août 2020

Je suis en formation design et digital

Venue de Chambornay-lès-Bellevaux (70), Laura Carquille fait partie de la première promotion de l’Esadd. Elle raconte sa première année dans l’école créée par les CCI de la région.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’étais au lycée Belin à Vesoul, en terminale S. Je ne savais pas trop quoi faire après. J’ai pensé au Paces, mais j’ai eu peur que ce soit trop stressant et compliqué. J’étais un peu attirée par le dessin, mais c’est un domaine où il y a peu de débouchés. J’ai regardé du côté du design et du DUT métiers du multimédia et de l’internet mais je trouvais qu’il y avait trop d’informatique. Au salon de l’Etudiant, je suis tombée sur l’Essad. Le côté polyvalent, l’association entre informatique technique et design m’ont vraiment intéressée.

Cours
Cette première année a été conforme à ce que j’attendais et à ce que l’on m’avait présenté. Tout s’est super bien passé. On a vu beaucoup de choses différentes, j’ai découvert des matières que je ne connaissais pas comme l’UI design (interface utilisateur). J’appréhendais un peu le côté programmation et finalement, cela ne m’a pas déplu. Je serais plus « design », mais quand on peut faire le design d’un site puis le construire sans avoir besoin d’aide extérieure, c’est assez satisfaisant ! Et puis l’ambiance était très bonne, notamment parce qu’on est une petite promo. Les professeurs étaient à l’écoute, beaucoup plus proches qu’au lycée. Il y avait beaucoup d’échanges, on discutait, on rigolait avec eux. Il y a du boulot, mais avec une façon de travailler souple, avec beaucoup de pratique et finalement ça me convient bien.

Covid-19
Le confinement a été plutôt bien géré, je trouve. Tous les cours ont été assurés en visio, sauf le développement mobile car les profs préféraient le faire en présentiel -  finalement cela n’a pas été possible et ils ont quand même proposé de l’aborder. Même les cours plus compliqués à faire en visio, comme le dessin ont été assurés.

Monde professionnel
Au cours de l’année, on a eu des workshops au cours desquels les entreprises nous confiaient des problématiques auxquelles répondre en petit groupe. L’année se termine par un stage de 2 mois et on a tous fini par en trouver un. C’est un professeur qui m’a parlé de l’entreprise qui m’a accueillie, la Brasserie Houplon, une petite entreprise créée au début de l’année pour fabriquer une bière de manière artisanale, la Travel. Pour l’instant, elle est distribuée à Dijon. Je me suis occupée de la communication digitale (site, réseaux sociaux) et papier (cartes de visite, flyers). Il m’arrivait aussi d’accompagner le chef d’entreprise en clientèle. On s’entendait bien, c’était super sympa comme ambiance de stage. Comme c’est une petite entreprise, j’étais parfois seule. Je pense avoir acquis des notions supplémentaires. On n’avait pas vu les réseaux sociaux en 1re année, alors j’ai suivi une masterclass sur internet pour apprendre à développer les posts. Comme mon patron fait de la photo, j’ai aussi pu acquérir quelques notions dans ce domaine. Bref, c’était enrichissant.

Métier
On n’a pas un profil de technicien informatique ou de designer mais une polyvalence dans ces domaines, qui nous donne une autonomie de travail. Au cours de l’année, un intervenant nous a dit que c’est actuellement un profil qui intéresse les entreprises.

Qualités
Pour les études à l’Essad, il faut une certaine autonomie car c’est à nous de creuser, d’approfondir ce qu’on nous apprend. Il faut être curieux car on voit pas mal de choses. En ce qui concerne le métier, je pense qu’il faut d’abord être créatif.

Recueilli par S.P.
Lire aussi
Nouveaux métiers, nouvelle école

En savoir plus
esadd.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Prépa « égalité des chances » PJJ


août 2020
L'École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) du ministère de la Justice a lancé la 13e édition de sa classe préparatoire intégrée au concours d'éducateur de la PJJ. Ce dispositif vise à favoriser l'accès de candidats dont la situation personnelle, sociale ou géographique rend difficile la préparation à ce concours, alors même qu'ils répondent aux critères pour s'y inscrire. Informations et inscriptions jusqu’au 28 septembre sur lajusticerecrute.fr et enpjj.justice.fr

Formation sport


juillet 2020
A Besançon, le Creps ouvre plusieurs formations en alternance à la rentrée :
- BPJeps activités physiques pour tous formation portée par Profession sport 25, du 28 septembre 2020 au 3 décembre 2021. Date limite d’inscription : 4 septembre 2020
- BP Jeps activités de la natation, du 14 septembre 2020 au 11 juin 2021. Date limite d’inscription : 10 aout 2020 
- CPJeps en partenariat avec l’UFCV et la ligue de handball, du 5 octobre 2020 au 1er avril 2021. Date limite d’inscription : 15 septembre 2020. 
- DE Jeps cyclisme traditionnel et VTT en partenariat avec le comité régional de cyclisme, du 26 octobre 2020 au 17 décembre 2021. Date limite d’inscription : 30 septembre 2020 
- BP Jeps judo en partenariat avec la ligue de judo, du 10 octobre 2020 au 10 octobre 2021. Date limite d’inscription : 11 septembre 2020.
En savoir +

Education nationale


avril 2020
Des questions concernant l'Education nationale en phase confinée ? L'académie de Besançon répond avec une plateforme téléphonique et deux numéros : les familles peuvent dappeler le 09 72 63 62 25 pour toutes leurs questions liées aux examens et concours, à l’orientation (affectations et Parcoursup), et à la continuité pédagogique. Les personnels de l'académie de Besançon peuvent composer le 09 72 63 62 26 pour toutes leurs questions d’ordre administratif, sanitaire, social, psychologique et leurs interrogations sur la continuité pédagogique.
La plateforme téléphonique répond aux questions du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Education nationale et covid19


avril 2020
Pendant le confinement, un certain nombre de dispositifs sont mis en place pour assurer la continuité pédagogique : opération Ma classe à la maison, dispositif « devoirs à la maison » pour les élèves ne disposant pas des outils numériques adéquats ou dont les situations de handicap ne permettent pas d’utiliser ces outils (partenariat entre le ministère et La Poste qui permet l’acheminement des devoirs par courrier postal), numéros de téléphone dédiés aux parents dans chaque académie, ressources pédagogiques pour les élèves à besoin éducatif particulier, Pour les élèves en situation de handicap, la plateforme numérique Cap école inclusive est entièrement en accès libre.  Avec « La Maison Lumni », France 4 diffuse du lundi au vendredi des cours pour les élèves du primaire au lycée. Tous les programmes diffusés à l’antenne sont disponibles en télétexte. L’ensemble de ces programmes sont répertoriés sur la page du programme Nation apprenante.

#Reussitevirale


mars 2020
Avec #reussitevirale, Article1 et la Fage viennent en aide aux lycéens, puis aux étudiants, isolés pendant le confinement. L'idée : faire appel à des étudiants bénécoles pour les aider, en particulier dans la préparation du bac. 3000 d'entre eux se sont rapidement inscrits sur la plateforme reussitevirale.fr. A tel point que le dispositif est élargi à tous les professionnels se sentant prêts à aider les jeunes en coaching, en préparation d'examen ou de concours, en langues, en aide aux techniques de recherche d'emploi ou de stage. «Si les lycéen.ne.s issus de milieux populaires sont fortement concernés par le risque de décrochage, de nombreux étudiant.e.s sont aussi dans une situation de fragilité pendant cette période de confinement. Difficultés financières renforcées, isolement social pour ceux restés seuls dans leur logement étudiant, heures supplémentaires pour ceux travaillant dans les secteurs de l’alimentation par exemple… Le risque d’échec académique et professionnel se renforce encore plus. En tant que dispositif d’égalité des chances, nous donnons la préférence dans les mises en relations aux jeunes boursiers. Nous accordons également la priorité aux enfants des personnes qui travaillent en première ligne pour gérer la crise sanitaire et la continuité des services» explique Amélie Nicaise, coordinatrice du programme.
Voir tout