octobre 2021

« Une expérience en demi-teinte »

La Bisontine de naissance Margaux Pinot, 27 ans, retrouve les tatamis après une expérience contrastée aux JO de Tokyo et un long break, le temps de se ressourcer. Le titre olympique décroché par équipe n’atténue que légèrement l’énorme déception de l’individuel.
Photo International judo federation

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Margaux, avec un peu de recul, quel bilan tirez-vous des Jeux olympiques de cet été ?
C’est une expérience en demi-teinte. Je suis globalement plus déçue qu’heureuse. Je n’ai pas fait ce que je voulais en individuel. J’ai fait des mauvais choix tactiques face à une adversaire qui m’avait déjà posé des difficultés. Et puis l’arbitrage a été très strict. La fin de la compétition est arrivée très vite pour moi. Pourtant, ces Jeux, je les ai préparés, j’ai travaillé. Mon objectif, c’était le podium minimum, mais cela ne s’est pas passé comme je le souhaitais. La déception domine.

Vous avez pourtant ramené un point important en quart de finale de la compétition par équipe...
Oui, après mon élimination, il a fallu me remobiliser tout de suite, avec un gros combat d’entrée. J’ai marqué le point qu’il fallait. Ce n’était pas évident, j’ai vécu une journée assez dingue. Pour les tours d’après, le staff a décidé d’aligner Clarisse (NDLR : Agbégnénou)…

Ressentez-vous une envie de revanche ?
Oui, je vais essayer de concrétiser durant la saison à venir.

Et dans trois ans, c’est Paris.
Les JO 2024 à Paris, j’y pense bien sûr, mais avant, il y a beaucoup de compét’ à aller chercher, un championnat du monde. La concurrence française est rude et il n’y a qu’un billet par catégorie. Il y a plein d’étapes à franchir.

De manière générale, quel souvenir gardez-vous de Tokyo ?
On a été très bien accueillis par les Japonais, même si les contacts étaient rares. L’organisation était très bonne. On arrivait à se réunir dans la salle de kiné et à rencontrer les sportifs d’autres disciplines. C’était le moment cool de la journée. En revanche, Ils renvoyaient tout le monde à la maison dès la fin de chaque compétition !

La présence de Teddy Riner dans son équipe, c’est appréciable…
C’est un atout, c’est sûr ! Je le connaissais, je l’ai côtoyé, plus jeune, en club. C’est quelqu’un d'assez simple, qui sait trouver les mots pour motiver. Et il avait aussi une médaille d’or à aller chercher !

Revenons en arrière. Pouvez-vous nous raconter vos débuts dans le judo ?
J’ai commencé à Port-sur-Saône (70). J’ai ensuite intégré une classe départementale à Pontarlier, puis j’ai suivi le cursus classique : pôle espoirs, pôle France à Strasbourg, puis Insep (1). Ce n’était pas facile au début mais je savais déjà ce que je voulais. La passion était là.

Pourquoi le judo ?
J’ai fait un peu de gymnastique, du kayak et du parapente avec mon frère, qui a continué dans cette voie. Le judo, j’ai eu envie de m’y inscrire en regardant les JO de 2000, à Sydney, où David Douillet gagne. C’est un grand champion.

Vous avez pu faire un break de deux mois après les Jeux, c’était un besoin ?
Oui. J’ai repris le 4 octobre après avoir coupé complètement ! J’avais besoin de voir autre chose, d’évacuer la pression de plusieurs années, de me reposer et de faire d’autres choses inhabituelles. La compétition revient fin octobre avec les « Monde » militaires. Puis il y a des grosses échéances mi-2022.

Quel est votre statut ?
Je suis salariée de mon club, l’Etoile sportive Blanc-Mesnil. Je m’entraîne au club le matin et à l’Insep l’après-midi, du lundi au vendredi. En période de compétition, on allège les séances.

Quel conseil donneriez-vous à une jeune fille qui vous a regardée à Tokyo comme vous avez regardé David Douillet en 2000 et qui voudrait faire du judo ?
Il faut la motivation, croire dur comme fer en soi et travailler.

Comment envisagez-vous l’après-carrière ?
J’ai encore trois ou quatre belles années devant moi. On verra. J’ai passé des diplômes d’entraîneur. Je souhaiterais rester dans le sport.

Vous êtes parisienne d’adoption, après six ou sept saisons à Levallois et à Blanc-Mesnil. Retrouvez- vous vos attaches haut-saônoises ?
Oui. Je reviens chez mes parents une fois par mois environ à Aboncourt-Gesincourt (70).

Recueilli par Christophe Bidal
(1)
Institut national du sport, de l’expertise et de la performance.
insep.fr

Palmarès
Principaux résultats :
Médaille d’or par équipes aux JO de Tokyo 2021
Championne du monde par équipes 2014
Médaille de bronze individuelle aux championnats du monde 2019
Championne d’Europe individuelle en 2020, médaillée d’argent en 2017 et 2021
Championne d’Europe par équipes en 2017
Médaille d’or individuelle aux Jeux européens 2019
5 tournois Grand Chelem et Grand Prix remportés
3 fois championne d’Europe individuelle junior

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Centres de formation de foot : classement 2021


juillet 2021
La fédération française de football et la ligue de football professionnel ont publié leur classement des centres de formation français en termes d'efficacité. Basé sur des critères sportifs (temps de jeu en équipe première, sélections...) et scolaires, il propose un état des lieux de 36 centres, parmi lesquels 3 burgo-comtois. En 2020 - 2021, celui de Sochaux se place 14e, celui d'Auxerre 19e et celui de Dijon 34e. Compte-rendu disponible ici.

Combiné nordique : les juniors français vice-champions du monde


mars 2020
Bel exploit pour les 4 jeunes du haut Doubs qui formaient l'équipe de France hommes aux championnats du monde junior d'Oberwiesenthal : Gaël Blondeau (également médaille de bronze en individuel), Maël Tyrode, Egar Vallet, Mattéo Baud terminent médaillés d'argent derrière l'équipe d'Autriche.

Jet ski


septembre 2019
Dylan Lucht, Wilfried Gurnot et Robin Sylvester, trois jet-skieurs doubiens (lire notre article) ont participé au JX GP de Suisse les 24 et 25 août au Bouveret. Le premier nommé est revenu vainqueur de l'une des 11 courses du week-end (Am Ski JX3). Il a également gagné le championnat de Belgique le 1er septembre.

Ultimate frisbee


janvier 2019
Bravo aux joueuses de l'équipe féminine dijonnaise Ladies'jonctées, championne de France élite d'ultimate frisbee en salle le 3 janvier. +infos

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.
Voir tout