avril 2022

La satisfaction de savoir faire

Depuis 8 mois, Estelle travaille en milieu ordinaire. Suivie par l’Agef à Nuits-St-Georges, elle fait tout pour être le plus autonome possible.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Depuis le mois d’août, Estelle travaille à la Maison d’accueil spécialisée d’Agencourt. Elle s’occupe de l’entretien des locaux, à savoir, sanitaires, escaliers, couloirs, unités de vie. Pour elle, c’est une étape de plus vers l’autonomie.  « Voir que je sais faire est une réussite dit-elle timidement. Je fais le même travail que les autres agents de l’équipe ». Plus encore, elle apprécie d’être intégrée et note « la gentillesse des gens, la bonne ambiance. Je suis bien accueillie, au même niveau que les autres professionnels ». Pour l’instant, Estelle est mise à disposition par l’Agef dans le cadre de ses missions d’accueil de personnes en situation de handicap. « Au départ, elle avait un peu peur de la nouveauté, mais elle a très vite montré qu’elle pouvait s’habituer au monde du travail » dit avec satisfaction Justine Cabral, chargée de l’insertion professionnelle à l’Agef. « Elle est bien intégrée et elle est la plus jeune ».
Le but souhaité, c’est l’insertion en milieu ordinaire, c’est-à-dire une embauche par la structure. « Notre objectif, pour les personnes que l’on accueille, est de repérer des aptitudes pour leur trouver le travail le plus sécurisant possible et de leur donner les moyens d’être embauchées. Il y a un suivi régulier, des visites sur place au moins une fois par semaine ». Estelle évoque peu de difficultés : techniquement, certains sols gondolés, psychologiquement, « le contact avec les gens parfois compliqué ».
Née à Dijon il y a 22 ans, Estelle a suivi une scolarité en Institut médico-éducatif avant de venir à l’Agef. Elle a commencé par des stages pour se former à l’entretien de locaux. « C’était mon souhait de travailler dans ce domaine » dit-elle. Elle est fière de pouvoir exercer à la Mas, en autonomie. Pour l’instant, Justine la conduit sur place, mais elle espère pouvoir bientôt être également autonome sur ce plan. « Il y a 3 km à faire. Je fais une formation vélo pour pouvoir y aller seule. J’apprends la sécurité, le code de la route ». C’est Alexis, éducateur sportif spécialisé, qui prend en charge cet aspect, grâce à l’Agef. Estelle bénéficie également d’un appartement de 40 m2 dans l’une des résidences de l’association. Tout est fait pour la mettre dans les meilleures conditions possibles. A la Mas, elle travaille 6 h 45 par jour, 4 jours par semaine. Elle passe le mardi à l’Agef, « pour garder le lien avec les collègues, les formateurs ». Une journée qui lui permet également d’avoir des activités complémentaires : sport, formation professionnelle, aide médico-psychologique. C’est pour l’instant le jour où elle peaufine son apprentissage de la conduite à vélo en situation de circulation.

S.P.
En savoir +
agef21.com

Lire aussi
Un établissement pionnier

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Les jeunes et l'entreprise


décembre 2022
Une enquête de la fondation Jean Jaurès à découvrir ici.

Assistants familiaux


septembre 2022
Les Départements sont responsables de l'action sociale et en particulier de la prévention et la protection  de l'enfance en danger. A ce titre, ils recrutent des assistants familiaux formés puis agréés pour accueillir de façon permanente des jeunes de 0 à 21 ans et leur offrir un cadre de vie chaleureux. Renseignements auprès des Départements.

Entreprise adaptée


mars 2022
Les entreprises adaptées (EA) sont des entreprises du milieu ordinaire qui emploient au moins 55 % de travailleurs handicapés parmi leurs effectifs de production.

Esat


mars 2022
Nés en 2005, prenant la suite des CAT (centre d’aide par le travail), les Esat (établissement et service d'aide par le travail) sont des lieux médico-sociaux de travail protégé pour les personnes en situation de handicap et visant leur insertion ou réinsertion sociale et professionnelle.

Ensmm et insertion


juin 2020
L'enquête de la Conférence des grandes écoles 2020 confirme l'excellent taux d'insertion des élèves de l'Ensmm, école d'ingénieurs bisontine : pour la 3e année de suite, 90 % des diplômés sont en activité professionnelle moins de 6 mois après leur sortie. Il est surtout à noter l'inversion des écarts de salaires hommes/femmes : il serait de 1,8 % plus important pour les femmes ! Ces dernières bénéficient de CDI dans 88 % des cas, contre 75 % pour les hommes. 
Voir tout