avril 2020

Réviser serein

Préparer un concours ou un examen, c’est acquérir des connaissances. C’est aussi se mettre en bonne condition. Forme, sommeil, organisation, nourriture sont autant de paramètres à prendre en compte.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Dès les premiers jours du confinement, la question s’est posée : la période des examens approchant, comment faire ? Au bout de quelques semaines, l’abandon d’un certain nombre d’examens et concours dont le bac a partiellement résolu Il n’empêche que les ministres, recteurs, présidents d’Université ont conseillé de maintenir un niveau d’assiduité et de continuité. Par ailleurs, une période de révision n’est pas profitable seulement pour elle-même. Bien menée, elle peut s’avérer utile pour la suite. Ces recommandations sont accrues par la période confinée, mais restent valables en temps normal. Préparer un concours ou un examen, c’est un peu se mettre dans la peau d’un sportif de haut niveau. A une moindre échelle bien entendu. Mais il ne s’agit pas seulement de connaissances : pour mettre toutes les chances de son côté, arriver en forme au moment de l’examen, prendre en compte un ensemble comprenant forme, nourriture, bien-être psychologique ne peut être que bénéfique.
Commençons par les révisions : les retarder à la dernière minute est source de stress et d’une sérénité moindre que si l’on s’y prend tôt. Pas trop non plus, mais avec une juste mesure permettant de les étaler. Selon une étude de l’Université de Liège publiée en 2011, « les connaissances trop fraîches nuisent à l’esprit de synthèse ». S’organiser en mettant en place un emploi du temps peut permettre de ne pas se disperser.
La période de révision est plus intense que d’habitude en termes d’apprentissage et de temps consacré. Mais elle ne doit pas être 100 % tournée vers l’exercice scolaire. Dans l’emploi du temps, se ménager quelques plages d’exercice physique est non seulement bénéfique pour la forme et le bien-être mais permet également de penser à autre chose, de se ménager des « aérations ».
La forme physique influe sur le fonctionnement du cerveau. Encore une donnée qui contre-indique de s’y prendre au dernier moment. Ce n’est pas le plus efficace pour arriver reposé au bon moment. Même si l’on pense n’avoir pas fini de réviser (c’est souvent le cas), les jours précédents l’examen, il est conseillé de dormir plutôt que de passer une ou plusieurs nuits à des révisions de dernière minute.
Le repos est une donnée générale pas assez prise en compte. Selon la dernière étude santé menée par Opinionway pour la mutuelle Heyme (1), 55 % des étudiants déclarent avoir des problèmes de sommeil. Certains estiment que c’est lié au stress, mais 27 % d’entre eux avouent dormir moins de 6 h par nuit en semaine. L’utilisation des écrans qui empiète sur l’endormissement et perturbe les rythmes biologiques (sommeil troublé, somnolences diurnes) est un facteur nuisible. Parmi les conclusions de la mutuelle : « Le sommeil a une influence directe sur notre qualité de vie et sur le maintien de certaines fonctions essentielles aux étudiants telles que l’apprentissage et la mémorisation. Tous ces facteurs cumulés de stress, d’utilisation tardive des écrans et de périodes d'examens, nuisent à la qualité du sommeil chez les étudiants. Retrouver une bonne qualité de sommeil peut être favorisé par quelques astuces au quotidien, comme la pratique d'un sport, le fait de se coucher dès les premiers signes de fatigue, le choix d’éloigner les écrans le soir bien avant de s’endormir ». A savoir également : même une simple sieste permet de régénérer les capacités neuro-cognitives…
Si les sportifs font attention à la diététique, ce n’est pas pour rien. Elle passe par des repas équilibrés et réguliers. Et là, un autre sondage (2) signale que 28% des étudiants déclarent sauter plusieurs repas par semaine – une pratique qui concerne même 41% de ceux résidant en logement étudiant. Il est évident que les freins du temps et du coût ne plaident pas en faveur de la préparation de plats à base de produits bio, mais 57% des étudiants admettent que la qualité de leur alimentation se dégrade pendant les périodes de révision ou de partiels : il leur arrive alors plus souvent de grignoter en dehors des repas, de prendre des repas très peu équilibrés en fonction de ce qui reste chez eux, de renoncer à se préparer un repas ou à faire des courses, voire de simplement sauter un repas. Bref, une grande majorité (64 à 75 % d’après le sondage) fait le contraire de ce qu’il faudrait.

(1) Enquête santé HEYME, juillet 2019. Etude réalisée auprès d’un échantillon de 841 étudiants de France âgés de 16 à 28 ans.

(2) Enquête Harris interactive réalisée en ligne du 1er au 8 juin 2017. Échantillon de 600 personnes représentatif des étudiants post-bac en France.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Education nationale


avril 2020
Des questions concernant l'Education nationale en phase confinée ? L'académie de Besançon répond avec une plateforme téléphonique et deux numéros : les familles peuvent dappeler le 09 72 63 62 25 pour toutes leurs questions liées aux examens et concours, à l’orientation (affectations et Parcoursup), et à la continuité pédagogique. Les personnels de l'académie de Besançon peuvent composer le 09 72 63 62 26 pour toutes leurs questions d’ordre administratif, sanitaire, social, psychologique et leurs interrogations sur la continuité pédagogique.
La plateforme téléphonique répond aux questions du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Education nationale et covid19


avril 2020
Pendant le confinement, un certain nombre de dispositifs sont mis en place pour assurer la continuité pédagogique : opération Ma classe à la maison, dispositif « devoirs à la maison » pour les élèves ne disposant pas des outils numériques adéquats ou dont les situations de handicap ne permettent pas d’utiliser ces outils (partenariat entre le ministère et La Poste qui permet l’acheminement des devoirs par courrier postal), numéros de téléphone dédiés aux parents dans chaque académie, ressources pédagogiques pour les élèves à besoin éducatif particulier, Pour les élèves en situation de handicap, la plateforme numérique Cap école inclusive est entièrement en accès libre.  Avec « La Maison Lumni », France 4 diffuse du lundi au vendredi des cours pour les élèves du primaire au lycée. Tous les programmes diffusés à l’antenne sont disponibles en télétexte. L’ensemble de ces programmes sont répertoriés sur la page du programme Nation apprenante.

#Reussitevirale


mars 2020
Avec #reussitevirale, Article1 et la Fage viennent en aide aux lycéens, puis aux étudiants, isolés pendant le confinement. L'idée : faire appel à des étudiants bénécoles pour les aider, en particulier dans la préparation du bac. 3000 d'entre eux se sont rapidement inscrits sur la plateforme reussitevirale.fr. A tel point que le dispositif est élargi à tous les professionnels se sentant prêts à aider les jeunes en coaching, en préparation d'examen ou de concours, en langues, en aide aux techniques de recherche d'emploi ou de stage. «Si les lycéen.ne.s issus de milieux populaires sont fortement concernés par le risque de décrochage, de nombreux étudiant.e.s sont aussi dans une situation de fragilité pendant cette période de confinement. Difficultés financières renforcées, isolement social pour ceux restés seuls dans leur logement étudiant, heures supplémentaires pour ceux travaillant dans les secteurs de l’alimentation par exemple… Le risque d’échec académique et professionnel se renforce encore plus. En tant que dispositif d’égalité des chances, nous donnons la préférence dans les mises en relations aux jeunes boursiers. Nous accordons également la priorité aux enfants des personnes qui travaillent en première ligne pour gérer la crise sanitaire et la continuité des services» explique Amélie Nicaise, coordinatrice du programme.

Handiciviq


mars 2020
Ce projet créé par l’UFCV en Occitanie vise à favoriser l’accès des jeunes en situation de handicap au service civique. Pour eux, l’accès est ouvert jusqu’à 30 ans, mais ils représentent seulement 1 % des engagements. En Bourgogne-Franche-Comté, l’UFCV relaie ce dispositif et propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.

Service civique


mars 2020
Le service civique est un engagement volontaire, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme (et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap). C’est un contrat de 6 à 12 mois, indemnisé de 577 € net par mois. Il peut être effectué dans des associations, des collectivités territoriales ou des établissements publics en France ou à l’étranger.
Voir tout