avril 2021

La maroquinerie en mode licence pro

L’industrie du cuir et de la mode se développe mais manque de cadres susceptibles de manager une équipe et gérer un processus industriel. Une formation spécifique est créée à Montbéliard. Ouverture à la rentrée 2021.
Photo Laurent Cheviet
La maroquinerie en mode licence pro La maroquinerie en mode licence pro La maroquinerie en mode licence pro

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Du besoin naît la formation. Le campus des métiers et des qualifications maroquinerie et métiers d’art ouvre à la prochaine rentrée une licence pro industrie du cuir et de la mode. En réponse à une demande des professionnels. « Dans ce domaine, les entreprises manquent de cadres intermédiaires précise Abdel Essahlaoui, directeur opérationnel de ce campus. Il y a un besoin concret et tangible ». L’industrie du cuir et de la mode se développe. La taille des structures de production augmente. Pour accompagner cette évolution, il faut du personnel de management, « rompu aux savoir-faire spécifiques et à la production de type industriel ». Les responsables de la nouvelle licence pro entendent les former.
« C’est une formation qui me semble pertinente confirme Samy Azzouz, lui-même cadre à la manufacture Jean Rousseau à Pelousey (Doubs). Une entreprise, ce n’est pas qu’un métier. Autour, il y a la compta, la logistique, la gestion et il faut des gens qui connaissent les compétences des autres ». Même avis du côté d’Ange Alez Martin, président de Créations Perrin à Orchamps-Vennes : « On fabrique de manière traditionnelle et artisanale mais on doit intégrer les nouvelles technologies, on commence à parler de cobotisation qui associe travail manuel et robot collaboratif. Avoir des gens formés permet de mieux intégrer cet aspect. Dans notre région, nous avons la chance d’avoir une filière de formation dans la maroquinerie. La licence pro est une suite logique et une opportunité pour les élèves ».

Tissu économique propice

Entre les lieux de formation tels que l’école Boudard ou le lycée professionnel Les Huisselets et les nombreuses entreprises présentes dans la région représentant environ 3000 emplois, l’environnement paraît propice au lancement de cette formation unique en France. La filière, allant jusque-là, du CAP au BTS, acquière un niveau supplémentaire. Cette licence pro sera accueillie au lycée Les Huisselets avec 12 à 15 places pour la première session. La formation en alternance s’adresse aux bac+2 spécialisés dans les métiers de la mode ou la maroquinerie / chaussure ou aux personnes ayant validé les acquis nécessaires. « Même dans le milieu du luxe, on est dans l’organisation et le process industriel, avec un besoin de compétences liées à ces aspects » indique Pierre Filet, le proviseur du LP. Le contenu inclut une dose de matières scientifiques pouvant éventuellement permettre de s’orienter vers un parcours d’ingénieur. Mais la finalité est d’abord professionnelle.
Née des efforts conjoints de la région académique Bourgogne Franche-Comté, du lycée Les Huisselets, du Conservatoire national des arts et métiers et du Greta Haute-Saône et Nord Franche-Comté, elle s’appuie sur le modèle de la licence pro conception et amélioration des processus et procédés industriels, bénéficiant d’acquis déjà développés par le Cnam.

S.P.


En savoir +
Campus des métiers et des qualifications maroquinerie et métiers d'art

Lycée professionnel Les Huisselets
8 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny
25200 Montbéliard
0381993100

Candidatures :
cnam-bourgognefranchecomte.fr ; licence.cuir-mode@leshuisselets.com

En photo
Au LP Les Huisselets. Dans cette filière, le lycée montbéliardais propose déjà un CAP métier de la mode et vêtement flou, un CAP maroquinerie, un bac pro cuir et maroquinerie, un BTS mériers de la mode et du vêtement et un BTS chaussure et maroquinerie.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Concours vidéo pour apprentis


mai 2021
Filme ton job est un concours national avec 3 déclinaisons régionales dont une en Bourgogne-Franche-Comté. Il est organisé par l’association nationale des apprentis de France, dont c’est l’un des multiples moyens de promouvoir ce mode de formation. Principe : les apprentis ou les alternants se filment eux-mêmes en entreprise et postent leur vidéo d’une durée maximale de 3 mn sur la plateforme Filme Ton Job avant le 31 juillet. Des remises de prix auront lieu sur les plans régionaux et national avec de nombreux lots à gagner (Macbooks pros, iPhone 11, airpods, cartes cadeaux…).

Eniliens


mars 2021
Dans le cadre du concours #jefilmemaformation, édition 2021, les élèves de seconde pro ABI (alimentation bioindustrie) de l’Enilbio de Poligny ont réalisé avec leurs enseignants la vidéo Rejoins les ENILIENS. Cette dernière est sélectionnée pour la finale du concours, le 1er juin à Paris. On peut la visionner ici.

Devenir professeur des écoles


février 2021
Nouvelle proposition de Parcoursup, le parcours préparatoire au professorat des écoles. Le PPPE s’adresse aux lycéens souhaitant devenir professeur des écoles. Il est adossé à un parcours de licence (lettres, maths, SVT, arts plastiques…) avec une spécialisation progressive dès la L1. Pour devenir professeur des écoles, il faut réussir le CRPE (concours de recrutement de professeurs des écoles). Ce concours est ouvert aux étudiants inscrits en M1, en M2 ou aux titulaires d’un master 2 (bac + 5). Une réforme prévoit le déplacement des concours de l'enseignement en master 2 à partir du printemps 2022. Cette réforme concerne les étudiants entrés en master à la rentrée 2020.

Crous : restauration et Covid


novembre 2020
Pendant le confinement, le Crous de Bourgogne-Franche-Comté propose un service de restauration en vente à emporter sur les campus de Dijon, du Creusot (le midi), de Besançon, de Belfort (midi) et de Montbéliard (midi).

Colloque Isite-BFC


novembre 2020
Isite (Initiatives science innovation territoire économie en Bourgogne-Franche-Comté) est un programme de l'Université BFC visant à valoriser les projets scientifiques et à créer un environnement susceptible d'attirer étudiants et chercheurs. Parmi ses actions, il vient d'organiser un colloque autour de 3 enjeux sociétaux qui représentent les 3/4 des thèses de doctorat financées par l'industrie dans la région ainsi que des projets développés par l'incubateur académique Deca-BFC. Les 3 thèmes proposés, à savoir, "matériaux avancés, ondes et systèmes intelligents", "territoires, environnement, alimentation", "santé et soins individualisés intégrés" ont fait l'objet d'interventions les 12 et 13 octobre à Besançon et Dijon. On peut les retrouver en ligne ici et .
Voir tout