septembre 2021

« Je pense avoir trouvé ma vocation »

Un PEC pour l'une, un CIE pour l'autre. Widadie Daouda, 27 ans, et Alexandre Raffiot, 23 ans, ont bénéficié de parcours d’accompagnement vers l’emploi. Ils témoignent.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Widadie Daouda : « Avant de venir à Besançon, je vivais à La Réunion où j’ai eu un BEP carrières sanitaires et sociales et un bac pro secrétariat puis fait 2 années en licence d’anglais, sans suite. La mission locale m’a proposé de m’inscrire en garantie jeunes, ce qui m’a permis de faire différent stages et de voir vraiment le métier de secrétaire médical. Je suis venue en métropole en 2018, pour des raisons personnelles. J’hésitais entre un BTS assistante de gestion, car je pensais qu’il était bien d’avoir un bac+2, et le secrétariat médical. La mission locale m’a conseillée de me centrer sur un projet et j’ai choisi ce dernier. En fait, je me suis dit que je voulais un BTS simplement parce qu’on m’avait mis dans la tête qu’il était important d’avoir un bac+2. Mais ce qui me plaît comme métier, c’est le secrétariat médical. J’ai suivi un PEC au service oncologie du CHU en 2018 et 2019 et cette expérience m’a marquée. Tout était complètement positif, le travail, l’ambiance, l’équipe. Ce contrat PEC a vraiment confirmé mon souhait et j’ai pu suivre et obtenir la qualification de secrétaire médicale avec Sosim  (1). Cet été, j’ai effectué un remplacement de secrétaire médicale, toujours au CHU, et je pense que c’est ma vocation. L’accompagnement de la mission locale dans cette voie m’a plus que satisfaite. Que ce soit au niveau personnel ou professionnel, les conseillers m’ont vraiment aidée ».

Alexandre Raffiot : « En 2017, j’ai eu un BEP gestion administrative mais finalement ce n’était pas ce que je voulais faire alors j’ai pris contact avec la mission locale chez moi, à Marsannay. Je voulais faire de la vente et ce souhait a été confirmé par diverses expériences que j’ai eues grâce à la mission locale ou en les trouvant moi-même : j’ai travaillé à la boulangerie Marie Blachère, en prêt-à-porter chez Eram, La Halle, Kiabi, à Cora, à Intermarché et au Carrefour express de Marsannay où je suis encore. Cela me plaît, je bouge beaucoup plus que si j’étais resté sur ma première orientation. J’aime le contact avec les clients, j’aime pouvoir être force de proposition. C’est le gérant du Carrefour Express qui m’a parlé du contrat initiative emploi et j’ai tout de suite dit oui, car cela me permettait de garder un suivi et de prendre le temps d’acquérir des compétences. Je suis en CDD avec peut-être un CDI à la suite. Avec cette expérience, je suis sûr de mon choix, j’ai vraiment trouvé mon domaine. On est un peu moins d’une dizaine, c’est une très bonne équipe, très chaleureuse, avec une ambiance familiale. Comme c’est un petit magasin, il faut être polyvalent et cela permet de varier les tâches, entre la caisse, la mise en rayon, la boulangerie, les fruits et légumes, l’informatique. J’aurais préféré bénéficier de plus de ressources au niveau des contacts, mais je suis satisfait du suivi de la mission locale. Les conseillers font leur boulot. Par exemple, je n’étais pas à l’aise avec la lettre de motivation et sur ce point, ils m’ont bien aidé ».


En photo
Alexandre Raffiot avec son responsable, à Marsannay-la-Côte

(1)
Sosim, 2 rue du Champ du Noyer, 25720 Avanne-Aveney, sosim.fr

Lire aussi
Le plan de relance pense aux jeunes

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Ensmm et insertion


juin 2020
L'enquête de la Conférence des grandes écoles 2020 confirme l'excellent taux d'insertion des élèves de l'Ensmm, école d'ingénieurs bisontine : pour la 3e année de suite, 90 % des diplômés sont en activité professionnelle moins de 6 mois après leur sortie. Il est surtout à noter l'inversion des écarts de salaires hommes/femmes : il serait de 1,8 % plus important pour les femmes ! Ces dernières bénéficient de CDI dans 88 % des cas, contre 75 % pour les hommes. 

Compétences recherchées


janvier 2020
Selon Linkedin, quelles sont les compétences comportementales et techniques les plus recherchées par les entreprises (basé sur 660 millions d’utilisateurs et 20 millions d’offres d’emploi) ?
Au niveau mondial, les 5 compétences comportementales ou soft skills les plus populaires sont créativité, persuasion, esprit d’équipe, adaptabilité, intelligence émotionnelle. Les 10 compétences techniques ou hard skills : blockchain, cloud computing, raisonnement analytique, intelligence artificielle, conception UX, analyse commerciale, marketing d’affiliation, vente, informatique scientifique, production vidéo
En France, compétences comportementales : esprit d’équipe, gestion du temps, persuasion, rédaction, créativité. Compétences techniques : blockchain, production vidéo, raisonnement analytique, stratégies compétitives, social media, marketing d’affiliation, cloud computing, communication corporate, informatique scientifique, conception UX.

Recherche de salariés dans l'agroalimentaire


août 2019
Les entreprises agroalimentaires locales recherchent des salariés. Actuellement, Pôle emploi recense environ 150 offres  en Bourgogne-Franche-Comté.pour l'intitulé "conduite d'équipement de production alimentaire". Pour pallier une pénurie de main d’œuvre dans ce domaine, l'Enil de Mamirolle, le Greta du Haut-Doubs et Pôle emploi Pontarlier ouvrent une promotion de CAP conducteurs de machines agroalimentaires. Cette formation diplômante est prévue à Pontarlier et Mamirolle du 23 septembre 2019 au 12 août 2020, avec 12 semaines de stage en entreprise. Elle est accessible à toute personne majeure inscrite sur les Pôles emploi ou Missions locales du Haut-Doubs. Qualités requises : ne pas être sensible aux zones de travail humides et chaudes ou froides, être rigoureux, savoir respecter protocoles et normes d'hygiène, sécurité et environnement, savoir communiquer à l'oral et à l'écrit,  comprendre les consignes, être autonome, savoir s'organiser et s'adapter. Une séance d'information est programmée le 6 septembre à 9 h à l'agence Pôle emploi de Pontarlier (6 rue Claude Chappe).

Trouver un emploi


juin 2017
Selon l’enquête menée en octobre/novembre 2016 par Pôle emploi, 18 % des emplois ont été trouvés directement grâce à un outil numérique (12 % par une offre d’emploi déposée sur internet, 2 % par candidature spontanée, 2 % par les réseaux sociaux, 2 % par dépôt de CV en ligne). Les deux principales solutions pour trouver un emploi restent la sollicitation du réseau personnel (37 %) et le placement pas un intermédiaire du marché du travail (26 %).

Outils numériques


juin 2017
D’après une enquête Pôle emploi / Ifop de janvier 2017, 88 % des demandeurs d’emploi utilisent les outils numériques, que ce soit pou trouver des offres, s’informer sur le marché du travail, améliorer leur technique de recherche ou se former.
Sur ceux qui n’utilisent pas du tout internet, la moitié disent soit avoir des problèmes d’accès techniques, soit ne pas savoir comment s’en servir, soit avoir des problèmes de compréhension écrite.
Voir tout