avril 2022

Le sens de l’animation

Les employeurs de ce secteur en tension reconnaissent une difficulté à attirer mais mettent en avant des métiers auxquels sont associées les notions de relationnel, d’éducation, de socialisation. Exemple avec Familles rurales, l’un des organismes spécialisés.
Photo Yves Petit
Le sens de l’animation Le sens de l’animation Le sens de l’animation

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
On manque d’animateurs. Ce constat a conduit la direction régionale académique à la Jeunesse, à l’Engagement et au Sport à proposer l’an dernier de nouvelles aides financières aux jeunes qui souhaitent passer le Bafa. Dans la région, ils sont de moins en moins nombreux à s’engager dans cette formation non professionnelle qui est d’abord un moyen de trouver un job saisonnier, mais qui est aussi la porte d’entrée possible sur une carrière. « Depuis quelques années, on connaît des difficultés grandissantes, qui se sont accentuées avec la crise sanitaire » confirme Stéphanie Courtebras directrice de la fédération régionale de Familles rurales. L’un des principaux mouvements d’éducation populaire présent dans la région compte environ 800 salariés. Bien placée pour observer l’animation, « un secteur qui a peu évolué depuis plusieurs décennies », l’association ne limite pas le défaut d’attractivité au seul frein financier. « En ce qui concerne la formation Bafa, avec les aides diverses, on arrive à des coûts faibles, voire à zéro reste à charge. Le cursus en 3 étapes est aussi un frein pour beaucoup de jeunes qui ne se projettent pas sur un parcours aussi long » indique Stéphanie Courtebras.
Et si certains aspects passent pour un job saisonnier, il n’en va pas de même lorsqu’il s’agit d’un métier. « Il y a déjà des horaires atypiques qui ne sont pas pratiques signale Gil Grosperrin, directeur de la fédération du Doubs. Il y a également une difficulté à pouvoir offrir des emplois à temps plein, même si cela fait partie de nos priorités, quitte à trouver des missions parallèles. Ces aspects sont compliqués par l’aspect mobilité lorsqu’on agit, comme nous, dans le milieu rural et très rural ». Ajoutez des salaires pas mirobolants et le tableau peut paraître sombre. « Il y a un besoin de reconnaissance qui passe par une revalorisation des salaires, mais les assises nationales de l’éducation populaire n’ont pas répondu à nos attentes sur ce plan ».

Carrières possibles

Dans cette perspective, pourquoi s’y orienter ? « C’est un domaine avec de nombreuses possibilités ; l’animation est multiple » souligne Gil Grosperrin. Avec les spécialisations, elle peut être sportive, socioculturelle, artistique, scientifique… « On peut y entrer facilement, avec un Bafa, puis évoluer jusqu’à devenir directeur de structure. La compétence et l’expérience sont aussi importantes que la qualification ».
Beaucoup de salariés progressent avec la formation continue parallèlement à l’expérience acquise, passant au fil de leur carrière des BP Jeps ou des Dejeps. Ayant lui-même suivi ce parcours, Gil Grosperrin insiste sur un métier relationnel, « qui a du sens ».
« On est en relation avec des enfants, des familles, des bénévoles avec des retours gratifiants même s’il s’agit de sourires ou de dessins ! Il y a un bonheur de transmettre. Et l’apprentissage est réciproque. Un jeune qui débute avec le Bafa apprend à devenir adulte en gérant des enfants, des problématiques, en mettant en place des activités, en organisant des séjours où il peut être amené à faire à manger. Avoir le Bafa, c’est être acteur de la société et de l’éducation, mais c’est aussi une émancipation ».
Cet enrichissement n’a de sens qu’avec de l’envie. « Il y a des aspects techniques pour exercer ce métier, mais il faut surtout de la motivation et une capacité à être avec les autres. Pour celui qui veut, il y a vraiment possibilité de faire carrière. Mais il faut se donner les moyens de progresser et avoir un peu de patience. Quand on est dans cette dynamique, ça marche ».

S.P.
En photo
Ateliers du mercredi après-midi à l'accueil de loisirs de Valdahon.

En savoir +
sports.gouv.fr/emplois-metiers

bourgogne-franche-comte.famillesrurales.org

Lire aussi
Je suis coordinatrice enfance jeunesse

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Finales nationales 2022


février 2022
Les finales nationales se sont déroulées dans 64 métiers différents de 7 pôles (alimentation, automobile et engins, communication, végétal, BTP, industrie, service) et ont rassemblé près de 600 compétiteurs à Eurexpo Lyon. Cette ville devrait recevoir la compétition mondiale 2024.

46es wordskills


février 2022
La phase de compétition worldskills en cours est la 46e. Anciennement Olympiades des métiers, devenus compétition des métiers, les worldskills se déclinent en épreuves régionales, nationales, européennes et internationales. Les meilleurs de chaque phase sont sélectionnés pour l’échelon suivante (au niveau national, le 1er part aux épreuves internationales, le second aux européennes). Chaque phase met aux prise des jeunes dans de nombreuses spécialités professionnelles. Cette compétition est ouverte à tous les jeunes de moins de 23 ans, quels que soient leur statut (apprenti, lycéen, étudiant, salarié, demandeur d’emploi).

Métiers de demain


février 2022
La chaîne parcoursmetiers.tv lance une série sur "les métiers de demain". Un chiffre : pour 85 % des élèves actuellement scolarisés, le métier qu'ils exerceront en 2030 n'existerait pas encore. Dans le premier épisode, le métier de thérapeute en désintoxication digitale est à l'honneur. Ce métier d'avenir se développe pour lutter contre les nouvelles addictions à Internet.

#Rejoinsleservicepublic


mai 2021
L'Etat lance une campagne pour recruter des jeunes. Destinée à mieux faire connaître et valoriser la diversité de la fonction publique, tant en termes de secteurs, que de carrières, cette initiative titrée « travailler pour l’Etat ce n’est pas ce que tu crois » est née d'un constat paradoxal : « La fonction publique souffre d’un déficit de visibilité et d’attractivité auprès des jeunes, le nombre de candidatures aux concours ayant été divisé par deux entre 1995 et aujourd’hui. Le désir d’engagement des jeunes au service de tous, en particulier dans le milieu associatif, atteint pourtant des records. » Cette année, la fonction publique propose par exemple 100 000 postes aux jeunes. Pour les connaître : #Rejoins le service public sur les réseaux sociaux et fonction-publique.gouv.fr.

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.
Voir tout