décembre 2021

Prod’Ij dynamise l’offre culturelle à Lons

Cette association est chargée de la programmation du Bœuf sur le toit et du Darius club, entre autres. Elle favorise la pluralité d’expressions et les projets collaboratifs avec les acteurs culturels locaux.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
C’était le 4 novembre dernier, au moment du lancement du festival de création artistique Viens voir. Un nouvel événement à Lons, coorganisé par les associations Ô des Mots et Prod’Ij (pour Prod in Jura). Une satisfaction pour Vincent Landard, le directeur de cette dernière, qui s’est tout de suite montré enthousiaste à cette idée d’un festival certes pointu mais original et se voulant ouvert au grand public. « On a dit Ok à cette proposition du Ö des Mots car on voyait tout de suite où Isabelle et Chloé, les instigatrices du projet, voulaient aller. Même s’il s’agissait de mettre en avant des pratiques confidentielles, il faut être audacieux. Avec le festival Couleurs jazz en juin, cela nous donne deux événements marquants »
Née en 2015 avec le but de promouvoir la création artistique à Lons, Prod'Ij a été rapidement reconnue par la Ville qui lui a confié en 2018 la gestion et l’animation du Bœuf sur le toit et du Darius club, de la Maison des artistes pour les résidences, de 5 studios de répétition et une salle polyvalente. Le projet est résumé en quelques mots : accueillir, produire, coréaliser, accompagner, travailler avec les acteurs culturels locaux. C’est ainsi que Prod’Ij mène des actions avec l’Amuserie et le Théâtre Group, l’Atelier de l’exil, l’école de musique Emma ou les foyers ruraux.
Les deux festivals montrent que Prod’Ij ne se limite pas en termes de disciplines et de pratiques culturelles. « En année normale, entre la grande salle de 900 places et le Darius club (jauge de 200), on est à 80 dates. » Il est certain que la période n’est pas propice mais l’association veut maintenir le cap et Vincent Landard veut rester optimiste, même si, comme beaucoup, il constate qu’environ « 30 % du public ne revient pas. Les gens ont pris l’habitude de rester chez eux ».
En ce mois de décembre, l’association a repris un rythme régulier avec un spectacle d’humour, un concert de chorales, une résidence d’artiste, du théâtre d’impro et la venue attendue de l’audacieuse compagnie de cirque Back Pocket. Mais les musiques actuelles demeurent au cœur du projet avec Ultra Light Blazer, Bigger, Grand Singe avant les Infidèles en janvier. Vincent Landard insiste sur le Darius club et sa scène plutôt dédiée aux artistes émergents. « Le nom vient de Darius Milhaud, dont l’oeuvre se caractérise par la pluralité d’expressions et d’influences. On est ouvert à toutes esthétiques musicales avec une triple programmation qu’on a appelée mercredis gratuits, dimanches jazz, vendredis paroles ». Des tarifs modiques, la chance donnée à des artistes nouveaux, une programmation qui invite à la curiosité à l’image des vendredis paroles qui peuvent inclure du hip-hop, du slam mais aussi des lectures poétiques mises en musique : la petite salle du Darius symbolise le projet dynamique insufflé par Prod’Ij.
Le soutien des différentes collectivités à ce projet est une belle marque de confiance, mais c’est surtout son expression qui motive la gouvernance et les 5 permanents de l’association. « On vit une période difficile et il n’y a rien de tel que de pouvoir retrouver le public. C’est ce qui nous donne envie de faire une super saison, si les conditions sanitaires le permettent. Pour ma part, ce métier est le mien depuis 2008 et proposer des spectacles au public me plaît toujours autant. Je suis Picard, j’ai vécu à Paris, je suis venu ici il y a 4 ans et c’est aussi bien. Même dans les petites villes, il y a un public pour le jazz ».

S.P.
En photo
Chloë, chargée de communication et Vincent, directeur, deux des permanents de Prod'Ij.

En savoir +
leboeufsurletoit.fr

Lire aussi
Viens voir, festival pop et malicieux

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Ecole de théâtre


septembre 2017
A Ornans, Quingey et Besançon, la compagnies les Menteurs d'Arlequin propose depuis 6 ans des ateliers pour découvrir la pratique du théâtre avec création de spectacles. Avec 4 niveaux en fonction de l'âge (de 4 ans à adulte). Infos, 0688873345.

L'Etrange théâtre


juillet 2014
La Compagnie L’Étrange Théâtre, association étudiante bisontine de spectacle vivant autour de récits fantastiques, est à la recherche d'adhérents bénévoles comtois intéressés pour travailler sur la création de costumes de l'un de ses spectacles, adaptation d'un célèbre conte de fées. Contact par mail à letrange.theatre@laposte.net

Danse contemporaine


septembre 2013
Chaque mardi soir, le centre chorégraphique national de Franche-Comté Belfort organise des ateliers découvertes de la danse contemporaine, en lien avec les projets de Joanne Leighton. Infos, 03 84 58 44 88, www.ccnfc-belfort.org

Spectacle vivant amateur


octobre 1997
Le Centre national du théâtre possède un département documentation qui renseigne sur les activités artistiques des théâtres, compagnies, festivals et sur le théâtre amateur avec notamment une liste d'adresses où les amateurs des arts du spectacle peuvent s'initier ou se perfectionner. Centre national du théâtre, 6 rue Braque, 75003 Paris (01.44.61.84.85).
La Fédération nationale des compagnies de théâtre et d'animation regroupe les amateurs d'art lyrique, d'art dramatique, d'animation musicale et folklorique : 3000 associations et environ 35000 ama-teurs. Elle donne des infos sur les compagnies, les formalités à accomplir, donne des conseils, offre des réductions sur les droits d'auteur. Adresse : 12 rue de la Chaussée d'Antin, 75441 Paris cedex 09 (01.45.23.36.46).
Voir tout