mai 2020

Spécialité régionale

L’activité vitivinicole est un poids important de l’économie burgo-comtoise.
Photo Laurent Cheviet
Spécialité régionale

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Avec des domaines viticoles prestigieux en Côte d’Or mais aussi en Saône-et-Loire, dans l’Yonne et dans le Jura, le vin représente un secteur économique essentiel de la région. Et derrière, de la vigne à la table, un grand nombre de métiers, pas tous aussi connus que viticulteur ou œnologue. Métiers de production de vin, métiers du commerce, métiers de l’expertise en premier lieu. Mais également métiers administratifs, logistique, marketing, sous-traitants tels que pépiniéristes, fabricants de matériels tels que les tonneliers (voir notre article). On pourrait même y ajouter quelques emplois touristiques, la Région ayant par exemple développé des concepts de routes des vins.
Le ministère de l’Agriculture recensait en 2017 3967 exploitations de plus de 10 ares et environ 17000 emplois, comprenant les équivalents temps plein du travail saisonnier lié aux vendanges (les CDI représentent 52 % des offres d’emploi diffusées par l’Apecita, agence pour l’emploi agricole). Ces salariés sont très concentrés sur les zones d’emploi de Dijon, Beaune, Chalon-sur-Saône et Mâcon. A Beaune, ils représentent même 22 % des actifs.

Débouchés sûrs

Faut-il s’y lancer ? Au CFA de Montmorot, l’un des 7 établissements spécialisés de la région, on répond sans hésiter : « Tous nos étudiants, qu'ils soient en apprentissage ou en formation continue n'ont aucune difficulté à s'insérer dans le monde du travail vitivinicole » (1). Aude Delanoy, coordinatrice du BTS viticulture-oenologie mention agriculture biologique trace les tendances : « Quelques rares apprenants poursuivent en licence sciences de la vigne avec, en vue, le diplôme national d'œnologue, une bonne moitié continuent de parfaire leurs connaissances en se faisant embaucher dans le Jura ou dans leurs régions respectives. Comme nous sommes un des seuls BTSA à proposer la mention agriculture biologique, certains viennent de loin pour se former chez nous. Parmi eux, il y a des aventuriers qui alternent des saisons dans les hémisphères nord et sud (Argentine, Nouvelle-Zélande, Afrique du sud, Californie, Liban, et plus proche Italie, Suisse, Croatie...). Enfin les derniers visent l'installation soit en intégrant le domaine familial en vue d'une reprise soit en commençant par un mi-temps de salariat en acquérant doucement des parcelles ».

Drones et agriculture

L’emploi est fortement lié aux variations économiques et climatiques, mais bénéficie du socle stable de la notoriété des vins locaux. En 2019, l’Apecita a diffusé 1148 offres d’emploi. Les niveaux de formation sont très échelonnés mais si un tiers des offres ne mentionnent pas de niveau particulier, les formations supérieures bac+2 sont très nettement les plus recherchées. Sans surprise, les postes offerts se situent beaucoup dans le domaine de la production et la transformation mais l’on note que le deuxième secteur de recrutement de la filière est celui de « conseil & animation ». Cela signifie que les métiers de salarié d’organisation professionnelle, d’expertise, de conseiller œnologie viticulture ou de conseiller agricole viticulture recrutent. « De l’ouvrier viticole à l’œnologue, de nombreux emplois peinent souvent à être pourvus faute de candidat » note l’Apecita. Particularité de la filière, il est pour une fois légitime d’associer tradition et modernité. « Même si la filière est très attentive à certaines traditions régionales, avec par exemple des vendanges exclusivement manuelles sur certains territoires, elle n’en n’est pas moins attentive aux évolutions techniques. Pour cette raison, elle recherche des profils de plus en plus pointus aussi bien en termes de développement qualité que de distribution, notamment à l’export. Notons que ces dernières années, dans un souci de respect de l’environnement et du produit lui-même, certaines pratiques ancestrales de productions reviennent en force : techniques de biodynamie, travaux du sol tractés par les chevaux, conversion à la viticulture bio… Face à cela et pour les mêmes raisons, l’utilisation de drones pour une viticulture de précision se développe également ». 

S.P.
(1)
Viticulture/viniculture. La viticulture a pour rôle la culture du raisin. La viniculture est concernée par sa transformation en vin.

Etablissements de formation de la région


CFA viticole de Bourgogne à Beaune : bac pro conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole, BTSA viticulture-œnologie.
CFA des Compagnons du devoir, 1 rue Jean Mazen, 21000 Dijon : CAP tonnelier.
Lycée viticole à Beaune : bac pro conduite et gestion de l’entreprise agricole, bac pro technicien conseil vente, BTSA viticulture-œnologie.
CFA agricole du Jura à Montmorot : CAP métiers de l’agriculture, BTSA viticulture-œnologie.
CFA agricole de la Nièvre à Challuy : CAP métiers de l’agriculture, BTS viticulture-œnologie.
Lycée agricole Lucie Aubrac à Davayé : bac pro conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole, bac pro technicien conseil vente en alimentation option vins et spiritueux, BTSA viticulture-œnologie.
Lycée agricole d’Auxerre – La Brosse à Venoy : CAP métiers de l’agriculture, BPA travaux de la vigne et du vin, BTSA viticulture-œnologie.
CFA agricole de l’Yonne à Champignelles : BTSA viticulture-œnologie.

Lire aussi
Tonnelier, la haute précision à gros coups de marteau

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr
Voir tout