mars 2022

Je suis artiste plasticienne

Formée à l’art de la marionnette, elle est passée au découpage puis à d’autres activités. Sous le pseudo Simone Découpe, cette Arboisienne développe un univers original.
Photo Yves Petit
Je suis artiste plasticienne

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’ai toujours aimé les arts plastiques et le théâtre alors je me suis orientée vers la marionnette, qui est un mélange des deux. J’ai suivi la formation de l’Institut international de Charleville-Mézières. C’était vraiment bien. Avec d’autres diplômés, on a créé le Collectif Projet D, en nous installant à Mesnay, près d’Arbois. A un moment, j’ai voulu découper seule mes créations graphiques pour des spectacles de théâtre d’ombre, décors ou silhouettes. Cela m’a vraiment plu alors je me suis orientée vers cet aspect spécifique. Cela fait 6 ans que je fais du découpage. Aujourd’hui, je ne joue plus même si je collabore encore à certains spectacles. Mais c’est le théâtre d’ombre qui m’a amenée à mon activité actuelle.

Métier
J’ai un atelier à la Cartonnerie de Mesnay. Je dessine puis je découpe mes dessins, à la main, pour garder les lignes. Je fais de la dentelle de papier. Ce sont surtout les animaux qui m’inspirent, ce qui fait un grand bestiaire ! Le découpage, c’est des pièces uniques, donc chères, alors à côté de ça, je fais aussi des sérigraphies, des fresques au pochoir. Je vends en ligne sur le site localhammer, mais je fais aussi beaucoup d’expositions. J’aime bien aller vers d’autres moyens d’expression comme la linogravure ou le film d’animation. Actuellement, je suis sur un projet de court métrage. En fait, je suis curieuse, j’ai toujours envie d’apprendre. Mais la plus grosse partie de mon travail consiste à intervenir en résidence auprès de publics comme les scolaires, les détenus ou dans les Ehpad. Pour l’instant, je suis très peu en Bourgogne-Franche-Comté et énormément dans les Hauts-de-France parce que j’avais des liens là-bas et qu’il y a beaucoup de résidences d’artistes. Mais je cherche à développer cette activité ici.

Avantages et inconvénients
Avoir mon activité, c’est ce que je cherchais. Cela me permet de développer mon univers, de faire passer ce que j’ai envie de faire passer, des messages, des émotions. J’aime pouvoir faire passer de l’imaginaire dans la vie quotidienne des gens, faire rêver. Je suis à la croisée du spectacle, de l’artistique, de l’artisanat, avec une pluridisciplinarité qui me plaît beaucoup. Pour moi, c’est un travail qui a du sens et qui crée des liens et un espace de liberté, notamment lors des résidences. En grandissant, on perd en imagination. Je trouve cela dommage. Il y a également un côté valorisant à faire faire des choses à des gens qui ne s’en croyaient pas capables et qui finalement en sont fiers. Mais à côté de ça, je suis artiste-auteure et il n’y a aucune sécurité de l’emploi. On est tout le temps confronté à des problèmes très terre à terre.

Qualités requises
Pour exercer cette activité, il faut vraiment le vouloir. Il faut y croire et ne pas avoir peur de bouger.
En savoir +
simonedecoupe.com

localhammer.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.
Voir tout