février 2021

Pour l’égalité d’accès aux grandes écoles

Créé en 2019, l'association « De la Nièvre aux Grandes Ecoles » accompagne et informe les lycéens sur les études supérieures. Son rôle : lutter pour l’égalité des chances par des interventions, des témoignages ou du tutorat.
Photo Aït Belkacem

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Non, venir de la Nièvre n’est pas un handicap. Un message porté haut et fort par l’association « De la Nièvre aux grandes écoles ». Créée en 2019, elle sensibilise et informe les lycéens nivernais sur les différents parcours menant aux grandes écoles à travers des témoignages et interventions auprès des lycées. Une initiative partie d’un constat simple : celui d’un manque d’informations données aux futurs étudiants et d’une autocensure certaine.
« À cause d’une barrière financière et géographique, certains lycéens nivernais se restreignent et n’osent pas penser à des filières donnant accès aux grandes écoles. Ils n’ont pas moins de chances qu’à Paris, nous voulons le leur prouver à travers nos actions » explique Maxime Thuriot, président de l’association et ancien étudiant à Sciences Po Paris.
Trois ans après sa création, l’association compte désormais 59 membres actifs. Tous viennent sans exception de la Nièvre ou y ont étudié. Sciences Po, école de vétérinaires, de commerce, de journalisme ou encore d’ingénieurs…nombreux sont les cursus sélectifs représentés. Un large panel de formations dont est fier le président de l’association. Très actifs sur les réseaux sociaux, ils témoignent de leur parcours sur Instagram, écrivent des articles sur les études supérieures et la vie d’étudiant. L’objectif est simple : toucher le plus de nivernais possible.
Hermine Jousseaume, étudiante en école de commerce et responsable du pôle communication détaille : « L’association est présente sur de nombreux réseaux sociaux. Nous publions plusieurs fois par semaine, nous partageons des portraits des membres, des fiches conseils (orientation, organisation etc.), des articles de presse et des photos de nos interventions. Notre objectif est de nous rendre accessible aux yeux des lycéens et d’apparaitre comme une référence de l’orientation auprès des acteurs publics et de la presse ».

Un système de tutorat

Cette année, plus que jamais, nombre de lycéens se sentent seuls et sans perspective d’orientation. Pour lutter contre ce phénomène, l’association a mis en place un système de tutorat. Un dispositif qui vise à accompagner les lycéens, qui se veut « rassurant » selon Maxime Thuriot : « Nous avons constitué des binômes de tuteurs qui sont là pour aiguiller les lycéens, leur donner des conseils sur l’organisation, le travail, donner les clés pour atteindre leurs objectifs. Ils vont les aider à trouver leur voie, répondre à leurs questions sur les débouchés, le coût de la vie et ils seront un soutien psychologique. »
Pour le moment, une vingtaine de candidatures ont été réceptionnées pour l’année en cours. D’autres projets restent à venir pour l’association. Parmi eux, la création d’un dispositif de bourse accessible pour les étudiants nivernais en situation de précarité.

Cyrielle Le Houëzec
En photo
Intervention au lycée Romain Rolland, Clamecy, le 26 janvier.

Lire aussi
« Les lycéens nivernais ont autant d’atouts que ceux de la capitale »

En savoir +
delanievreauxgrandesecoles.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Après la 3e


avril 2021
Que faire après la 3e ? Pour aider les collégiens à s'orienter, la Région Bourgogne-Franche-Comté publie le guide Après la 3e j'ai le choix ! accessible gratuitement en ligne ici.

Guide postbac


avril 2021
Pour aider les jeunes à mieux s'orienter, la Région Bourgogne-Franche-Comté vient de pubier le guide Après le bac, j'ai le choix !, disponible en ligne ici.

Système apprentissage


mars 2021
L’apprentissage est un mode de formation en alternance, avec des périodes en centre de formation et d’autres en entreprise. L’apprenti est un salarié de l’entreprise, avec laquelle il signe un contrat de travail (CDD mais aussi CDI). Selon son âge, son niveau, sa filière, il est rémunéré entre 419,74 euros mensuels et le smic (1554,58 euros) ou le salaire minimum conventionnel de sa filière. Il bénéficie de 5 semaines de congés payés annuelles. Un contrat d’apprentissage peut être signé entre 15 et 30 ans (35 dans certains cas), mais sans limite d’âge pour les personnes handicapées, les sportifs de haut niveau et les personnes créant ou reprenant une entreprise supposant l’obtention d’un diplôme.

Bac et pratiques sportives


décembre 2020
A la rentrée scolaire 2021, un nouvel enseignement de spécialité en « éducation physique, pratiques et culture sportives » sera proposé aux lycéens de la voie générale dès la classe de première. Les élèves de seconde intéressés pourront choisir cette nouvelle spécialité dans les vœux qu’ils formuleront au deuxième trimestre de l’année scolaire 2020-2021. Ce nouvel enseignement dépassera le champ strict de la pratique sportive. En plus des enseignements en éducation physique et sportive, il intégrera d’autres champs disciplinaires (sciences, humanités…) en associant des apports pratiques et des contenus théoriques. Selon le ministère, cette orientation offre des perspectives de parcours d’études et d’insertion professionnelle dans de nombreux secteurs tels que les métiers de la santé et du bien-être, l’enseignement, l’entraînement, la gestion, la communication, le secteur événementiel, la recherche et la sécurité.

Postbac


novembre 2019
L'Onisep vient de faire paraître les guides Entrer dans le sup, après le bac rentrée 2020 et Après le bac professionnel, choisir son orientation. Ces guides régionaux donnent une information complète sur toutes les formations postbac assurées en "Franche-Comté". Ils sont actuellement diffusés aux élèves de terminale de l’académie de Besançon et téléchargeables sur onisep.fr/besancon
Voir tout