à conseiller de reporter les activités cliniques et biologiques d’AMP, quelle que soit la technique (fécondation in vitro, transfert d’embryon congelé, insémination artificielle, don de gamètes, préservation de la fertilité non urgente) ». Mais pour les patients en attente d’un organe vital, il est préconisé de poursuivre le programme prévu, le report impliquant un risque accru (seules les greffes rénales sont reportées à la fin de la période épidémique). Et l’agence rappelle que tous les donneurs sont systématiquement testés pour s’assurer de l’absence de risque de transmission du Covid-19. Conclusions : là aussi, les dons sont toujours bienvenus.

En savoir plus
Trouver un lieu de collecte de sang : dondesang.efs.sante.fr

agence-biomedecine.fr

dondorganes.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Renoncement aux soins


avril 2020
Selon les organismes de santé, certains patients n’osent plus se rendre en établissement de santé ou appeler leur médecin, pour des motifs autres que des symptômes liés au coronavirus. La Fehap, la Fédération hospitalière de France, la Fédération de l’hospitalisation privée, France Assos Santé, Unicancer et l’Union nationale des professionnels de santé rappellent que ces renoncements aux soins peuvent engendrer de graves dommages, particulièrement pour des pathologies chroniques ou aigües. Il est essentiel de continuer à se soigner et que les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées. En cas de doute sur son état de santé, il faut continuer à contacter son médecin ou d’appeler le 15, selon la situation.

Confinement et santé sexuelle


avril 2020
Malgré les circonstances, le Planning familial reste disponible pour toute personne qui souhaiterait échanger sur la contraception, l'avortement, la sexualité... en composant le numéro vert national 0800 08 11 11 (anonyme et gratuit). Le Planning familial rappelle que la contraception est possible, même confiné, l'avortement est toujours possible à l’hôpital ou en cabinet médical : l'IVG est un soin urgent ne pouvant être reporté. L’annuaire du numéro vert est à jour pour la Bourgogne Franche-Comté afin d’orienter au mieux les
personnes.

Covid-19 : courses et alimentation


avril 2020
Face au virus, quelles précautions avec les courses et les aliments ? Voici ce que recommande l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Covid-19


mars 2020
Faire circuler des idées fausses sur cette maladie est non seulement inutile mais également contre-productif en termes de lutte contre l'épidémie. Les principales fausses informations :
- Le virus meurt avec la chaleur. A moins d’une accélération brusque du réchauffement climatique, il ne faut pas compter dessus. Selon les estimations scientifiques, il faudrait une exposition à 56° pendant 20 à 30 mn.
- Boire chaud tue le virus. Faux. Ingurgiter un liquide à 56° pendant 20 minutes, alors ? Ce n’est pas recommandé, ni même garant du résultat.
- Boire un gargarisme avec une solution désinfectante tue le virus. Cette idée ne figure dans aucune recommandation d’aucune autorité sanitaire.
- Pour savoir si l’on est infecté, il faut retenir son souffle 10 secondes et observer si l’on y arrive sans toux ni oppression. Test non validé. Ou alors, il faut avertir les scientifiques que le test en laboratoire coûte un peu cher par rapport à cette méthode. Non seulement c’est inexact, mais les personnes prenant cette idée pour vraie peuvent se croire non infectées et abandonner les précautions recommandées.

Nutri-score


octobre 2019
Ce logo sur les produits alimentaires associe une couleur et une lettre pour indiquer la valeur nutritionnelle. D'après une étude de l'équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle de l'Inserm menée auprès de 2907 étudiants, l'utilisation des denrées portant ce logo engendre une consommation moindre de calories et d'acides gras saturés.
Voir tout