août 2022

Je suis technicien et inspecteur de l’environnement

Sébastien Lamy, originaire de St-Amand-Montrond (Cher) travaille à l’Office français de la biodiversité. Ce « policier de l’environnement » est venu dans le Doubs pour la réputation de ses rivières. Sa mission : veiller au respect de la réglementation et lutter contre les atteintes aux milieux naturels.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
PARCOURS
Je me suis orienté par sensibilité environnementale et parce que j’ai toujours été pêcheur. Jeune, j’étais dans un club de pêche à la mouche dont le président travaillait au Conseil supérieur de la pêche. Avec lui, j’ai acquis une sensibilité à l’environnement et notamment aux milieux aquatiques. Après mon bac S, je ne me voyais pas partir pour de longues études alors j’ai opté pour un BTS en gestion et protection de la nature au lycée agricole Le Chesnoy près de Montargis. Après ma formation, j’ai raté le concours du conseil supérieur de la pêche et j’ai eu celui de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. A l’époque, il y avait 3 établissements qui travaillaient sur l’environnement, le 3e étant constitué des parcs nationaux. J’ai travaillé 13 ans dans l’Yonne où j’avais des missions de police de la chasse, de contrôle anti-braconnage, d’attention aux habitats et espèces. Ensuite, j’ai voulu venir dans le Doubs, pour la pêche à la mouche. Avec ses rivières karstiques, c’est un environnement que l’on trouve peu ailleurs en Europe. J’ai intégré la brigade mobile d’intervention en renfort de mission de police puis j’ai basculé au service départemental de l’ONCFS. En 2013, j’ai intégré l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques.

MISSIONS
J’ai une mission de police dans le cadre de l’application du code de l’environnement et du code de procédure pénale ayant trait à la protection des milieux aquatiques. Un milieu aquatique n’est pas forcément une rivière mais peut être une zone humide telle qu’une mare. Il faut savoir que depuis 50 ans, on a perdu 50 à 60 % des zones humides ! Nous avons en charge la surveillance de milieux et ressources en eau (pollution, prélèvements, atteintes), des espèces, de la chasse, le contrôle des autorisations en cas de travaux ainsi que de leur conformité. Depuis 1976, le code de l’environnement prévoit que tout doit être mis en œuvre pour réduire les impacts ou au moins les compenser. Mais réhabiliter est très complexe.  Quand on détruit dans la nature, c’est difficilement réversible et reconstruire coûte cher. Environ la moitié de mon emploi du temps est consacrée à l’application du code de l’environnement, à partir soit de signalements, soit de constats lorsque je suis sur le terrain. Nous avons également une mission de connaissance et d’expertise des milieux aquatiques et des espèces, une mission d’appui et de conseil aux politiques de l’eau. J’interviens dans une zone comprenant le bassin versant de l’Ognon côté Doubs, le bassin versant du Cusancin et une partie du Doubs médian. Selon nos missions, on peut aussi développer des spécialisations par exemple sur les libellules, les coléoptères, l’ornithologie, la botanique. Pour ma part, c’est plutôt les amphibiens et les reptiles. Je fais aussi de la photographie pour l’OFB.

AVANTAGES ET INCONVENIENTS
J’aime la diversité des missions, avec une partie police mais aussi une partie sensibilisation qui demande des connaissances. On touche à beaucoup de choses, on rencontre des publics divers, des élus, des scientifiques, des promeneurs. Comme on est fonctionnaire de catégorie B, on a des passerelles vers d’autres secteurs de la fonction publique. Du point de vue des inconvénients, l’administratif a pris une place importante. Les procédures prennent du temps. Les horaires ne sont pas toujours évidents : on peut travailler le soir, la nuit, les week-ends, les jours fériés. Et puis la fonction de police implique un métier à risques. Il ne m’est jamais arrivé d’être en situation de légitime défense, mais c’était parfois borderline.

QUALITES NECESSAIRES
Il faut des connaissances en environnement, en biologie et également en français car on rédige des avis techniques. On est en contact avec le public donc il faut savoir parler, communiquer, être à la fois conciliant et ferme. Notre mission de police exige de savoir garder son sang-froid. Au concours, il y a un test de personnalité car on est amené à porter des armes. Il faut être sportif. On marche beaucoup avec parfois des missions éprouvantes physiquement. Et puis, malgré la sensibilité environnementale, il faut d’une part avoir conscience que nos convictions ne sont pas forcément celles de l’Etat et que d’autre part on ne va pas tout régler. Il est parfois difficile de constater que la tâche est gigantesque, que la chute de la biodiversité prend des proportions incroyables et s’accélère. Face à ça, on peut avoir un sentiment d’impuissance.

Recueilli par S.P.
L’Office français de la biodiversité
L’OFB est un établissement public créé en 2020, engagé dans les territoires pour protéger et reconquérir la biodiversité. Sous tutelle des ministères de la Transition écologique et de celui de l’Agriculture, il porte les politiques de l’eau et de la biodiversité et gère 9 parcs naturels marins, 1 sanctuaire de mammifères marins et 26 réserves naturelles.
Il compte 2800 agents dont 1000 inspecteurs. Un tiers des effectifs est constitué de femmes en 2021. Elles étaient un quart en 2020. La féminisation est un des objectifs de l’OFB.
Dans la région, l’OFB compte 130 agents.
L’entrée se fait sur concours ; il est suivi d’une année de formation sur la réglementation, la connaissance du milieu, les techniques d’intervention.
ofb.gouv.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Greffier


décembre 2022
Le ministère de la Justice poursuit ses efforts de recrutement et renforce notamment le corps des greffiers des services judiciaires en proposant près de 650 postes par le biais du concours national. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 9 janvier 2023. Un métier qui conjugue connaissances juridiques, maîtrise des procédures et dimension humaine et constitue un maillon essentiel du fonctionnement de la justice  : le greffier enregistre les affaires, prévient les parties des dates d’audience et de clôture, prépare les dossiers pour les magistrats, prend note du déroulement des débats, rédige les procès-verbaux et met en forme les décisions. Il est garant de l’authenticité des actes juridictionnels, et tout acte accompli en son absence peut être frappé de nullité. Le greffier est aussi chargé de renseigner, d’orienter et d’accompagner les usagers dans l’accomplissement des formalités ou procédures judiciaires.  Les lauréats des concours externe et interne suivront une formation rémunérée de 18 mois  La rémunération des greffiers s'échelonne de 1770 à 2762 euros net, celle des directeurs de services de greffe de 1956 à 4500 euros net. En savoir +

Ambulancier


décembre 2022
Pour rendre le métier attractif et pallier le manque de professionnels, la nouvelle formation d’ambulancier est entrée en vigueur en septembre, marquant une volonté de reconnaître l’importance du rôle tenu par l’ambulancier en tant que professionnel de santé et du transport sanitaire. Le cursus dure un peu moins de 6 mois et comprend 3 stages. De nouveaux référentiels d’activités, de compétences et de formation ont été établis autour de 7 domaines d’activités : prise en soin d’un patient, réalisation d’un recueil de données cliniques du patient, contrôle et entretien du véhicule, contrôle et entretien des matériels, équipements et installations du véhicule, traçabilité des informations liées au patient, travail en équipe, traçabilité et transmission de savoir-faire issus de la pratique professionnelle. Concrètement, l’ambulancier aura de nouvelles compétences et pourra notamment réaliser certains soins d’urgence. Pour la formation, certains candidats peuvent bénéficier d’une équivalence ou d’un allègement selon leurs diplômes ou certificats. En savoir +

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.
Voir tout