février 2020

Je suis assistante collection et production

A 22 ans, Mélinda Dubel travaille pour la société bisontine INTD qui développe la marque de prêt-à-porter masculin Hafnium depuis 2007. Elle se forme en alternance à l’Ista, à Mulhouse.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’ai toujours aimé la mode. Au collège, je voulais être styliste alors je suis allée en bac pro métiers de la mode et du vêtement au lycée Jacques Prévert, à Dole. J’ai fait 3 stages en entreprise, dans un atelier de retouche à Vesoul, avec le créateur Romuald Bertrand à Châtillon puis à la boutique de maroquinerie Jean Rousseau à Pelousey. J’ai poursuivi avec un BTS à Jules Haag, toujours en métiers de la mode et du vêtement. C’est là que j’ai rencontré Françoise Repiquet, fondatrice d’INTD qui m’a prise en stage pour la marque Hafnium. D’une expérience à l’autre, je me suis rendu compte que j’étais plus attirée par les aspects chef de projet, marketing de la mode. J’ai travaillé pendant 1 an et 4 mois à SIS à Valdahon pour pouvoir payer une formation à l’Ista à Mulhouse. C’est une business school spécialisée dans la mode et le textile. J’ai passé le concours d’entrée et aujourd’hui, je suis en 2e année de la formation manager de l’offre produit textile-mode-cuir. J’apprends le métier de chef de produits.

Formation
L’école dure 3 ans, un en initiale, deux en alternance. Actuellement, je suis 15 jours à l’Ista, 15 jours à l’INTD. Cette formation est uniquement à Mulhouse. On est une trentaine dans la promo, uniquement des filles, mais habituellement il y a 5 ou 6 garçons. L’alternance est adaptée pour cette profession : à l’école, on apprend les bases théoriques et dans l’entreprise, on voit du concret. Et comme chaque structure travaille d’une manière qui lui est propre, on apprend forcément des aspects différents de ceux vus à l’école. En première année, il y a également un projet international. Nous étions parties au Portugal pour aider une entreprise à améliorer ses prestations.

Métier
Actuellement, je suis assistante collection et production. Je suis en relation avec les sous-traitants pour vérifier que tout se passe bien. Comme on est une petite structure, on touche un peu à tout donc il m’arrive de participer à la fabrication de flyers ou à l’organisation de shootings photo. Mais l’essentiel est de faire en sorte que la collection se crée dans les meilleures conditions. Au cours de mes stages, j’ai pu voir tous les aspects notamment la création avec Romuald Bertrand. Tout ce domaine me plaît mais même si j’ai toujours aimé dessiner, je ne pensais pas forcément en faire mon métier. Chef de projet me convient mieux.

Qualités nécessaires
Dans ce que je fais, il y a beaucoup de relationnel. Il faut savoir communiquer, travailler avec les autres et notamment avec les autres marques en B to B. Il faut être bien organisé, savoir respecter les délais, gérer le stress. Personnellement, j’aime travailler avec la pression… Il faut également bien maîtriser l’anglais technique. J’ai eu un peu de mal avec ça au début, mais à force, on apprend. Il faut aussi être prêt à la diversité des tâches, mais ce n’est pas plus mal de pouvoir varier.
Parcours
Bac pro métiers de la mode et du vêtement, lycée Prévert (Dole)

BTS métiers de la mode et du vêtement, lycée Jules Haag (Besançon)

Ista business school textile mode cuir (Mulhouse)


Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Education nationale


avril 2020
Des questions concernant l'Education nationale en phase confinée ? L'académie de Besançon répond avec une plateforme téléphonique et deux numéros : les familles peuvent dappeler le 09 72 63 62 25 pour toutes leurs questions liées aux examens et concours, à l’orientation (affectations et Parcoursup), et à la continuité pédagogique. Les personnels de l'académie de Besançon peuvent composer le 09 72 63 62 26 pour toutes leurs questions d’ordre administratif, sanitaire, social, psychologique et leurs interrogations sur la continuité pédagogique.
La plateforme téléphonique répond aux questions du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Education nationale et covid19


avril 2020
Pendant le confinement, un certain nombre de dispositifs sont mis en place pour assurer la continuité pédagogique : opération Ma classe à la maison, dispositif « devoirs à la maison » pour les élèves ne disposant pas des outils numériques adéquats ou dont les situations de handicap ne permettent pas d’utiliser ces outils (partenariat entre le ministère et La Poste qui permet l’acheminement des devoirs par courrier postal), numéros de téléphone dédiés aux parents dans chaque académie, ressources pédagogiques pour les élèves à besoin éducatif particulier, Pour les élèves en situation de handicap, la plateforme numérique Cap école inclusive est entièrement en accès libre.  Avec « La Maison Lumni », France 4 diffuse du lundi au vendredi des cours pour les élèves du primaire au lycée. Tous les programmes diffusés à l’antenne sont disponibles en télétexte. L’ensemble de ces programmes sont répertoriés sur la page du programme Nation apprenante.

#Reussitevirale


mars 2020
Avec #reussitevirale, Article1 et la Fage viennent en aide aux lycéens, puis aux étudiants, isolés pendant le confinement. L'idée : faire appel à des étudiants bénécoles pour les aider, en particulier dans la préparation du bac. 3000 d'entre eux se sont rapidement inscrits sur la plateforme reussitevirale.fr. A tel point que le dispositif est élargi à tous les professionnels se sentant prêts à aider les jeunes en coaching, en préparation d'examen ou de concours, en langues, en aide aux techniques de recherche d'emploi ou de stage. «Si les lycéen.ne.s issus de milieux populaires sont fortement concernés par le risque de décrochage, de nombreux étudiant.e.s sont aussi dans une situation de fragilité pendant cette période de confinement. Difficultés financières renforcées, isolement social pour ceux restés seuls dans leur logement étudiant, heures supplémentaires pour ceux travaillant dans les secteurs de l’alimentation par exemple… Le risque d’échec académique et professionnel se renforce encore plus. En tant que dispositif d’égalité des chances, nous donnons la préférence dans les mises en relations aux jeunes boursiers. Nous accordons également la priorité aux enfants des personnes qui travaillent en première ligne pour gérer la crise sanitaire et la continuité des services» explique Amélie Nicaise, coordinatrice du programme.

Handiciviq


mars 2020
Ce projet créé par l’UFCV en Occitanie vise à favoriser l’accès des jeunes en situation de handicap au service civique. Pour eux, l’accès est ouvert jusqu’à 30 ans, mais ils représentent seulement 1 % des engagements. En Bourgogne-Franche-Comté, l’UFCV relaie ce dispositif et propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.

Service civique


mars 2020
Le service civique est un engagement volontaire, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme (et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap). C’est un contrat de 6 à 12 mois, indemnisé de 577 € net par mois. Il peut être effectué dans des associations, des collectivités territoriales ou des établissements publics en France ou à l’étranger.
Voir tout