juillet 2021

Ecoles de production, chance d’insertion pour décrocheurs

Ce réseau forme des jeunes à partir de 15 ans rencontrant des difficultés scolaires et personnelles. Créée récemment, l'école de Besançon forme à des métiers en tension de la métallurgie.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Dans un vaste atelier reproduisant les conditions de travail en entreprise, une dizaine de jeunes s’activent avec sérieux sur des machines-outils mécaniques et à commande numérique. On est début juillet, ils finissent leur 1re année de CAP conducteur d’installation de production, à l’Ecole de production de Besançon. Dans un an, s’ils terminent leur formation, ils auront un travail assuré dans la métallurgie. A moins qu’ils ne choisissent de poursuivre en bac pro technicien en usinage. « Nous les formons à des métiers en tension, donc ce n’est pas étonnant d’avoir à peu près 100 % d’embauches relate Alice Cnockaert, chargée de recrutement. Mais au départ, ce n’est pas si évident, car nous recevons des jeunes en décrochage scolaire ».
L’Ecole accueille des jeunes de 15 à 18 ans, sans qualification, avec pour seul critère, « la motivation de se former, la volonté de mettre en œuvre un projet professionnel ». Pour entrer, un entretien et une immersion d’1 h 30 dans l’atelier sont les seuls préalables à l’engagement. La pédagogie : faire pour apprendre, avec 2/3 de pratique et 1/3 de théorie. « C’est progressif indique Alice Cnockaert. On commence en associant la pratique à du français, des maths, de l’histoire-géo, des disciplines techniques et on va vers la production et la mise en situation sans cours théorique ». Les élèves apprennent les réalités de l’usinage au contact de formateurs professionnels issus du métier. L’accompagnement sert à l’apprentissage des gestes techniques mais aussi au savoir-être. « Certains arrivent en sachant à peine mettre leurs chaussures et trouvent un emploi en sortant, sourit José Gemser, l’un des maîtres professionnels de l’école. On les fait passer à l’âge adulte »
Les jeunes sont plongés dans les exigences du monde du travail : l’école fabrique des produits qui répondent à des réelles commandes. « Nous avons une centaine d’entreprises clientes, et parfois des particuliers, pour lesquels nous faisons des produits en série ou des pièces unitaires. Mais ce ne sont pas de grosses productions car les élèves sont d’abord là pour apprendre » explique José Gemser.
L’Ecole fait partie d’un réseau de 35 établissements sur le territoire, dont le premier date de 1892 ! Celui de Besançon est beaucoup plus récent puisque les premiers élèves sont entrés en septembre 2018 (1). « Nous l’avons créé pour faire face à une demande des entreprises du bassin d’emploi relate Jennifer Seppings, responsable communication de l’Union des industries et métiers de la métallurgie. Elles nous aident beaucoup car elles savent qu’elles auront des jeunes formés. En ce moment, dans nos métiers, tout le monde recrute ».
Actuellement, 1400 élèves apprennent un métier en Ecole de production. Le réseau annonce un développement prochain avec la volonté d’atteindre 10 000 apprenants en 2023.

S.P.
En savoir +
Ecole de la production
7 chemin de Palente
25043 Besançon cedex
03 81 48 50 00
contact@epb25.org

(1)
Les Ecoles de production sont créées en fonction des besoins locaux, dans les secteurs de l’industrie, de l’automobile, du bois, du bâtiment, de la restauration et des métiers paysagers. Il existe 5 écoles en Bourgogne-Franche-Comté. Outre celle de Besançon : l’Atelier d’Anne-Marie à Chamblanc (restauration), Eccofor-Juralternance à Dole (construction et automobile), l’Ecole buissonnière à Clux-Villeneuve (maintenance bâtiment de collectivités) et l’Ecole de production de Chalon-sur-Saône (métallurgie).
ecoles-de-production.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Plateforme d'accès en master


décembre 2022
Une nouvelle plateforme d’accès en master doit voir le jour en mars 2023. Elle remplacera le portail d’information Trouver mon master. Les candidats pourront s’informer et candidater pour l’accès aux masters de leur choix. Calendrier :
• 1er mars - 3 avril : phase de candidature ;
• 7 avril - 12 juin : examen des candidature ;
• 19 juin - 17 juillet : phase principale d'admission ;
• 22 juillet - 31 août : phase de gestion des désistements.

Apprentissage


décembre 2022
À partir de janvier 2023, l’aide à l'embauche d’apprentis à destination des entreprises sera de 6 000 €, quels que soient les effectifs de l'entreprise, l'âge du jeune ou le diplôme.

Studytracks


octobre 2022
Une appli conçue pour apprendre en chanson : en écoute, des artistes connus qui chantent l'histoire, la philo, la physique, la chimie, l'économie, l'enseignement civique, les maths, la SVT, etc. Une manière ludique d'apprendre avec Joey Starr Black M, Anggun, etc. aux niveaux primaire, collège, CAP, lycée. En prime, des jeux (quiz, complète les paroles...) avec points et classements. En savoir +

Etudiants en situation de handicap : suivre au mieux ses études


septembre 2022
Un webinaire du CIDJ à voir ici.

P-Tech


mars 2022
Cette initiative née en 2019 repose sur des partenariats public-privé pour encourager l’égalité des chances, en permettant aux jeunes de développer les compétences nécessaires aux métiers de demain, dans le secteur des nouvelles technologies ou dans d’autres domaines. Dans les lycées participants, le mentorat et d’autres activités en lien avec les professionnels débutent  en seconde, se poursuivent pour les élèves volontaires dans le cadre d’une classe P-Tech en première, et le cas échéant, jusqu’au BTS. Dans la région, le lycée Nelson Mandela à Audincourt vient d’intégrer le dispositif en partenariat avec Delfingen, Bourbon automotive plastics - Groupe PVL, Flex-N-Gate et le campus des métiers et des qualifications d’excellence microtechniques et systèmes intelligents. C’est la première fois que P-Tech est initié sur un parcours différent des métiers du numérique, à savoir ceux de la plasturgie.
Voir tout