décembre 2019

En passant par la prépa

Le 7 décembre, le lycée Pergaud, à Besançon, accueille un forum des écoles de commerce. Les débouchés sont nombreux, les candidats moins.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Au lycée Pergaud, à Besançon, les professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles s’interrogent : il y a des places, des débouchés mais un nombre de candidats peu élevé. « Ces dernières années, on n’a jamais fait le plein insiste Karine Adami, l’une des enseignantes. Depuis parcoursup, il y a un phénomène naturel de désaffection pour les prépas, mais cela n’explique pas tout. Peut-être que certains n’osent pas postuler en raison de leurs notes, mais on prend des élèves à 11 de moyenne.  Il n’y a pas besoin d’être un génie. »  Et comme il y a autant de places dans les écoles de commerce que d’étudiants en prépa, chacun trouve une orientation à la sortie.
Le lycée Pergaud compte 3 prépas : ECS pour les bacheliers S, ECT pour les STMG et ENS-Cachan pour les S et ES (1). « Cette année, en ECS et ECT, 81 % de nos étudiants ont intégré une école du top 15 ». Vic Jennan a même intégré l’une du top 7, EM-Lyon. « Quand j’ai été admis au lycée Louis Pergaud, je pensais que je ne pourrais pas atteindre mes objectifs en n’étant pas dans une « grosse « prépa.  Je réalise maintenant à quel point j’avais tort. Ma réussite au concours ne dépendait que de moi, de ma détermination et de mon sérieux. Je suis même convaincu que je n’aurais pas aussi bien réussi dans une prépa plus élitiste, avec une trop forte pression ».

"Rythme intense mais beau souvenir"

La réputation des prépas peut faire peur. « Il y a beaucoup de travail, il ne faut pas se mentir, mais rien d’insurmontable » assure Karine Adami. Les anciens élèves confirment. Mehmet Öncü, ne travaille pas encore mais cela ne saurait tarder puisqu’il a réussi à intégrer l’Essec. Pour lui, « le contenu des cours reste abordable mais la quantité rend primordial de les aborder avec méthodologie. Il s’agit là peut-être de la principale difficulté de la classe préparatoire : trouver un compromis entre la liberté de la vie étudiante et la rigueur demandée lors de ces deux années ».
Elodie Espanet, aujourd’hui auditrice senior chez Deloitte, qualifie la prépa de « beau souvenir » et « d’enrichissement » : « Un rythme assez intense mais où chaque jour était l’occasion de s’instruire de façon très diversifiée. J’en garde des méthodes de travail, de rigueur et surtout d’organisation que j’applique encore aujourd’hui. Et puis j’y ai rencontré certains de mes meilleurs amis. Dans la prépa de Pergaud, on ne se sentait pas en compétition, c’était plutôt comme une grande famille, nous étions tous solidaires ». Si tous deux n’occultent pas les sacrifices (lire les interviews complètes ici), Elodie ajoute que la prépa est un choix qui « n’engage pas tout de suite à la sortie du bac dans une voie et laisse le temps de se construire ».
Car un autre aspect peut venir expliquer le manque de candidats : la « concurrence » des prépas intégrées, par lesquelles on est déjà dans une école de commerce après le bac. « Il faut rappeler que les écoles de commerce coûtent cher et dans un cursus, les 2 années de CPGE sont gratuites, contrairement aux écoles de commerce postbac, payantes dès la première année » signale Karine Adami. Le coût moyen de 10 000 euros annuel donne à réfléchir - mais il faut savoir que l'on peut effectuer ses études par l'alternance, donc sans coût. Mais le terme école de commerce lui-même est-il suffisamment attractif ? « Il ne faut pas s’y restreindre. En réalité, il y a autant de débouchés que de secteurs de l’entreprise. La finance, le marketing mais aussi la logistique, la communication, l’audit, le contrôle de gestion ».
(1)
Respectivement CP économique et commerciale option scientifique ; technologique ; Ecole noramle supérieure.
Dans la région :
Prépas ECS : lycée Louis Pergaud à Besançon, lycée Carnot à Dijon, lycée Pontus de Tyard à Chalon-sur-Saone.
Prépas ECT : lycée Louis Pergaud, lycée Le Castel à Dijon.
Prépas ECE (option économique) : lycée Carnot à Dijon, lycée privé St-Bénigne à Dijon, lycée Courbet à Belfort, lycée militaire d'Autun.
Prépa ENS : lycée Pergaud, lycée Eiffel à Dijon (spécialité juridique).

En savoir plus
Forum des écoles de commerce, le 7 décembre de 8 h 30 à 12 h 30, lycée Pergaud, 91-93 bulevard Léon Blum, 25000 Besançon (03 81 54 77 77)

Lire aussi
Interviews d'Elodie Espanet et Mehmet Öncü, anciens élèves de la prépa au lycée Pergaud.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

#Reussitevirale


mars 2020
Avec #reussitevirale, Article1 et la Fage viennent en aide aux lycéens, puis aux étudiants, isolés pendant le confinement. L'idée : faire appel à des étudiants bénécoles pour les aider, en particulier dans la préparation du bac. 3000 d'entre eux se sont rapidement inscrits sur la plateforme reussitevirale.fr. A tel point que le dispositif est élargi à tous les professionnels se sentant prêts à aider les jeunes en coaching, en préparation d'examen ou de concours, en langues, en aide aux techniques de recherche d'emploi ou de stage. «Si les lycéen.ne.s issus de milieux populaires sont fortement concernés par le risque de décrochage, de nombreux étudiant.e.s sont aussi dans une situation de fragilité pendant cette période de confinement. Difficultés financières renforcées, isolement social pour ceux restés seuls dans leur logement étudiant, heures supplémentaires pour ceux travaillant dans les secteurs de l’alimentation par exemple… Le risque d’échec académique et professionnel se renforce encore plus. En tant que dispositif d’égalité des chances, nous donnons la préférence dans les mises en relations aux jeunes boursiers. Nous accordons également la priorité aux enfants des personnes qui travaillent en première ligne pour gérer la crise sanitaire et la continuité des services» explique Amélie Nicaise, coordinatrice du programme.

Handiciviq


mars 2020
Ce projet créé par l’UFCV en Occitanie vise à favoriser l’accès des jeunes en situation de handicap au service civique. Pour eux, l’accès est ouvert jusqu’à 30 ans, mais ils représentent seulement 1 % des engagements. En Bourgogne-Franche-Comté, l’UFCV relaie ce dispositif et propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.

Service civique


mars 2020
Le service civique est un engagement volontaire, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme (et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap). C’est un contrat de 6 à 12 mois, indemnisé de 577 € net par mois. Il peut être effectué dans des associations, des collectivités territoriales ou des établissements publics en France ou à l’étranger.

Apprentissage et rémunération


février 2020
La rémunération mensuelle d’un apprenti est fixée sur la base d’un temps plein d’environ 152 heures. Elle varie, en fonction de l’âge et du nombre d’année de formation, de 415 euros à 1200 euros. Les rémunérations des heures supplémentaires sont celles qui sont applicables au personnel de l’entreprise. L’apprenti a droit à la prise en charge de ses frais de transport entre son domicile et son travail. L’élève bénéficie en outre de deux avantages principaux :
- aucune cotisation salariale n’est retranchée de son salaire brut dans la limite de 79 % du Smic soit 1 217 euros.
- son salaire est exonéré de l’impôt sur le revenu dans la limite du montant annuel du Smic.

Entrée en apprentissage


février 2020
Pour pouvoir être accepté en CFA il faut que l’apprenti trouve un employeur, ensuite il pourra entrer en formation dans les trois mois qui précèdent ou qui suivent le début du contrat d’apprentissage. Si ce n’est pas le cas l’apprenti pourra quand même entrer en formation à tout moment de l'année, en fonction du calendrier d’action mis en place par le CFA. L’entrée peut se faire à partir de l’âge de 16 ans mais peut être abaissé à 15 si l’apprenti est né en décembre et qu’il a terminé son année de 3e. L’âge maximal est désormais de 30 ans, et même 31 pour éventuellement accéder à un diplôme supérieur. Autres exceptions : il n’y a pas de limite d’âge si l’apprenti est travailleur handicapé, ni si l’apprenti  envisage de créer ou de reprendre une entreprise.
Voir tout