janvier 2022

« Il faut sensibiliser au lycée car c'est là que l'on commence à se créer des opinions »

À seulement 16 ans, Marie-Lou, en classe de première au lycée Victor-Hugo à Besançon, est responsable de l'antenne d'Amnesty International au sein de son établissement. Rencontre avec une jeune femme à l'engagement chevillé au corps.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Vous avez repris la responsabilité de l'antenne d'Amnesty International au sein de votre lycée depuis la rentrée 2021. Qu'est-ce qui vous y a poussée ?
J'ai connu l'antenne l'année dernière alors que j'étais en classe de seconde. J'étais la seule, tous les autres membres étaient en terminale. Alors, à la rentrée de septembre, pour garder l'antenne, et m'investir un peu plus, je suis devenue responsable.

Vos parents, très militants politiques, vous ont transmis la fibre de l'engagement. Pourquoi avoir choisi Amnesty International en particulier ?
J'aime discuter et sensibiliser sur ce qu'il se passe dans le monde pour les droits humains. Ils réunissent beaucoup de causes, ils ont un fort impact sur la vie des gens. Aujourd'hui plus que jamais, il faut les défendre.

En seulement quelques mois, vous avez réussi à fédérer une vingtaine de membres autour de vous au lycée. Comment arrivez-vous à les convaincre de vous rejoindre ?
Mes camarades posent pas mal de questions, ils sont souvent intéressés mais pas prêts à s'engager. Le fait est qu'Amnesty n'est pas tant connu que ça parmi les jeunes. On explique beaucoup nos actions et nos projets. Pour moi, c'est très important de sensibiliser au lycée car c'est là que l'on commence à se créer ses propres opinions, à agir et à s'engager.

Quels projets avez-vous mis sur pied ?
Début octobre, nous avons organisé l'avant-première du film Bigger Than Us au cinéma. Ce film français, qui raconte la lutte d'adolescents et de jeunes adultes pour les droits humains, a réuni beaucoup de lycéens et d'étudiants. Il a été suivi d'un débat. Nous avons parlé et fait signer la pétition « 10 jours pour signer ». Nous avons recueilli 500 signatures, ce qui est plutôt bien. Pour l'avenir, nous avions un projet de pièce de théâtre qui ne pourra pas se faire. Mais nous allons travailler sur des expositions au sein du lycée.

Avez-vous le projet de concilier votre future vie professionnelle avec votre engagement pour Amnesty ?
Je me projette bien et je m'intéresse pas mal au journalisme. Je me verrais bien travailler pour une association comme Amnesty.

Recueilli par Laurine Personeni




Dix pétitions pour défendre dix personnes menacées
Amnesty International a lancé l'opération « 10 jours pour signer » le 10 décembre dernier, journée internationale des droits de l'Homme. Ces pétitions visent à défendre des militants pour les droits humains, emprisonnés et menacés pour leur engagement. Parmi ces dix personnes, on découvre Janna Jihad, 15 ans, défenseure des droits humains et journaliste en Cisjordanie. En raison de son travail, elle est régulièrement harcelée et menacée de mort. Le visage de Zhang Zhan apparaît également. Cette ancienne avocate, journaliste citoyenne en Chine, a été condamnée à quatre ans d'emprisonnement. Déterminée à apporter la vérité sur la Covid-19, elle a signalé via les réseaux sociaux l'arrestation de journalistes indépendants et la pression exercée par le gouvernement chinois sur les familles de victimes de Covid-19. Les pétitions peuvent être encore téléchargées sur le site d'Amnesty International.

A noter
Plumes rebelles, rendez-vous organisé par Amnesty du 4 au 6 février à Besançon – Kursaal.

En savoir +
amnesty.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Reconnaissance de l'engagement étudiant


septembre 2022
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche réitère sa volonté de valoriser l'engagement des étudiants en faisant reconnaître les compétences acquises. Un décret de mars 2022 élargit les activités éligibles à la reconnaissance par rapport à la circulaire d’octobre 2017. En théorie, les étudiants investis dans certaines activités en parallèle de leur cursus, lors d’une mobilité internationale ou encore d’une césure, ont la possibilité de faire reconnaitre cette expérience pour valider leur formation. Ces activités peuvent avoir la forme de bénévolat associatif, d’une activité professionnelle, d’un service civique, d’une activité militaire dans la réserve opérationnelle, d’un volontariat dans les armées ou d’un engagement en tant que sapeur-pompier volontaire et désormais d'un mandat dans une collectivité territoriale, de la participation à un corps constitué comme les conseils économiques, sociaux et environnementaux, d'un mandat syndical, d'un engagement dans le cadre du SNU. Les étudiants artistes de haut niveau, les étudiants parents ou aidants familiaux bénéficient également de cette possibilité. En pratique, la reconnaissance s'opère au cas par cas et diffère en fonciton des établissements d'enseignement qui ont la charge d'évaluer le niveau de l’étudiant et des compétences acquises.  La circulaire de 2017 prévoyait diverses méthodes de validation des compétences acquises par les étudiants : unité d’enseignement dédiée à l’engagement, attribution de crédits ECTS ou de point bonus dans la moyenne générale sur décision du jury ou dispense d’enseignement ou de stage. La nouvelle circulaire permet aux établissements de créer un diplôme d’université (DU) dédié à l’engagement, même si cette « option n’est pas à privilégier », précise-t-elle. Les modalités de validation sont définies par les établissements, de même qu la forme de justification des compétences.. « Le dossier de validation doit rester simple et accessible », indique simplement la circulaire. La circulaire en question est ici.

Chantier à Vézelay


juin 2022
Dans le cadre d'une convention entre la Région de BFC et les Régions d’Opole (Pologne), de Bohême centrale (République tchèque) et de Rhénanie-Palatinat (Allemagne), le conseil régional organise, en partenariat avec l’association Rempart, un chantier bénévole de jeunes à Vézelay du 31 juillet au 13 août, avec 3 jeunes de chacune des Régions. Les jeunes de BFC, âgés de 18 à 25 ans, peuvent donc postuler. Aucun préalable technique n’est nécessaire et la langue n’est pas un critère non plus (même si un niveau basique en anglais est un plus pour faciliter la communication). Toutes les dépenses seront prises en charge. En savoir +

Service civique en situation de handicap


avril 2022
Le service civique est ouvert aux personnes handicapées, avec un accès plus large puisqu’il est possible de postuler jusqu’à l’âge de 30 ans. Pour leur faciliter l’accès, l’UFCV a créé Handiciviq en Occitanie. Un dispositif relayé en Bourgogne-Franche-Comté, où l’antenne régionale propose un appui et une coordination aux structures et aux jeunes qui pourraient être intéressés. Un accompagnement sur mesure pour répondre aux questions et lever les freins liés à des situations spécifiques. Renseignements, UFCV, 6B boulevard Diderot, 25000 Besançon, 0635811292.
Voir tout