septembre 2022

Des réserves pour conserver la nature

Depuis 1976, elles accomplissent un important travail de protection et de gestion des milieux naturels. Visite à Cléron, dans l’une des 169 réserves nationales, qui s’est notamment spécialisée dans l’observation des invertébrés.
Photo Laurent Cheviet
Des réserves pour conserver la nature Des réserves pour conserver la nature Des réserves pour conserver la nature

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Dominique Langlois arpente la réserve naturelle de Valbois depuis 1992. Il connaît bon nombre de recoins de cet espace de 234 ha, du fonds du ravin à la falaise le surplombant de 210 m. Un espace qui entaille le premier plateau du Jura, où plus de 6000 espèces végétales et animales ont été dénombrées et qui rassemble une grande diversité de milieux entre éboulis, forêts, ruisseau et même certains éléments de milieu méditerranéen, lié à l’orientation de la falaise. « C’est une très forte concentration de biodiversité sur un petit espace » assure le conservateur de la réserve naturelle nationale du ravin de Valbois.
Celle-ci est l’une des 169 créées en France – dont 11 en Bourgogne-Franche-Comté. Le projet est porté depuis 1983 par la faculté des sciences de Besançon et géré par le Conservatoire d’espaces naturels de Franche-Comté dont Dominique Langlois est l’un des 35 salariés. Même si la première réserve naturelle date de 1961, c’est une loi de 1976 qui a posé les bases de ces espaces protégés. « La demande était de créer des structures pour gérer les milieux remarquables résume Dominique Langlois, mais au-delà, on essaie de créer une assise citoyenne et un lien avec la population ». Pédagogie et sensibilisation sont les marqueurs de ce lien, dont on trouve des éléments à la maison de la réserve à Cléron ou encore à celle du lac de Rémoray, avec son espace d’exposition pédagogique. Sorties, conférences, expos et autres animations font partie des activités du Conservatoire d’espaces naturels.

Six ânes pour l'entretien

Mais le principal reste la protection du milieu, ce qui n’est pas toujours simple. « Il y a quelques années, il a été question d’un projet de piste de décollage dans la réserve ! Faire abandonner cette idée a été très compliqué » se suvient Dominique Langlois. La présence et l’intervention humaine doivent être minimales. L’accès au ravin est libre jusqu’à 9 personnes ; au-delà, il faut une autorisation préfectorale. Gérer le lieu passe, la plupart du temps, par la non-intervention, mais c’est surtout un équilibre à trouver. « Quand on a créé la réserve, l’enfrichement n’a pas été anticipé explique par exemple Dominique Langlois. Alors il a fallu défricher et remettre en pâturage. On a installé des ânes pour assurer l’entretien. » Au nombre de 6, ces derniers se promènent sur la corniche. Ils font partie du compromis exploitation/non-exploitation qui découle d’un choix de gestion issu également de discussion avec le propriétaire privé qui détient une partie de la réserve. La concertation avec les acteurs locaux est inscrite dans la définition des réserves.
Chaque réserve ayant ses spécificités, sa gestion est liée à sa connaissance fine, ce qui implique une certaine latitude laissée à chacun. A Valbois, au fil du temps, on s’est spécialisé dans l’étude de la faune des sols. Une fois par mois, de mars à octobre, 13 stations permettent de récolter les invertébrés du ravin et d’obtenir un échantillonnage conséquent (lire aussi). « Ces relevés suivent un protocole pointu non seulement pour connaître ce qui existe mais aussi pour que cela soit reproductible et permette la comparaison dans plusieurs années. Pour avoir des tendances, il faut du long terme, avec le même protocole. Pour ce travail, on coopère avec d’autres sites à l’échelle européenne. » La réserve du ravin s’est plus précisément spécialisée sur les diptères (insectes à une paire d’ailes comme les mouches). Ce travail est effectué à des fins de connaissance mais aussi de distinction des espèces menacées.

Insectes indicateurs de l'environnement

Ce programme d’étude de la biodiversité à partir des insectes est rare. « Peu de réserves sont connues pour ça. En général, une réserve naturelle est plutôt créée sur une base floristique ou ornithologique. Certains groupes d’invertébrés sont très peu connus mais il y a de plus en plus de spécialistes ajoute Dominique Langlois. Ce n’est pas anodin : les insectes sont importants pour l’équilibre et la fertilité des sols et sont de très bons indicateurs de l’environnement notamment parce qu’il existe de très nombreuses espèces. Les mille-pattes sont par exemple importants pour connaître l’état des sols. Les syrphes sont un bon indicateur de l’état des forêts. On peut aussi évaluer les cours d’eau à partir des insectes. En 2013, après la première canicule, les espèces « spécialisées » ici ont mis 5 ans à revenir. »
Comme beaucoup de ceux qui travaillent dans l’environnement, Dominique Langlois se désole de l’état des lieux actuels. Un brin fataliste devant « le changement colossal qui nous attend », il trouve  une motivation dans l’idée de faire avancer la connaissance. « Décrire de nouvelles espèces de diptères, c’est quelque chose qui me plaît beaucoup »

Stéphane Paris.
Réserves naturelles

Les actions des réserves naturelles s'articulent au­tour de trois notions principales : protéger, gérer, sensibiliser. D’après le site de Réserves naturelles de France, grâce à une réglementation adaptée respectant le contexte local, leur champ d'intervention est large :
préservation d'espèces animales ou végétales et d'habitats en voie de disparition ou remarquables, reconstitution de populations animales ou végétales ou de leurs habitats, conservation des jardins botaniques et arboretum constituant des réserves d'espèces végétales en voie de disparition, rares ou remarquables, préservation des biotopes et de formations géologiques, géomorphologiques ou spéléologiques remarquables, préservation ou constitution d'étapes sur les grandes voies de migration de la faune sauvage, études scientifiques ou techniques indispensables au développement des connaissances hu­maines, préservation des sites présen­tant un intérêt particulier pour l'étude de la vie et des premières activités humaines.
reserves-naturelles.org

Réserves naturelles nationales


Une réserve naturelle nationale est un outil de protection à long terme d‘espaces, d’espèces et d’objets géologiques rares ou caractéristiques, ainsi que de milieux naturels fonctionnels et représentatifs de la diversité biologique en France. Les sites sont gérés par un organisme local en concertation avec les acteurs du territoire. Ils sont soustraits à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader mais peuvent faire l’objet de mesures de réhabilitation écologique ou de gestion en fonction des objectifs de conservation.
Il en existe actuellement 169 dont 11 en BFC (Ballons comtois, bois du Parc, combe Lavaux - Jean Roland, grotte de Gravelle, grotte du Carroussel, Île du Girard, la Truchère-Ratenelle, lac de Remoray, ravin de Valbois, sabot de Frotey, val de Loire).


Réserves naturelles régionales


Elles présentent les mêmes caractéristiques de gestion que les réserves nationales, mais elles sont créées par les Régions, constituant un vecteur des stratégies régionales en faveur de la biodiversité et un outil de valorisation des territoires.
Il y en a actuellement 181 dont 19 en BFC.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Pitch your project 2022


septembre 2022
Ce concours destiné à renforcer l’attractivité et de développement durable de la région Alpine est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans de l’ensemble de l’espace alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Slovénie, Suisse) qui ont des idées ou des projets pour la région alpine. Il est possible de participer seul ou en groupe en soumettant son idée avant le 16 octobre sur l'un des quatre thèmes proposés :
- Comment faire pour que l'espace alpin reste un espace de vie attractif ?
- Renforcer les synergies intergénérationnelles dans l'espace alpin.
- Solutions pour s'adapter au changement climatique dans l'espace alpin.
- Énergie verte, efficacité énergétique et neutralité carbone dans la région alpine.
Comment se passe le concours ?
Troix prix de 2000 à 5000 euros permettront de développer 3 projts. Infos et formulaire de candidature ici.

Empreinte carbone


août 2022
Pour ceux qui sont préoccupés de leur empreinte carbone et se sentiraient concernés par le réchauffement climatique, l'association Avenir climatique a mis en place un simulateur en ligne. Il permet de connaître sa propre empreinte et donne des solutions pour la réduire. C'est ici.

L’Agence régionale de la biodiversité


juillet 2022
La mission de cette agence créée en 2019 tient en 3 mots : reconquérir la biodiversité. Moyens : coordonner les initiatives, en générer de nouvelles, les généraliser, partager les connaissances et les bonnes pratiques. Etablissement public cofondé par l’Office français de la biodiversité et la Région, l’Agence mobilise tous azimuts : en direction des collectivités, des citoyens, des scientifiques, des associations, des acteurs de l’éducation et des agents économiques, orientant son travail sur le thème innovant de « biodiversité et entreprises ». Agir avec le monde économique est d’ailleurs l’une de ses 5 missions principales avec la mise en réseau des acteurs, l’organisation et la valorisation des connaissances, la cohérence des politiques publiques et l’effort pour susciter l’adhésion de tous. Financée par l’Office français de la biodiversité, la Région et le Département de la Nièvre, l’ARB de Bourgogne-Franche-Comté est l’une des 8 déjà à l’œuvre avec celles de Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Ile de France, Guadeloupe, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Normandie, Nouvelle Aquitaine et Occitanie.
arb-bfc.fr

Climat


mars 2022
Dans une démarche conjointe, Bruxelles et Dijon sont partenaires du projet européen Response qui vise à développer des quartiers à énergie positive. Les municipalités des deux villes ont échangé sur les expériences novatrices mises en place dans des domaines tels que les énergies renouvelables produites localement, les mobilités durables, la transition alimentaire, la rénovation énergétique des bâtiments, les solutions basées sur la nature, l’économie circulaire, la gestion durable de l’eau et la valorisation des déchets, des priorités essentielles qui seront au cœur du nouveau plan climat de la Ville de Bruxelles et du prochain plan climat air énergie territorial (PCAET) de Dijon métropole. Dans le cadre du projet Response, Dijon entreprend une rénovation écologique des quartiers avec les premiers îlots à énergie positive à Fontaine d’Ouche. Bruxelles comme Dijon ont la volonté d’atteindre la « neutralité climatique » et de jouer un rôle moteur au sein de la mission de la Commission européenne « 100 villes neutres pour le climat d’ici à 2030 », en approfondissant leur coopération et leurs efforts mutuels.

Festival des solutions écologiques


février 2022
Vous êtes collégien, lycéen, étudiant, simple particulier, une association, une collectivité, une entreprise ou encore un établissement scolaire ? Vous agissez localement pour la transition écologique ? La Région Bourgogne-Franche-Comté lance la 3e édition du festival des solutions écologiques ! Déposez votre dossier avant le 28 mars sur jeparticipe.bourgognefranchecomte.fr et bénéficiez d’un financement votre projet jusqu’à 22 000 € (sous réserve de l’avis du jury et du vote des élus en lien avec les critères prédéfinis). Le festival aura lieu du 24 septembre au 2 octobre. Une attention particulière sera portée aux projets portés par des jeunes de moins de 25 ans !
Voir tout