novembre 2023

CBD : six ans d'expérience

Benjamin Comte est l’un des premiers à s’être lancé dans la production et la diffusion, d’abord en Suisse puis en France. Il a vécu toute la période d’émergence et l’évolution de la législation.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Il y a une dizaine de producteurs de CBD dans la région et Benjamin Comte a été le premier. Peut-être même le premier en France puisqu’il s’est lancé avant que la législation française ne l’autorise. Mais le Montbéliardais originaire de L’Isle-sur-le-Doubs a commencé par produire là où c'était légal, en Suisse. « J’ai commencé en 2017, en me reconvertissant. En m’intéressant à la plante de cannabis, j’ai voulu changer de métier. Quand je me suis lancé, je voulais surtout éviter de faire les choses illégalement. Ma sœur était résidente en Suisse, on avait des liens avec un cultivateur de Porrentruy et on a commencé comme ça. L’idée était de produire et diffuser en Suisse. A l’époque, on ne comptait pas sur la France ». Mais depuis la donne a changé. La vente de cannabidiol est autorisée en France depuis le début de l’année 2022, à condition que les fleurs et les feuilles aient un taux de THC inférieur à 0,3 %. Aujourd’hui, O’Calm, le nom de sa marque, propose 8 produits (fleurs et résines) par l’intermédiaire des buralistes. « On est quand même venu en France avant car il y a eu une période d’incertitude sur la législation ». Benjamin Comte tient à la sécurité et au respect des consommateurs, à qui il conseille d’utiliser les produits dans la nourriture ou en infusion plutôt que de les fumer. Tous ses produits sont analysés par le laboratoire LEAF, à Boissy-St-Léger, « pour respecter la législation en vigueur, alors que certains trafiquent sur le marché. Je veux travailler en toute transparence et on m’a conseillé de passer par ce labo très fiable ».
Mais tout n’a pas été simple. « La première année, c’était compliqué, comme pour toute entreprise qui doit trouver sa clientèle. On a eu du mal au début. Les prix étaient très haut mais en l’espace d’un an 800 producteurs se sont installés et les prix se sont effondrés. Cela dit, dès la 2e année, cela allait mieux ». Deux ha et 600 m2 de serres permettent de produire 1 tonne de fleurs séchées. L’orientation initiale a également changé : « Au départ, on ne voulait faire que de la production grossiste, mais comme les prix ont chuté, on a dû faire du détail, en embauchant des commerciaux ». En raison des différences de législation et notamment des taux admis selon les pays, O’Calm ne diffuse pas les mêmes produits en Suisse et en France. Pour s’adapter au marché français, l’entreprise travaille depuis 2 ans avec une production qui vient d’Italie du nord. Benjamin est également en discussion avec un agriculteur de la région pour produire à partir de l’année prochaine. Surtout, il n’éprouve aucun regret d’avoir changé de voie. « Depuis 2017, l’activité ne fait qu’augmenter. C’est toujours du boulot, on est à 14 h par jour, mais ça me plaît car je suis assez entrepreneur. Et surtout c’est une belle aventure, qui reste familiale ».
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Harcèlement


septembre 2023
De plus en plus préoccupant, le harcèlement scolaire concernerait 2,6 % des élèves de CM1-CM2, 5,6 % des collégiens et 1,3 % des lycéens selon l'Education nationale. Pour y faire face, le ministère généralise le programme Phare (Prévenir le harcèlement et agir avec respect) et insiste sur l'utilisation des numéros d'urgence 3018 (cyberharcèlement) et 3020 (harcèlement scolaire). Un plan interministériel de lutte est en préparation.

Tiers-lieux : une association régionale


avril 2023
L’association de préfiguration du réseau des tiers-lieux en Bourgogne-Franche-Comté a pour objet de « promouvoir le développement de lieux partagés ouverts, accessibles, répondant aux besoins du territoire, hybridant leurs ressources économiques, centrés sur l’usager et dont le modèle est ouvert et réplicable. » Elle propose aux tiers-lieux mise en réseau, animation, accompagnement, actions mutualisées, échanges et mettre prochainement en place des formations. Elle diffuse également une newsletter mensuelle. Née en 2021 pour répondre à l’augmentation du nombre de tiers-lieux, l’association est soutenue par l’Etat et la Région.

Jeunes parents


février 2023
Le Dr Célia Levavasseur, pédiatre, a publié dernièrement un Guide pour les jeunes parents qui ne veulent pas mourir d’épuisement, soit « 66 conseils judicieux » aux éditions Nathan (11,90 euros). « Quand arrive un enfant, on veut être parfait et pourtant des études montrent qu'être parfait à 40 % suffit. »

PSC1


janvier 2023
Si l’on est témoin d’un accident ou d’un malaise, est-on en mesure d’alerter les secours de manière efficace et d’effectuer les bons gestes en attendant leur arrivée ? En quelques heures il est possible de se former pour savoir comment porter assistance à un ami, un parent, un voisin ou à toute autre personne. La formation prévention et secours civiques de niveau 1 a pour but de permettre à chacun d’acquérir les compétences nécessaires pour porter secours, prévenir une situation de danger et se protéger. C’est un atout supplémentaire pour trouver un job, notamment pour du baby-sitting, de l’animation ou encore dans l’aide à domicile. De plus, il est exigé pour s’inscrire pour certaines formations et concours. D’une durée de 7 h, la formation est accessible à tous. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 60 organismes préparent au PSC1. Ils sont recensés ici.

Bénévolat


janvier 2023
Être bénévole c’est consacrer son temps libre en mettant au service des autres son énergie et ses compétences. En France, près d’une personne sur quatre donne du temps gratuitement à une association, ce qui représente environ 12,5 millions de personnes ; parmi elles, environ deux sur dix se mobilisent chaque semaine et constituent les « chevilles ouvrières » des associations, dont plus de 85 % sont gérées exclusivement par des bénévoles. Pour ceux qui souhaitent s’impliquer, le réseau France Bénévolat peut vous renseigner.
francebenevolat.org
Voir tout