novembre 2021

La Justice recrute

Plus de 600 postes de greffiers et 330 postes de conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP) sont ouverts pour 2022.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Avec un budget en hausse, le ministère de la Justice annonce vouloir améliorer le quotidien des justiciables et de ceux qui rendent la Justice. Les greffiers sont au cœur du système. Le rôle de ces « techniciens de la procédure » ? Accompagner au quotidien les magistrats dans les actes de leur juridiction et authentifier les actes juridictionnels : enregistrement des affaires, information des différentes parties à un procès du calendrier de celui-ci, préparation des dossiers, prise de notes du déroulement des débats, rédaction des procès-verbaux, mise en forme des décisions. « Dans le cadre d’un service d’accueil et d’informations générales du public, le greffier est chargé de renseigner, d’orienter et d’accompagner les usagers dans l’accomplissement des formalités ou procédures judiciaires, précise le ministère dans sa campagne de recrutement. Maillon essentiel du fonctionnement de la Justice, tout acte accompli en son absence peut être frappé de nullité ». Ce métier offre également des perspectives d’évolution (chef de service, greffier principal, directeur des services de greffe, magistrat).
En 2022, 389 postes sont à pourvoir par le biais d’un concours national en externe et 286 par le biais du concours interne. Les inscriptions aux concours externe et interne sont ouvertes du 12 novembre 2021 au 10 janvier 2022. Les épreuves écrites d’admissibilité se dérouleront les 15 et 16 mars 2022 et seront suivies, pour les candidats déclarés admissibles, d’une épreuve orale d’admission à partir du 30 mai 2022. Le concours externe s’adresse aux titulaires d’un titre ou diplôme classé au moins au niveau III (bac +2 minimum) ou d’une qualification reconnue équivalente à l’un de ces titres ou diplômes. Les agents déjà en poste dans une administration et justifiant de 4 années au moins de services publics pourront quant à eux concourir en interne.
Les lauréats intégreront ensuite l’Ecole nationale des greffes de Dijon, laquelle dispense une formation de 18 mois, rémunérée. A l’issue de la formation et selon le rang de classement, les greffiers stagiaires sont appelés à choisir leur poste, à partir d’une liste nationale établie par l’administration.

Les CPIP, contre la récidive et pour la réinsertion 

Par ailleurs, le ministère ouvre 330 postes de conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP), par le biais de concours ouverts jusqu’au 10 décembre 2021. La mission des CPIP est double. Il s’agit d’abord d’accompagner les personnes placées sous main de justice dans le cadre d’un parcours d’exécution des peines : l’objectif est d’assurer le respect des obligations imposées aux personnes condamnées à des peines d’incarcération ou des peines alternatives à l’incarcération, afin de lutter contre la récidive et de préparer leur réinsertion. Les CPIP accompagnent les personnes suivies afin de lutter contre la désocialisation des détenus et de faciliter l’accès aux dispositifs d’insertion et de droit commun. Parallèlement, ils ont un rôle d’aide à la décision judiciaire : les CPIP accompagnent l’autorité judiciaire dans la prise de décision en apportant les éléments d’évaluation permettant de préparer et de mettre en œuvre les condamnations ou en proposant des mesures d’aménagement de peine, en lien avec les magistrats et les partenaires qui accompagnent les missions de réinsertion (pôle emploi, mission locale, structures d’hébergement, organismes de formation, etc.).
Quatre concours auront lieu simultanément en fonction du profil des candidats. Les épreuves d’admissibilité se dérouleront les 10 et 11 février 2022 et seront suivies, pour les candidats admissibles, d’épreuves d’admission du 2 au 20 mai. Les lauréats intègreront l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) pour y suivre une formation rémunérée de deux ans avant d’être titularisés fonctionnaires de catégorie A. Le concours interne est ouvert aux fonctionnaires ou agents publics justifiant de quatre années d’exercice, le concours externe est accessible à bac+3 ou titre équivalent, le concours externe sur titre est accessible à bac+3 ou équivalent dans le domaine social ou éducatif et le troisième concours est destiné aux candidats justifiant de l’exercice, pendant au moins cinq ans au cours des dix années précédant l’ouverture du concours, de certaines activités professionnelles, d’un mandat de membre d’une assemblée élue d’une collectivité territoriale ou d’une activité en qualité de responsable, y compris bénévole, d’une association.
Par la suite, les CPIP peuvent notamment évoluer vers le corps des directeurs pénitentiaires d’insertion et de probation.
Conditions, informations, recrutement
- Greffiers

- CPIP


Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

Educateur de la PJJ


mars 2021
Le ministère de la justice recrute par concours des éducateurs pour sa direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). La mission d'un éducateur : aider les jeunes en difficulté et en conflit avec la justice à trouver leur place dans la société. Sur le terrain, il met en œuvre et accompagne les mesures et sanctions éducatives ou les peines, soit dans le milieu de vie habituel des jeunes, soit dans les lieux de placement de la PJJ (foyer, centre éducatif renforcé, centre éducatif fermé, famille d’accueil…), soit en détention. L’éducateur intervient également au civil dans le cadre d’enquêtes socio-éducatives sur la situation du jeune et son cadre familial, afin d’apporter un éclairage au juge des enfants avant sa prise de décision. La principale voie d'accès au métier est un concours de la fonction publique accessible à bac+3. Prochaines inscriptions du 1er mars au 1er avril. Toutes les infos sur lajusticerecrute.fr

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).
Voir tout